Record du monde de dénivelé positif en 24h par Patrick Bohard

C’est à 1 km de son auberge que l’ultra-traileur du haut-Doubs Patrick Bohard s’est attaqué au record du monde de 24 heures de dénivelé positif. Et il a battu le précédent record de Luca Manfredi de 110 m, portant la nouvelle marque à 17130 m D+.

BOHARD 2

En réalité, la première course de 24 heures s’est déroulée à Val d’Isère en 2001. Il s’agissait de répéter des montées de 703 m D+ sur une piste de ski.

La course s’appelait le « Défi mondial de dénivelé positif ». Et le record est détenu par Adriano Greco avec 17575 m en 23h55, soit 25 montées. Mais attention, la descente se réalisait en télésiège, ce qui octroyait 10 minutes de repos aux participants. On retrouve ce concept sur les courses de 6 h de dénivelé positif, comme au Salève par exemple. Chez les femmes, le record était détenu par Nathalie Firmin avec 14060 m D+ en 20 montées.

Cette course s’est rapidement arrêtée et il a fallu attendre quelques années avant que des coureurs ne tentent l’aventure en solo, chacun sur des terrains bien différents, souvent proches du domicile. Bien entendu, on ne devrait pas parler de record mais de « meilleure performance » car il ne s’agit pas d’un même parcours.

 

Depuis 2019, les tentatives se sont succédés et voici l’historique du record :

Benoît Girondel, ultra traileur double vainqueur du Grand Raid de la Réunion, a réalisé 12870 m de d+ en 22h55, sur une montée de 2,8 km et 585 m D+. Il s’est arrêté à 22h55 car il lui aurait fallu au moins 1h15 pour valider une dernière ascension. On voit déjà poindre un point important dans le choix de la montée. Plus elle est courte et plus on pourra approcher le temps limite de 24 h et réaliser un maximum de dénivelé.

– 3 mois après, en mai 2019, le Suisse Christophe Nonorgue établit une nouvelle marque à 13659 m D+, en 23h50. Son parcours : 1.25 km à la montée pour 386 m D+, et 1,98 km à la descente. Il s’agit donc d’une boucle très raide à la montée et plus facile en descente, qu’il répétera 35 fois. Une descente plus longue permet de mieux récupérer mais fait perdre du temps de montée ! C’est le paradoxe de ce type de record.

– En septembre, le français Ugo Ferrari a choisi une montée près de chez lui à Aix-les-Bains : 417 m d+ pour 1.5 km de montée, en aller-retour. Il réalise 15012m d+ en 23h33.

– Puis Romain Sophys en décembre réalise 15238m d+, en effectuant 323 fois une boucle de 380m pour 47.20m d+, dans les Ardennes.

– Puis c’est le finlandais Juha Junisko qui en juin 2020 passe la barre des 16000m avec 16054m D+, sur un circuit court de 240 m de distance pour 69.5 m D+. Les 2 derniers records sont donc réalisés sur des distances courtes.

– Une semaine plus tard, lors d’une compétition officielle, les 24 heures up and down d’Aprica, l’italien Luca Manfredi Negri réalise 17020m. Il a parcouru 34 boucles de 4.2 km et 500m D+.

 

BOHARD 5

                                                   Patrick Bohard dans la montée du Meix Musy

 

 

Un record à 56 ans !

Fin août, ne souhaitant pas se lancer à nouveau dans la Swiss Peaks, Patrick Bohard a saisi sa chance et a canalisé toute son énergie dans sa tentative.

A 56 ans, Patrick Bohard est certainement l’ultra-traileur français le plus expérimenté et pourtant le moins médiatisé. Son palmarès est éloquent : victoires à la TDS®, TransMartinique, MIUT, Grand Raid des Pyrénées, Swiss Peaks 360, seul français vainqueur du Tor des Géants, 6ème de l’UTMB et du Grand Raid de la Réunion…

Avant de relever le défi du 24 h de dénivelé positif, Patrick a testé différents parcours et différentes pentes avant de trouver le mieux adapté, même si la contrainte numéro 1 était de rester à proximité du domicile. La pente choisie (le Meix Musy) présente 95.7 m de dénivelé positif sur une distance de 201 m. Afin de satisfaire aux obligations inhérentes à la multiplication des tentatives, un géomètre est intervenu pour mesurer officiellement le dénivelé et la distance. Autre précaution, la puce a été scellée afin qu’elle ne soit pas cédée à un autre coureur pendant la nuit. Enfin, un protocole anti-dopage a été établi à J+/- 72 h.

Patrick a réalisé 179 montées en réalisant les dernières 2 heures et demie dans la pluie et le froid, pour cumuler 17130,3 m de dénivelé positif. Patrick estime avoir pu récupérer dans chaque descente malgré la pente importante.

Ainsi, pour les prochains prétendants au record, dont Aurélien Dunand Pallaz le 6 septembre, il faudra bien prendre en compte les éléments suivants, liés entre eux : la distance, la pente, la technicité, et le choix de la descente (en aller-retour ou par un chemin plus long afin de réduire le pourcentage de la pente). Comme il s’agit de dénivelé positif, plus la pente est raide et plus la vitesse ascensionnelle est élevée, encore faut-il pouvoir redescendre en se préservant musculairement. Le compromis trouvé par Patrick Bohard semble être le bon, même si nous n’en sommes qu’au début de cette « nouvelle » discipline car les tentatives de record vont à présent se succéder.

Réagissez