Crampes musculaires et marathon, comment les éviter ?

Un internaute se plaint de crampes musculaires à répétition lors de ses marathons et sollicite l'aide de notre médecin du sport. Les explications de Yannick Guillodo.

marathon


Question : Comment puis-je éviter les crampes musculaires qui surviennent à la fin de tous les marathons ? J’en suis à quatre et à chaque fois vers le 37e kilomètre je subis ces crampes et je ne sais que faire.

Réponse de Yannick Guillodo, médecin.

Par cette question, vous introduisez le problème de l’épuisement musculaire au cours de l’effort sportif. Car, très cher collègue marathonien, nous sommes tous victimes d’un certain épuisement musculaire dans les derniers kilomètres.

Cet épuisement musculaire est parfaitement logique face à l’effort demandé à l’ensemble de nos muscles des membres inférieurs. Mais il existe différents degrés d’épuisement musculaire : de la simple fatigabilité qui entraîne un léger  ralentissement de ma vitesse de course à l’épuisement total (crampes musculaires intolérables) empêchant la pratique de la course et m’obligeant à marcher, voire à m’arrêter.

Ce qui m’étonne chez vous c’est que vous n’ayez pas retenu la leçon du premier, deuxième, troisième marathon !

Car manifestement vous êtes, musculairement parlant, épuisé, totalement épuisé, alors qu’il reste encore 5 km à courir. Vous êtes comme ce pilote de formule 1 qui n’a plus assez d’essence pour aller jusqu’à la ligne d’arrivée. Ce pilote aurait dû ralentir quelques tours avant l’arrivée afin d’économiser son essence pour franchir la ligne d’arrivée. Il vous faut donc impérativement ralentir avant de vous trouver face à cet épuisement total. Vous consommez  trop « d’essence » dans les 37 premiers kilomètres.

Si vous aviez des crampes musculaires dans des situations quotidiennes, il faudrait bien évidemment rechercher une cause médicale à ce problème (maladies vasculaires et notamment veineuses, troubles métaboliques, …). Mais votre problème est tout autre car il s’agit de douleurs musculaires intolérables face à un effort inhabituel. Ne cherchez donc pas une réponse médicale à cette inadaptation de votre organisme face à un effort important. Il faut trouver une solution préventive au niveau de votre entraînement et de votre programmation de course. Citons par exemple (car la liste peut être longue), un renforcement musculaire (séances en montée, par exemple), une  bonne alimentation et hydratation avant et pendant le marathon, une meilleure gestion de votre effort (pourquoi ne pas marcher 1 minute tous les 10 à 15 minutes lors de ce marathon ?).

Bref, la solution est uniquement technique et sportive.

Ceci est une réponse à une question posée à notre médecin du sport, Yannick Guillodo: vous aussi posez votre question à notre expert médical

zp8497586rq
Les commentaires sont fermés.