Les résultats du Marathon Vert de Rennes (35), le 26 octobre 2014

Victoire du Kenyan Felix Kiprotich en 2h08mn05s chez les hommes. L'Ukrainienne Olga Kotovska s'impose chez les féminines, avec un chrono de 2h28mn47s.

Marathon Vert de Rennes (2014)

Ils étaient 1400 à s’élancer de la zone commerciale du Cap Malo pour 42.195 kilomètres de marathon en individuel. Mais on courrait également en équipe, en marchant, ou entre filles. En tout et pour tout, près de 5000 fondeurs de tous horizons ont participé au très ambitieux Marathon Vert de Rennes ce dimanche 26 octobre 2014.

Sur près de 25 000 mètres, les coureurs sillonnent villages et longues routes de campagne. L’occasion de découvrir le patrimoine architectural de l’agglomération Rennaise. Le clocher de l’église Saint-Joseph s’offre très rapidement aux marathoniens, dès le cinquième kilomètre, alors que ceux-ci traversent La Chapelle-des-Fougeretz, le premier village à se dresser sur leur route, où de nombreux habitants sont venus encourager famille, amis ou simples étrangers.

Ce Marathon de Rennes mérite bien son qualificatif coloré. Jean-Marie Grall, mesureur de renommée internationale et créateur de ce tracé Breton, a tout mis en oeuvre pour coller aux valeurs auxquelles les organisateurs tiennent depuis maintenant 4 ans.

Marathon Vert de Rennes (2014)

Au sortir de La Chapelle-des-Fougeretz, les participants plongent au cœur de la campagne. Alors que le bitume défile sous leurs pieds, c’est vers l’horizon que les yeux de nombreux coureurs se tournent. Le long des larges tronçons de route taillés au milieu des champs, le jaune des fleurs de Colza succède au beige des plants de maïs, qui pour certains semblent avoir vu leur dernier automne. Mais la couleur de ce marathon, c’est bel et bien le vert, à perte de vue. Seules de petites fermes isolées et de vieux arbres sculptés par la nature et le temps détonnent dans l’immensité des prairies verdoyantes du Pays Rennais.

Et si les villes traversées attirent une foule de spectateurs et d’animations en tous genres, il faut trottiner dans ces zones rurales pour réaliser l’engouement local autour de l’événement. L’épreuve, pourtant riche de « seulement » quatre éditions, attire toujours sa part de curieux, de badauds, ou de locaux venus observer cet étrange spectacle qu’est le marathon. L’occasion pour les plus jeunes de saluer les efforts des coureurs d’un sourire, d’un geste de la main, ou d’un cri affectif.

Au sein du peloton, on se déguise, on rigole, on souffre, et on sue ensemble. Joel, vétéran expérimenté de la course à pied, est reconnaissable depuis deux jours qu’il passe d’un stand à l’autre au sein du village, jamais sans sa perruque aux boucles vertes. Malgré une nuit agitée (Joel a fêté le départ à venir jusqu’à 3h du matin), le marathonien franchit la ligne en 4h13mn. Mais sa présence à Rennes n’est nullement le fruit du hasard : « Avec les copains, c’est notre dixième marathon cette année, il nous en reste quelques uns à courir avant le grand jour. Nous sommes tous originaires de La Rochelle, qui fêtera ses 25 ans l’année prochaine. Le but, c’est d’arriver à la maison pour notre 100ème marathon. Cette année nous avons déjà couru Nantes, Le Futuroscope, Toulon, Tours, Amsterdam, Cheverny, Sauternes, le Médoc, et maintenant Rennes, qui est une très jolie course. »

IMG_9969

L’émotion était bien entendu au rendez-vous de cette quatrième édition. Émotion pour les vainqueurs, certes, mais également émotion pour les vaincus. Le vingt-huitième kilomètre apporte en effet son lot de pièges, avec une côte dont Jean-Marie Grall sait qu’elle met à rude épreuve les jambes des coureurs, à seulement deux kilomètres du fameux « mur du marathon ». Dans cette côte, quelques-uns sont poussés, par la fatigue ou les blessures, à monter dans l’une des camionnettes affrétées afin de rapatrier les blessés vers la ligne d’arrivée. La distance reine est une épreuve difficile, et n’est pas marathonien qui veut. Personne n’est à l’abri d’un contretemps à Rennes comme ailleurs, et c’est bien là la dure loi du sport.

Émotion encore et toujours. Celle des enfants et des adultes ayant eu la joie de participer au marathon par équipe, en montant sur l’une des trois joëlettes présentes sur la course. C’est le cas de Damien, dix ans et déjà marathonien. Lors de l’édition 2013, le jeune garçon avait déjà pu prendre le premier relais du marathon par équipe à bord de la construction de l’association Défi Joélette. Cette année, il a pu, avec ses coéquipiers Mathis, Nathalie, et Charlotte, battre son record de près de 15 minutes, un bonheur pour sa famille et pour les coureurs de l’association « Voyez les familles, les enfants sont tous contents. Ils battent leur record de près de quinze minutes. On a réussi à tous se rassembler à 500 mètres de l’arrivée pour que tout le monde puisse franchir la ligne d’arrivée en même temps. C’est beaucoup d’émotions. L’année dernière les gamins avaient même soutenu des valides, on avait essayé de les laisser échanger entre eux après la course. Et c’est cet échange qui est beau. Aujourd’hui on n’est pas très loin des 1000 kilomètres au compteur. On sera peut-être sur le semi-marathon de Paris en 2015, nous allons continuer ce que nous faisons parce que c’est un vrai bonheur. »

