Le test des chaussures Saucony Zealot ISO

Après 210 km aux pieds, Richard Coffre vous livre ses impressions sur la chaussure Saucony Zealot ISO.

Saucony Zealot ISO

Le testeur : Richard Coffre
46 ans
Taille : 1m82
Poids : 73 kg
Pratique du running depuis 1997
4-6 entraînements par semaine en fonction des objectifs pour environ 50-75 km hebdomadaire.

Chronos
10 km : 44 min
Semi-marathon: 1h 36
Marathon : 3 h 36
Participations à l’Ecotrail (30, 50 et 80 km)

Les conditions du test 

210 km parcourus. Port des chaussures de running Saucony Zealot ISO pendant les séances d’entraînement de type endurance, seuil.

Le test

J’avoue que les Triumph ISO sont une Rolls que je recommande pour les sorties longues et tranquilles.Toutefois j’étais à la recherche d’un modèle plus dynamique car je me trouvais quasiment trop confortables dans les Triumph ISO.
La Zealot avec ses caractéristiques revendiquées semblaient être une bonne candidate.

Dès le premier « chaussage », on se sent à l’aise, même si la toebox de ce modèle me semble un poil plus étroit que celle de la Triumph ISO. Le chausson dispose d’une empeigne sans coutures qui permet même de courir pieds nus. Je ne l’ai pas fait mais j’ai marché pieds nus. C’est top et comme le chausson s’adapte bien au pied grâce à la technologie ISOFIT, je n’ai jamais souffert de chocs au bout des orteils ou tout autre désagrément de ce genre.

Mon côté minimaliste fait que je n’aime plus les chaussures qui contrôlent ma foulée par quelque moyen que ce soit, bien que j’ai les pieds plats et que je sois un hyperpronateur. Le support au niveau de la voûte plantaire est présent mais ne se fait pas sentir : ce peut être une aide précieuse sur semi ou marathon. Cela m’a sûrement évité toute fatigue lors des semis que j’ai courus avec. e ne suis pas allé jusqu’au marathon mais ce n’est que partie remise.

Passons à la dynamite, oups, la dynamique. C’était le critère de choix déterminant. Elle est au rendez-vous et j’ai senti une nette différence avec la Triumph. On ne sent pas dans des charentaises :D Le faible drop (4mm) et le profil en épaisseur permettent d’éviter le phénomène de bascule que l’on ressent parfois sur certains modèles quand on passe sur l’avant. Lors c’est naturel et il n’y a pas de perte de contrôle.

Regardons la semelle de plus près. Le dessin est bien adapté à une routière et elle est assez large pour ne pas glisser sur une chaussée humide. Je ne suis pas sûr que ce soit aussi efficace que le revêtement Continental de certaines Adidas mais je n’ai fait aucune glissade. Dont acte.

Au final, c’est un modèle que je recommande aux coureurs qui veulent une chaussure dynamique mais tout en restant dans le confort. En effet, je ne la range pas dans la catégorie des chaussures « racers » pures même si elles peuvent vous permettre de battre vos records. Si vous n’êtes pas Bekele, que demander de plus ?

Technologies utilisées

  • Technologie ISOFIT
  • PWRGRID+ 20% d’amorti supplémentaire
  • iBR+ 33% plus léger : bon pour le dynamisme
  • Drop 4mm : j’apprécie car je veux toujours le moins de drop possible.

La fiche technique des Saucony Zealot ISO

Marque : Saucony
Modèle :  Zealot ISO
Poids : 235 g en 42,5
Prix : 140 euros

Achetez les Saucony Zealot ISO sur lepape.com

2 réaction à cet article

  1. Bonjour, et merci pour ce retour d’expérience! Je regarde actuellement pour trouver une chaussure légère, flexible, proche du sol( donc petit bémol à la zealot) avec un drop de 4 voir 6 capable de passer du bitume aux chemins stabilisés, réactive pour les séances de fractionne et les courses de 10 à 20 bornes. Auriez vous des pistes à me suggérer? Au plaisir de vous lire

    Répondre
  2. Bonjour,

    Qu’entendez-vous par près du sol ?
    Visez-vous une chaussure avec un drop proche de zéro ?
    Si oui, vous pourrez aller voir du côté des Brooks.

    Répondre

Réagissez