Sébastien Chaigneau : Autopsie d’un arrêt prématuré !

Sébastien Chaigneau revient sur son abandon sur la Diagonale des fous (du 13 au 16 octobre 2011)

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Après sa formidable performance lors de l’UTMB 2011 (troisième), Sébastien Chaigneau a été contraint à l’abandon sur le Grand Raid de la Réunion. Retour sur un très mauvais moment…

Sébastien Chaigneau

« Après avoir passé « une sacrée journée » à la fin du mois d’août (NDRL : troisième place sur l’UTMB 2011 le 28 aout 2011, relire La Crazy Day de Sébastien Chaigneau), je me suis lancé dans une préparation de la Diagonale des fous à La Réunion (162km et 9643m de dénivelé positif), planifiée sept semaines après, du 13 au 16 octobre 2011. Une préparation modifiée en fonctionnant sous forme de blocs (lire : Soyez sous le choc) afin d’être au mieux au départ de « cette diagonale » qui me tient tant à cœur (Lire : A l’assaut de la diagonale des fous).

Pourquoi changer le format de ma préparation ? Tout simplement parce que j’ai déjà tenté l’aventure en 2009 après une belle perf à The North Face Ultra Trail du Mont Blanc (NDLR : deuxième place) et qu’une douleur au tibia très violente m’avait arrêté en plein vol après 83 kilomètres. Il s’est trouvé que cette douleur était une double fracture de fatigue du péroné due à une période de préparation trop longue avant la Diagonale. Cette année, ayant pas trop mal tourné sur l’UTMB, je décide, avec mon entraîneur, de travailler sous ce format de bloc afin de pouvoir avoir une plus longue période de récupération et garder la forme…

Un souffle court dès les premiers kilomètres
Arrivé sur place quelques jours avant la grande messe du trail sur l’île de la Réunion tout se met en place. C’est une nouvelle aventure qui commence. Cette année, je suis logé avec des amis : Pascal blanc, Antoine Guillon et Lionel Trivel qui sont accompagnés de leur petite famille respective.

Durant ces quelques jours ma fin de préparation est tout ce qu’il y a de plus classique : repos, siestes, préparation du matériel, interviews avec les journalistes etc.

Vient le jour J. Le jeudi 13 octobre 2011. Nous prenons la direction de Cap Méchant, après Saint-Philippe, dans le sud de l’île, où le départ sera donné. Après 1h30 de voiture et un peu de bouchons, comme tous les ans, nous voici dans le stade où tout débute ! Nous effectuons les différents contrôles, et approchons petit à petit du moment fatidique… Il y a  toujours une ambiance incroyable ici et je dois reconnaitre que je l’apprécie particulièrement. Nous répondons à de nouvelles interviews pour les différents quotidiens locaux, voici l’heure du départ. Le coup de canon retenti et lâche une marré humaine de plus de 2500 personnes.

Les premiers kilomètres se déroulent sur la route. Immédiatement de petits groupes se forment. Je sens que si les jambes ont bien récupérée, ce n’est pas vraiment le cas de tout mon organisme. Je n’ai pas beaucoup de souffle. Je reste le plus tranquille possible, mais ma tâche est compliquée car sur la route, nous sommes à 16 km/h et toujours sur la relance…

La première partie de course se déroule avec Antoine. Je sens que je transpire bien plus que d’habitude, ce qui me surprend. Sur la route qui monte aux pieds du volcan, je lève le pied. Durant ces 15 premiers kilomètres, je laisse partir le petit groupe devant moi car je sens que je vais payer le fait de transpirer abondamment par la suite.

Je suis inquiet…

Après 1 h 20 de grimpette, j’arrive à Mare Longue où m’attend un premier ravito avec Anne-Marie. Je commence à avoir froid ce qui n’est pas très logique avec les manchettes et autres textiles habituels. De plus, je me rends compte que mon cardio ne redescend pas : je reste coincé bien au-delà des limites que je me suis fixé avant le départ ! Je me dis alors que c’est parti vite devant et que je vais prendre le temps de monter au train pour revenir ensuite petit à petit vers le petit groupe situé juste devant moi. Je suis tout de même un peu inquiet…

Dès le début de l’ascension au volcan, je suis dans le « dur ». Je sais au fond de moi que ça ne va pas être facile à gérer. Il y a près de 2h40 de montée pour atteindre le haut du volcan, je vais avoir le temps de réfléchir à tout cela…

Après quelques kilomètres d’ascension, le froid est de plus en plus problématique pour moi car même avec la veste, les gants et un Buff, je ne me sens pas bien du tout. Je sais aussi que la perte de minéraux dès le début de course va devenir un problème très rapidement. Ca ne se fait pas attendre. Après 3 heures de course, je commence à avoir des petites contractures au niveau du ventre, des abdominaux, des muscles intercostaux du dos et des épaules. Que des signes annonciateurs d’une fin très proche car la perte en grandes quantité de sels minéraux entraîne ce que la majorité des gens ressentes aux niveaux des jambes : les crampes. Je dois avouer que je passe un sale moment, seul. Les crampes me donnent des spasmes qui me font vomir à deux reprises. Pour moi c’est nouveau : je n’ai jamais rencontré ce type de situation. Après renseignements auprès de personnes spécialisées dans le domaine, la perte de sels minéraux en très grandes quantités et rapidement peut avoir engendrée tout cela. Ce ne sont pas des problèmes gastriques mais bel et bien mes muscles contractés qui me font vomir à deux reprises.

Il en est trop pour moi… Je commence à penser qu’il me reste près de 140 kilomètres et qu’après une saison bien remplie, je vais devoir prendre la décision de m’arrêter, la mort dans l’âme.

