« Je digère mal après chaque repas… Que faire ? »

Si vous avez des brûlures à l'estomac, régulièrement des reflux, des nausées en fin de repas ou bien que vous vous sentez lourd après avoir mangé, vous souffrez de dyspepsie. Ces symptômes de mal digestion peuvent se manifester particulièrement après la consommation de certains aliments. Adopter une stratégie digestion peut améliorer votre quotidien. Explications.

nutrition

Aliments à déconseiller en cas de dyspepsie

Les traitements actuels contre la dyspepsie fonctionnelle oublient parfois le rôle de l’alimentation. Par exemple, parmi les aliments qui peuvent être la cause d’une mauvaise digestion, il existe la banane. Ce fruit contient une substance, une enzyme antiprotéase précisément qui empêche de bien digérer les protéines. Vous comprendrez dès lors qu’une banane au cours d’un repas où figure steak ou volaille ou encore poisson n’est pas de meilleur choix pour votre estomac. Une récente étude (*) a par ailleurs démontré les difficultés de digestion associées directement à la consommation des aliments, boissons ou plats préparés suivants : charcuteries (dont saucisses et mortadelle), condiments préparés au vinaigre (cornichons) ou moutarde, boissons gazeuses dont sodas, céréales dont blé, orge, maïs…, pizzas, pâtes au blé dur (macaroni), concombre, poivron rouge, pastèque, aliments très salés, et d’une manière générale, on va résumer par tout ce qui est gras, épicé et mariné.

Les bons réflexes alimentaires pour une bonne digestion

  • Mastiquez ! Une bonne mastication est essentielle pour accroître la production de salive. Or dans celle-ci, figurent la ptyaline et l’α-amylase, deux substances qui transforment l’amidon des féculents en sucres, plus faciles à assimiler.
  • Evitez de trop boire durant le repas, 1 verre d’eau peut suffire si vous êtes sensible au phénomène de dilution des sucs digestifs.
  • Féculents : ciblez les glucides complexes facilitateurs de la digestion tels que l’avoine et le quinoa car dans leur composition, se retrouve cette fameuse α-amylase. La pomme de terre et la patate douce sont en général bien supportées, évidemment après cuisson.
  • Lipides : le curcuma et le gingembre stimulent l’activité de la lipase, l’enzyme qui permet de digérer les graisses. Tandis que l’huile d’olive soulage le travail de la vésicule biliaire (effet cholagogue).
  • Protéines : misez en fin de repas sur des fruits frais spécifiques d’une bonne digestion des protéines, comme l’ananas, la figue, la mangue, la papaye et le kiwi.

Enfin, pour les estomacs hypotoniques et pour lesquels il faut stimuler la sécrétion de sucs digestifs, utilisez les épices qui favorisent la sécrétion d’acide gastrique : gingembre, poivre rouge, poivre noir, cumin, carvi, fenouil, coriandre, ou les aliments à saveur amère ou à pH acide comme le pamplemousse (attention pour cet aliment aux interactions médicamenteuses), le citron, les groseilles et n’hésitez pas à favoriser les épinards et la pomme dans votre alimentation.

Pour finir, pensez aux tisanes digestives en fin de repas : chardon-marie, fumeterre ou boldo.

(*) The role of diet in the management of non-ulcer dyspepsia.

Akhondi-Meybodi M1, Aghaei MA1, Hashemian Z1. Middle East J Dig Dis. 2015 Jan;7(1):19-24.

Corinne Peirano (Expert Lepape-info Diététicienne-nutritionniste, http://corinne-peirano.wix.com/dieteticienne-paris)

Réagissez