Pneus, boyaux, tubeless, comment faire mon choix ?

C’est une question récurrente chez les cyclistes. Et comme souvent la réponse n’est pas évidente mais va dépendre de chacun, de sa pratique et de ses aspirations.
Dans cet article, Clément Javouhey, notre expert en mécanique nous aide à y voir plus clair et nous donne ses conseils pour prendre la bonne décision.

Cyclisme : Faites jouer la puissance !

Le pneu 

Le pneu avec chambre à air, le « classique ». Lorsque l’on ne se pose pas trop de questions, c’est souvent vers lui que se porte notre choix. Quels sont ses avantages et quels sont ses inconvénients ?

 

 

 

Avantages :

– C’est le moins couteux !

– Et aussi le plus simple à monter et démonter, y compris (surtout) en cours de sortie lorsque la crevaison intervient au mauvais moment.

 

Inconvénients :

– Il est possible de pincer la chambre à air sur choque ou même au montage du pneu. Pour des pratiques comme le VTT ou le Gravel cela peut s’avérer problématique.

– Le pneu à un bon rendement mais pas toujours le meilleur (comparé au boyau et au tubeless).

– Il en est de même au niveau du confort surtout lorsque la route n’est pas en très bon état.

 

Résumé : Un bon rapport qualité prix ! Relativement facile d’entretien. Certainement plus adapté à la route qu’aux pratiques tout terrain. A noter qu’il est possible aujourd’hui de trouver des pneus très efficaces, pas si éloignés des qualités de rendement d’un boyau ou d’un tubeless.

 

 

Le boyau

Le boyau est un tube fermé qui se colle directement sur la jante (qui possède ses propres caractéristiques pour l’accueillir). Davantage prisé chez les compétiteurs, qu’apporte-t-il comparé à ses concurrents ? Réponse ici.

 

Avantages :

– Meilleur rendement en général avec une pression supportée plus haute par rapport au pneu (jusqu’à 11bars pour le boyau contre 8 pour le pneu) et une bande de roulement plus fine.

– Moins lourd que le pneu et associé à des jantes spécifiques elles aussi plus légères en moyenne.

– Plus confortable et avec une meilleure tenue de route que le pneu (meilleure répartition des chocs, épouse davantage les irrégularités de la route).

 

Inconvénients :

– Le montage d’un boyau nécessite beaucoup de manipulations (étendre le boyau, effectuer des encollages, laisser sécher…) et surtout un vrai savoir-faire…. Ce qui peut être un problème encore plus grand en cas de crevaison au milieu d’une sortie.

– Perte de pression plus rapide en général.

– Le prix en moyenne plus élevé que pour des pneus.

 

Résumé : Le boyau peut être le meilleur choix pour la pratique en compétition (poids réduit, meilleur rendement) mais semble bien moins adapté que le pneu pour l’entraînement ou une pratique loisir.

Astuce du mécano : L’utilisation de bandes adhésives à boyaux TUFO vous facilitera le montage de votre équipement sur jantes aluminium ou carbone. Les avantages : pas de colle, pas de temps de séchage et une adhésion parfaite grâce à l’activation d’un principe actif par la bande adhésive.

 

 

Le tubeless

Le tubeless est un montage sans chambre à air, sur une jante spécifique, et avec un liquide préventif permettant de réparer instantanément les petites crevaisons. Décryptage.

 

Avantages :

– Le principal point à retenir concerne donc les crevaisons. Le fait de ne pas avoir de chambre à air annule le risque de pincement. Et le liquide préventif permet de reboucher les petites crevaisons sans s’arrêter de rouler. A savoir qu’il est toujours possible d’ajouter une chambre à air lorsque l’entaille dans le pneu est trop importante.

– L’autre avantage non négligeable porte sur le confort. Le tubeless nécessite moins de pression au gonflage comparativement au pneu ce qui lui permet de mieux épouser la route surtout lorsque celle-ci est dégradée.

– Enfin, en termes de rendement, on peut donner l’avantage au tubeless par rapport au pneu avec une résistance au roulement moindre du fait de l’absence de frottements entre la chambre à air et le pneu (avantage qui s’accroit lorsque la route est en mauvais état).

 

Inconvénients :

– Un pneu tubeless est en général un peu plus raide à monter qu’un pneu à chambre à air. Il est également conseillé d’utiliser un compresseur à ce moment-là pour que le pneu vienne se clipser contre les gorges de la jante. Enfin il est nécessaire de recharger régulièrement en préventif (tous les 3 à 6 mois).

– Il est recommandé de regonfler entre chaque sortie car le tubeless a tendance à perdre en pression plus rapidement.

– Investir dans un montage tubeless est en moyenne un peu plus cher que le montage classique « pneu avec chambre à air ».

 

Résumé : A fait ses preuves pour les pratiques « tout terrain » comme le VTT, le cyclo-cross ou le Gravel. Sur la route il a également ses avantages. Les principaux inconvénients pouvant être l’entretien et le montage qui sont un peu moins faciles qu’avec un pneu à chambre à air.

 

 

Synthèse

Et pour être encore plus concis, voici ce que l’on peut retenir de ces recommandations :

– Le pneu à chambre à air, le plus simple au montage et à l’entretien. Bon rapport qualité / prix.

– Le boyau, un choix pour les compétiteurs qui recherchent le meilleur rendement et le poids le plus bas. Nécessite un savoir faire spécifique pour le montage.

– Le tubeless qui offre également un bon rendement (ainsi qu’un excellent confort) contentera notamment les pratiquants de VTT, de cyclo-cross ou de Gravel.

Réagissez