Mon ascension devient laborieuse. Le retour d’un petit groupe de trois Réunionnais dont Thierry Techer me relance un peu. Je fais l’effort pour m’accrocher pour sortir avec eux sur la partie sommitale du volcan.

Après être passé au ravitaillement de Foc Foc où je bois pour reprendre assez de jus et aller jusqu’au volcan je repars avec Thierry. Je m’accroche sur les parties montantes. Le brouillard s’est invité à la fête, à plusieurs il est plus simple de trouver son chemin.

La mort dans l’âme

Lorsque nous arrivons au ravitaillement du volcan, après 3h55 de montée, j’annonce que je m’arrête. La mort dans l’âme, je rends ma puce électronique et mon dossard.

C’est ensuite comme pour tout le monde le temps des questions. Que s’est-il passé ? Pourquoi ? Comment ? Ma décision d’abandonner, pas simple à prendre, était la plus raisonnable, je le sais. Ca me réconforte un peu. Les explications qui me sont données aussi : c’est à la suite de cette grosse perte de minéraux très inhabituelle chez moi (c’est une première) que mes muscles se sont contracturés entraînant une fin de course prématurée.

Mais ce qui ne me tue pas, me renforce. Cette décision était vitale car ensuite ils sembleraient que les reins auraient été touchés ce qui auraient pu entraîner d’autres complications comme le fait d’uriner du sang voire d’autres conséquences plus importantes pour les mois à venir.

Et comme je cours pour me faire plaisir et non pour jouer ma vie….la décision s’imposait. Ce n’est sûrement pas le fait d’être passé professionnel l’an passé qui modifiera mon approche. Ma maxime que vous connaissez : faites vous plaisir, le reste est anecdotique … prend ici tout son sens.

Je vais donc récupérer, entamer ma préparation hivernale et tenter de revenir encore plus fort.

Seb

8 réaction à cet article

  1. Seb, avec le recul penses tu que tu n’as pas eu le temps de remettre tes constantes a niveau aprés l’UTMB ou alors tu as fait une erreur au niveau de ta préparation d’avant course au niveau alimentaire ?

    D’ailleurs fais tu des bilans sanguins aprés tes courses pour vérifier tes constantes ?

    Merci

    Répondre
    • Il est clair que la remise à niveau des différents secteurs hormones, vitamines, sels minéraux et autres est très importante. Mais la récup est importante et peu-être que je n’avais pas assez récupérer, il me faudra ré-éssayer…
      Pour les analyses je n’en fais pas assez souvent…

      Répondre
  2. Salut Seb

    Je pense que tu as vraiment pris la bonne décision. Insister aurait sans doute nuit à ton niveau de forme dans les mois à venir.

    Sinon as tu une idée de la cause de cette sudation extrême en début de course ? Gros coup de fatigue, charge virale, ect…? Car apparemment tu n’évoques pas de souci d’acclimatation.

    Autre question. As tu en exemple un coureur ayant briller à la fois sur l’UTMB en aout et sur la diagonale de fous un mois et demi aprés. Hormis Kilian…

    Mes amitiés

    Répondre
    • Pour ce qui est de la cause, je n’ai pas encore d’explication mais je cherche.
      Ce peut être une charge virale ou un coup de fatigue ???
      Oui il y a Antoine qui finit 8eme sur l’UTMB et 6eme à la diagonale
      Mais le niveau rencontré durant ces courses ne sont pas du tout identique et il est le premier à dire aujourd’hui que d’enchainer les deux au top est de plus en plus compliqué car le niveau s’élève de plus en plus …
      Même Kilian n’a pas enchainé les deux car l’an passé il n’avait pas fait l’UTMB (racourci…)

      A bientot Gilles

      Répondre
  3. @Gilles : Antoine Guillon fait tout les ans (ou presque) le doubler UTMB/GRR avec à chaque fois de bons resultats.

    @Seb: surement une bonne décision, et à n’en pas douter un jour tu (re)feras un gros truc sur cette diagonale !!!

    Répondre
    • Je suis tout à fait d’accord mais comme j’ai expliqué à Gilles, le niveau va en s’élevant chaque année et Antoine est le premier à être frustré de ne pas pouvoir tout lâcher sur la Diagonale. Avec une semaine de récup en moins cette année il fait 45 mn de plus que ce qu’il avait prévus…

      Sportivement

      Seb

      Répondre
  4. Hello Seb,
    Nous ne sommes pas encore prêt de comprendre les mystères de notre discipline, et surtout des mécanismes internes de notre belle machine.
    Cependant, nous sentons certaines choses, et comme tu le précises, l’enchaînement, ou les enchaînements parfois spectaculaires conduisent souvent à passer à la caisse tôt ou tard.
    Je m’en tire pas mal avec le doublé UTMB-GRR, mais je pense pouvoir donner plus de moi même à la Réunion en faisant l’impasse Chamoniarde. Nous verrons en 2012, puisque je suis décidé à ne faire « que » la CCC. Comme je cours avant tout pour le plaisir, pour la fête, pour les amis, c’est pas simple de me priver, mais je suis curieux…
    Tu as pris la bonne décision sans aucun doute, et c’est aussi ça être professionnel, c’est se connaître et se respecter, pour aller plus loin, pour le plaisir de tous et pour l’exemple.
    Partager ce séjour était très riche d’enseignement.
    A+ sur les sentiers
    Antoine

    Répondre
  5. Salut Seb,

    Sage décision que de s’arrêter, comme tu le dis, cela doit rester un plaisir. J’adore ta vision de l’ultra, on reste dans « l’humain ».
    En tout cas bravo pour ta belle perf à l’UTMB.
    Et félicitation Antoine pour ce bel enchainement !!

    Erwann

    Répondre

Réagissez