Triathlon : Le relais mixte Français confirme sa suprématie mondiale au Test Event de Tokyo

François-Xavier de Chateaufort

Superbe démonstration collective du relais mixte Français vainqueur du Test Event de Tokyo. Cassandre Beaugrand, Pierre Le Corre, Léonie Périault et Dorian Coninx repartent du Japon avec des certitudes à moins d'un an des Jeux Olympiques.

Cassandre Beaugrand, Pierre Le Corre, Léonie Périault et Dorian Coninx vainqueur du Test Event de Tokyo (crédit: Fédération Française de triathlon)
Cassandre Beaugrand, Pierre Le Corre, Léonie Périault et Dorian Coninx vainqueur du Test Event de Tokyo (crédit: Fédération Française de triathlon)

21 nations au départ et une envie pour chacun des relais mixte engagés, montrer sa force collective et prendre des repères à moins d’un an des Jeux Olympiques de Tokyo.

Au moment du départ, près de 30 degrés dans l’air et une eau à 28 dans l’Odaïba Bay avec au programme 300 m de natation, 7,4 km à vélo et 2 km de course à pied pour chaque membre des relais.

 

Cassandre Beaugrand visiblement remise de son épreuve individuelle et de son passage à l’hôpital est chargée de lancer le relais Français. D’entrée de course, Jessica Learmonth revancharde après sa disqualification en individuel fait forte impression lors de la natation.

La Britannique ressort de l’eau seule en tête avec quelques secondes d’avance sur ses concurrentes, dont Cassandre Beaugrand en tête du pack qui suit. À vélo, Learmonth est à la lutte avec l’Américaine Summer Rappaport, Cassandre Beaugrand se place en tête du groupe de chasse composé de 16 filles et qui suit à 20 secondes. Lors de la deuxième transition, la Française est gênée pour poser son vélo et ressort légèrement en retard. En course à pied, Cassandre Beaugrand comme souvent fait la différence et passe le relais à Pierre Le Corre qui entame son parcours juste devant l’Américain Seth Rider avec 22 secondes de retard sur le Britannique Gordon Benson.

 

Le Montpelliérain sort de l’eau en 3ème position mais ne perd pas de temps sur la transition et ressort 2ème juste devant Seth Rider. À vélo, la Grande-Bretagne est toujours seule en tête grâce à Gordon Benson. Derrière un groupe de chasse s’est formé, composé de la France, les USA et l’Italie. C’est Pierre qui impose le rythme de ce trio et resserre l’écart avec le Britannique, derrière le peloton compte 20 secondes de retard. Pierre le Corre tient la cadence face à des concurrents n’ayant pas couru l’épreuve individuelle et probablement plus frais. Il parvient ainsi à recoller à 7 secondes du leader.

Après la 2ème transition, il sort 4ème de l’aire et se retrouve à nouveau à la lutte avec l’Américain Seth Rider et l’italien Gianluca Pozzatti. Au moment de passer le relais, Pierre aborde la dernière ligne droite sur un sprint impressionnant pour tenter de se défaire de l’Américain. Léonie Périault part en 2ème position avec une dizaine de secondes de retard sur l’Anglaise Georgia Taylor-Brown.

 

Georgia Taylor-Brown excelle en natation et creuse l’écart sur la concurrence. A la sortie de l’eau, les Etats-Unis et l’Italie suivent à 15 secondes, la France est 4ème à 21 secondes. Après une petite frayeur à vélo pour Léonie Périault gênée par une moto, la Française parvient tout de même à garder le rythme et reste au contact avec l’Américaine Tamara Gorman et l’Italienne Alice Betto. Le trio de chasse Etats-Unis, France, Italie compte une douzaine de secondes de retard sur la Grande-Bretagne à la 2ème transition.

En course à pied, Léonie Périault place une accélération, Alice Betto lâche prise. La Française emmène Tamara Gorman avec elle, les deux filles reviennent à 6 secondes de Georgia Taylor-Brown avant la dernière boucle et finalement rejoignent la Britannique.

Léonie Périault passe le relais idéalement à Dorian Coninx. La Grande-Bretagne et la France sont aux commandes au coude à coude avec 5 secondes d’avance sur les Etats-Unis.    

 

Dorian Coninx chute avant de plonger dans l’eau mais produit son effort dans le bassin de l’Odaïba Bay pour ressortir en tête devant le Britannique Alex Yee avant d’entamer la partie cyclisme. A vélo le regroupement se fait entre la France, les Etats-Unis et la Grande Bretagne, le match à 3 est lancé. Dorian Coninx, Alex Yee (GBR) et Ben Kanute (USA) sortent encore groupés de l’aire de transition pour la course à pied.

 

2 km pour l’explication finale, Coninx et Yee attaquent, une accélération fatale à Kanute qui n’arrive pas à suivre. Dorian Coninx et Alex Yee côte à côte sur un rythme infernal s’offrent un duel somptueux. A 100m de l’arrivée, Yee prend ses responsabilités en lançant le sprint final mais Coninx ne lâche rien. Au terme d’un ultime effort, le Français parvient à coiffer sur le fil le Britannique. Arrivés ensemble sur la ligne d’arrivée dans la même seconde, la photo finish est indispensable pour les départager. La France l’emporte devant la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.

Après son titre mondial obtenu à Hambourg en juillet, le relais mixte Français confirme son superbe potentiel et marque les esprits à moins d’un an des Jeux Olympiques de Tokyo.

 

Dorian Coninx (source Fédération Française de triathlon) : « Je suis vraiment trop content de ce qu’on a fait. Sur chaque relais mixte on se dit que ça va être compliqué de refaire aussi bien que la fois d’avant comme là après le titre mondial à Hambourg. Là on a réussi, il va maintenant falloir réussir à garder cette dynamique même si c’est loin d’être facile. Léonie est revenue super fort pour me passer le relais. Ma stratégie était de passer devant avant de plonger pour essayer de lâcher Alex Yee dans l’eau car je savais que c’était le seul endroit où je pouvais faire la différence. Mais j’étais tellement concentré sur le plongeon que je suis tombé avant… À vélo j’ai préféré roulé juste derrière et à pied j’ai décidé de lancer le sprint, c’était vraiment très chaud mais toute l’équipe a fait un super boulot. »

 

Classement:

1. France                  1h26’33

2. Grande Bretagne  1h26’33

3. Etats-Unis             1h27’09

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réagissez