Marathon Vert de Rennes (2014)Une seconde joëlette était pilotée par Rance jogging de Dinan avec ici Théo aux commandes, alors que d’autres enfants ont pu lutter contre le temps à bord d’un bolide conçu de toutes pièces par la classe prépa Arts et Métiers d’un lycée local, ce qui a le don de rendre très fier leur professeur « Ils ont travaillé dur sur ce projet. C’est l’occasion pour eux de conduire un projet qui compte pour leur bac certes, mais ils sont surtout heureux de voir que leur travail sert à quelque chose, que la machine sur laquelle ils ont tant travaillé est utilisée sur les courses et fait le bonheur des gens. Ils viennent même travailler le mercredi après-midi, et çà ce n’était pas forcément donné au départ. »

Mais le Marathon Vert de Rennes est également un projet ambitieux sur le plan sportif. Deuxième marathon le plus rapide de France après Paris, l’épreuve a été le théâtre de deux nouveaux records cette année. Chez les hommes comme chez les femmes, la surprise a été un élément déterminant. Sur la course masculine, alors que Felix Kiprotich était annoncé comme un lièvre, c’est lui qui s’est imposé avec un record d’épreuve en 2h08mn05s. Le Kenyan est parti seul en tête et n’a jamais quitté sa première place, au grand dam de l’Éthiopien Birhanu Addissie (2h10mn20s) et de son compatriote Kenyan Benjamin Bitok (2h10mn41s).

Marathon Vert de Rennes (2014)

Chez les femmes, c’est une autre surprise de taille qui a marqué cette quatrième édition. Alors que l’Éthiopienne Reda Kiros (5ème) était largement favorite, à la vue de son record personnel de 2h23mn39s décroché à Dubaï la saison dernière, c’est l’Ukrainienne Olga Kotovska qui s’impose, bien emmenée dans les derniers kilomètres par Onami Jackson-Omwoyo. La marathonienne en profite pour exploser son record personnel de plus d’une minute, et pour instaurer un nouveau record d’épreuve, grâce à un chrono canon, 2h28mn47s. Elle est suivie d’une doublette 100% Kenyanne composée de Valary Jemeli (02h30mn19s) et de Sarah Chebet (2h31mn09s).

Les Championnats de Bretagne de marathon se jouaient également à Rennes. Si le premier Français du classement, Alban Chorin, 2h28mn36s, 12ème au scratch, n’est pas Breton, ce sont les trois français suivants qui forment le podium de ces Championnats de Bretagne. Frédéric Viel (2h29mn31s), Jérôme Gautier (2h33mn10s) et David Massart (2h33mn20s) respectivement classés 15, 20 et 21ème au général, font aujourd’hui la fierté de leur région.

 

Les résultats

Hommes

  1. Felix KIPROTICH (KEN) – 2h08mn05s
  2. Birhanu ADDISSIE (ETH) – 2h10mn20s
  3. Benjamin BITOK (KEN) – h10mn41s
  4. Too LAZARUS (KEN) – 2h10mn57s
  5. Asmare WORKNEH (ETH) – 2h11mn30s
  6. Dabi TADESSE (ETH) – 2h11mn50s
  7. Gebre GEBREMEDHIN (ETH) – 2h14mn19s
  8. Eliud SUGUT (KEN) – 2h14mn57s
  9. Roba GARY (ETH) – 2h15mn32s
  10. Gezahegn ALEMAYEHU (ETH) 2h16mn09s

Femmes

  1. Olga KOTOVSKA (UKR) – 2h28mn47s
  2. Valary JEMELI (KEN) – 2h30mn19s
  3. Sarah CHEBET (KEN) – 2h31mn09s
  4. Alemaheyu ASKALE (ETH) – 2h31mn31s
  5. Kiros REDA (ETH) – 2h34mn50s
  6. Margarita PLAKSINA (RUS) – 2h38mn13s
  7. Terecha TIZITA (ETH) – 2h45mn03s
  8. Emeline SIARD (FRA) – 2h55mn14s
  9. Anaïs SIARD (FRA) – 2h55mn29s
  10. Anne-Gaëlle RETOUT (FRA) – 3h03mn21s

Les résultats complets

3 réaction à cet article

  1. Bonjour,
    Je suis la maman de Théo, qui a été emmené en Joelette par Rance Jogging, votre photo est très belle, pourriez vous avoir la gentillesse de me l’envoyer par mail, pour que je puisse la faire développer pour Théo, il adorerait avoir ce beau cliché dans sa chambre !
    Merci beaucoup d’avance
    Laurence

    Répondre
  2. Erreur ne pas confondre homme et femme donc
    Melaine DALIBERT (FRA) – 2h53mn36s est un homme

    Répondre
    • Bonjour,

      En effet, sur le premier fichier résultats fournis par le chronométreur, la personne était signalée comme féminine, mais nous venons de procéder à la rectification et au chargement du nouveau fichier résultats.

      Toutes nos excuses, et merci pour votre vigilance.

      Sportivement

      Répondre

Réagissez