Comment reprendre la course à pied après une pubalgie ?

Comment s’y prendre après une longue convalescence, une grosse contracture du psoas et des adducteurs ‘pubalgie’ pour ne pas rechuter?
Merci pour vos réponses

La réponse de Dr Guillodo, médecin du sport

Il faut faire quelques rappels sur les problèmes de pubalgie. En fait, il ne faut pas dire la pubalgie mais les pubalgies ;

Il existe :

- La pubalgie sus pubienne qui est souvent un équivalent d’hernie inguinale

- La pubalgie sous pubienne qui est plutôt un équivalent de tendinopathie des adducteurs

- La pubalgie mixte qui peut être un problème articulaire (arthroprathie de l’articulation pubienne).

Bien évidemment, le traitement ne sera pas le même en fonction des ces différentes étiologies.

Mais le sujet est : ne pas rechuter.

Pour cela, mes conseils sont :

- Ne pas faire de musculation abdominale (on arrête les abdominaux )

- Faire  du travail dans l’axe et uniquement dans l’axe (donc supprimer le travail d’appui) :  le vélo est sans risque. Puis, après cette étape obligée, on attaque la course  dans l’axe (pas de sous bois, pas de chemin côtier, …mais la route par exemple).

- Les étirements sous pubiens sont indispensables après les efforts (étirement des adducteurs, des ischio jambiers)

Ces conseils doivent vous permettre d’éviter les rechutes sans oublier les fondamentaux : boire abondamment et s’échauffer efficacement.

Une réponse à la question

  1. Souffrant d’une tendinopathie des adducteurs, mon médecin m’a conseillé un arrêt de 3 mois de la CAP ? Dois-je attendre tellement longtemps ?
    Il a également parlé d’un signe de malgaigne et dans ce cas, je devrai faire des abdominaux ?
    Merci

    Répondre
    • Bonjour Denis,

      Sous le terme de pubalgie, les spécialistes de traumatologie du sport regroupent plusieurs pathologies différentes :
      – une atteinte osseuse et cartilagineuse d’une articulation, l’articulation antérieure du pubis ;
      – une atteinte tendineuse, la tendinopathie d’insertion des adducteurs ;
      – une atteinte musculaire, une déchirure des muscles de la paroi abdominale au niveau des orifices inguinaux.

      L’examen clinique permet de faire un tri dans ces différentes pathologies chez le sportif pour orienter le traitement qui sera différent selon le niveau de l’atteinte articulaire, tendineuse ou musculaire. Parfois les atteintes sont associées, notamment lorsque la pubalgie évolue depuis plusieurs mois ou années. Il est par exemple possible d’être victime d’une atteinte d’une lésion au niveau articulaire et au niveau tendineux.

      Vous décrivez une tendinopathie des adducteurs et un signe de Malgaigne. Ce signe de Malgaigne apparaît en cas d’atteinte musculaire au niveau d’un orifice inguinal. Il est donc probable que vous souffriez à la fois d’une atteinte tendineuse et d’une atteinte des muscles de la paroi abdominale.

      Quels sont les différents traitements à envisager ?

      Deux solutions :
      – la solution médicale qui associe rééducation et étirements,
      – la solution chirurgicale qui va réparer cette forme de hernie inguinale très spécifique aux sportifs.

      Dans votre cas, faut-il arrêter complètement la course à pied pendant trois mois ? Ma réponse est oui si la douleur survient très vite (10 minutes) lors des entraînements et/ou que ces entraînements aggravent la douleur qui persiste ensuite pendant plusieurs jours. Ma réponse est non si la douleur n’est pas véritablement aggravée par la course.

      Il est toujours essentiel de faire des étirements des adducteurs, des quadriceps et des psoas avant et après tout type d’activité physique ainsi qu’en soirée après une journée de travail. Vous devez être pris en charge par un kinésithérapeute qui vous guidera dans les différents exercices d’étirements.

      Pour les abdominaux, attention ! Pas d’abdominaux en raccourcissement, pas de « crunchs » par exemple. Le travail de renforcement musculaire sera surveillé par votre kinésithérapeute car cette rééducation se fait en isométrique, ou bien en léger excentrique, et en auto-grandissement. Je me permets d’utiliser des termes techniques car, pour être efficace, cette rééducation doit être parfaite.

      Ce n’est qu’après deux à trois mois de soins de rééducation chez un véritable kinésithérapeute du sport qu’il faudra faire un nouveau bilan médical. Si les douleurs n’ont pas été améliorées, une consultation chez un chirurgien spécialisé pourra être envisagée.

      Répondre
  2. Merci de votre réponse. J’ai arrêté de courir pendant 3 mois en continuant de faire des marches et un peu de vélo. Pas d’atteinte osseuse dans mon cas mais des soucis au niveau de la paroi abdominale. J’ai fait des séances de kiné à base de massages profonds transversaux et des étirements. Je peux courir à nouveau depuis le mois d’avril , la douleur a quasiment disparu mais je reste prudent.

    Répondre
  3. bonjour mon médecin m’a détecté une pubalgie il y a 3 mois, j’ai fais une écho pelvienne et abdominale il y a 1 mois environ et rien n’apparaît sur celle-ci. J’aimerai savoir si la pubalgie se voyait sur une écho. Merci

    Répondre

Réagissez