SaintéLyon : les conseils pour choisir votre tenue

L’entraînement, c’est une chose. Mais pour mettre toutes les chances de votre côté de réussir votre SaintéLyon, mieux vaut ne pas négliger un autre aspect : l’équipement. Maud Gobert, vainqueur des éditions 2009, 2010 et 2013, livre de précieux conseils.

SainteLyon2013

Du froid et de la neige en 2010, des températures négatives et de la glace en 2012… La SaintéLyon réserve souvent des surprises à ses participants. Et s’il est difficile de prévoir avec certitude la météo du jour J, Maud Gobert, grande spécialiste de l’épreuve pour l’avoir remportée à trois reprises (en 2009, 2010 et 2013), avertit : « A cette période de l’année, il y a un peu de vent. Une remontée d’air froid dont il faut se méfier par exemple quand on sort des bois. On n’est pas loin du Rhône et de la Saône, c’est vicieux, il y a de l’humidité dans l’air ». Et de poursuivre : « Attention notamment au moment du lever du jour, avec la transpiration et l’humidité, à ne pas prendre un coup de froid ». La championne du monde de trail 2011 incite chacun à bien se protéger « le ventre, pour éviter les problèmes gastriques ». « Personnellement, je pars avec deux couches sur moi : d’abord un tee shirt en microfibres, et des manchettes, et puis un manches longues avec effet windstopper. Et je mets mon coupe-vent dans le sac ». En traileuse avertie, celle qui court en collants, ajoute : « Une veste sans manches peut aussi être une bonne option ».

Le matériel obligatoire

- Une frontale avec pile de rechange
– Une couverture de survie
– Un système d’hydratation d’1L minimum
– Un vêtement de pluie
– Une réserve alimentaire
– Un sifflet
– Un coupe-vent
– Un équipement vestimentaire adapté à la météo prévue (collants, deux à trois couches de vêtements, bonnet, gants) et évacuant la transpiration
– Un gobelet personnel

Le matériel facultatif

- Un téléphone portable avec batterie chargée
– Le road-book de l’épreuve remis dans l’enveloppe dossard
– Des chaussures mixtes
– Une pochette à déchets
– Quelques produits énergétiques

Au moment de préparer vos affaires, ne rechignez pas à prendre quelques grammes en plus dans votre sac en emportant une sous couche de rechange : c’est en conservant une première couche sèche et confortable que vous vous assurerez des conditions de course optimales !

Pour compléter cette tenue qui visera donc à bien vous protéger de la fraicheur nocturne, Maud Gobert rappelle qu’il est essentiel d’avoir « un bonnet et des gants » et confie avoir toujours « deux ou trois Buff » sur elle, notamment « un autour du cou ». La protection des extrémités reste un élément clé d’une bonne isolation !

Autre point sur lequel de nombreux participants se posent des questions : les chaussures. Le profil atypique de la SaintéLyon (à 50% sur route et 50% sur chemins), sème parfois le doute dans la tête des concurrents au moment de choisir leur équipement. « Je conseille un bon amorti, et une bonne accroche », lance Maud Gobert qui privilégie un modèle mixte lors de ses participations. Et quid des Yaktra, sorte de chaîne pour chaussures qui offrent plus de stabilité en cas de terrain enneigé ? « Personnellement, je ne suis pas fan, mais il faut dire que j’ai l’habitude de courir sur la neige, souligne celle qui est aussi accompagnatrice en montagne. Quoi qu’il en soit, il faut absolument avoir testé avant de s’en servir en course, pour savoir si l’on est capable de courir avec. Et sinon, vous pouvez aussi prendre une vieille paire de chaussettes de grand-mère que vous mettez sur vos chaussures. Ca accroche bien ! ».

Pour ceux et celles qui le souhaitent et peuvent, avoir une paire de chaussettes voire de chaussures de rechange peut s’avérer utile, en cas de forte humidité après de longues heures d’effort.

Bien sûr, n’oubliez pas votre frontale (qui fait de toute façon partie de l’équipement obligatoire) et vos piles de rechange. Et souvenez-vous que durant l’épreuve, les ravitaillements seront aussi vos meilleurs alliés. « Je bois beaucoup de thé sur cette course. Je remplis ma poche à eau d’eau chaude », lance Maud Gobert qui conseille donc à tous de ne pas se priver des breuvages chauds offerts sur le parcours.

Des conseils qui méritent évidemment d’être adaptés en fonction de la météo du jour J, et des besoins, habitudes et du niveau de chacun.

1 réaction à cet article

  1. merci pour c’est commetaire qui vont me servir pour la course

    Répondre

Réagissez