Au cœur du Trail de Lyons la Forêt (27), le 22 mai 2016

Après un abandon la semaine passée à cause d'une vilaine contracture au psoas, David Bouteiller se présentait au départ du Trail de Lyons la forêt sur le 31 km, il nous raconte sa course.

David Bouteiller

L’idée d’aller courir m’a trottée dans la tête lorsque mon entraineur Jean-Pierre Monciaux me conseille d’effectuer une sortie de 2h30 en guise de test après cette vilaine contracture que je combat depuis une semaine en collaboration à ma kinésithérapeute Anne-Sophie Brun.

Mon épouse, Aurélie étant engagé sur le Trail de Lyons la foret, l’occasion était trop tentante mais avec comme maître mot, prudence et test plus en footing que compétition. Je découvre donc l’organisation orchestrée par l’Association des Coureurs de la Vallée de l’Andelle.

Pour la 2ème édition, plusieurs épreuves sont au menu, une rando de 10 km, 2 marches nordiques de 10 et 20 km et 3 trails de 10, 20 et 31 km. Je serais donc sur le 31 km pour je l’espère, me rassurer.
Le parcours est essentiellement en forêt avec quelques passages en sentiers et route. Les appuis sont épargnés avec un sol bien praticable sans trou, ni cailloux excessifs, cela en fait un trail très roulant. Avec ses 650 mètres de dénivelé positif et sans la boue, ce trail est idéal pour le compétiteur qui cherche à parcourir une bonne distance en rythme.

Le départ est donné dans le centre du village dans la bonne humeur, pour les un peu plus de 300 inscrits. Après un petit tour dans le bourg, nous voilà donc parti pour en découdre avec le parcours. Mon départ sera donc prudent en allure footing, j’adore aussi courir sans la pression du résultat et loin des premiers accessits, ça fait du bien ! Je pointe à la 11ème place après la première côte avalée en mode cool. L’allure restera constante et comme à mon habitude, je garde la même dynamique du début à la fin.

2ème grosse montée, en restant concentré sur l’écoute de mes sensations, je vais recoller à un groupe de 5 concurrents que je vais doubler dans la foulée pour me placer en 6ème position. Je me sens horriblement serein, ce qui me met en rogne un peu par rapport à la semaine passée où j’aurais préférée pouvoir boucler les 50 km du Trail du Pays de Bray sans encombres. Je profite de l’instant présent en restant sage, encore quelque temps.

Je rejoins ensuite un autre concurrent, que je crois reconnaître ! Et bien, oui, c’est mon compagnon de route de mes tout premiers trails, Florent Dubreuil. Je décide de rester avec lui et nous discutons un peu. Je lui conte mes petits ennuis, il m’évoque ces problèmes de dos. Cette mi-temps, nous fera plaisir à tous les deux, je pense. Une autre ascension, je reprends mon allure, et dis au revoir à Florent.

Le parcours dans sa première partie roulante, nous fera traverser le parc du château de Bois-Préau où une coupe de champagne sera proposée à ceux qui voudront bien en déguster, puis la descente sur l’abbaye de Mortemer. Je suis serein et bien dans mes baskets, mes proches sont au 18ème kilomètre et m’annoncent un concurrent à 1mn15s.

Départ pour une deuxième compétition

C’est le moment que je choisis pour accentuer ma vitesse, je dois tester à pleine vitesse si les douleurs ne reviennent pas. Je m’amuse, les descentes déboulent, les montées sont passées en force, je m’étonne à courir aisément dans la boue et le bourbier, terrain qui ne me convient pas habituellement. Conséquence, je vais rejoindre coup sur coup, 2 autres concurrents pour me poster à la 3ème place.

Je continue mon bonhomme de chemin en relançant dès que la boue nous laisse un peu tranquille et sur les parties de route. Le plaisir est là, je ne sais pas ou se trouve les 2 premiers par rapport à moi mais de toute façon, au delà du résultat, l’état de santé du jour me ravit pleinement. Je termine donc à la 3ème au scratch et donc 1er Master 1 mais aussi sans douleur et ça, c’est le plus important en vue de ma prochaine course la Barjo, le 19 juin 2016.

Une bonne organisation qui n’a pas été gâté par la météo mais que je félicite pour leur magnifique parcours qui avec des conditions idéales de soleil et donc rendant le terrain plus sec et sans boue, présenterait un sublime trail à découvrir de tous. Merci aux nombreux bénévoles qui, à tous les carrefours, ont le sourire malgré la météo capricieuse, sans leurs dons à l’accomplissement de notre sport, rien ne serait possible.

Bravo à tous et notez le trail de Lyons la Foret dans vos agendas pour 2017, il le mérite!!!

Réagissez