26; 27.5; 29 pouces : Quel VTT pour quelle pratique ?

Article écrit par Cyril Granier (Expert-Cyclisme)

Aujourd’hui,en France, 14 millions d’usagers disent pratiquer le vélo au moins une fois dans l’année (Observatoire du cycle 2017) et 6,6 millions (FPS/IPSOS 2007) d’entre eux ont choisi pour monture un vtt. C’est dire si un nombre important de personnes peuvent se retrouver face au dilemme que représente le choix de son futur matériel.
Vous avez remarqué ces dernières années la présence sur les stands de vos vélocistes de nombreux standards de roues 26, 27.5 ou 29 pouces (ou 26, 27.5 et 29’’). Alors qu’avant, il suffisait de se demander si l’on souhaitait rouler en rigide, semi rigide ou tout suspendu, il faut maintenant se prononcer sur la taille des roues que l’on souhaite utiliser. Explications.

Source - Fotolia
Source - Fotolia

Cela devient un casse-tête sans nom, quand vient le moment de choisir quel sera le futur destrier qui agrémentera nos longues (et moins longues) échappées bucoliques en nature.

La première question que l’on peut légitimement se poser est de savoir si aujourd’hui on trouve encore le standard de roue que l’on veut en magasin ? La réponse est … presque. En effet, les roues de 26’’ sont aujourd’hui en voie de disparition et sont reléguées très souvent au rang des supermarchés, des vélos bas de gamme ou des occasions. La plupart des marques propose actuellement des vtt en 27.5 ou 29’’, mais a-t-on toujours réellement le choix ?

Pour comprendre les tendances de ce marché, il est parfois bon de regarder ce qui se fait en haut de la pyramide, je veux dire en compétition, dans le sport de haut niveau.

 

Et les pros, quel est leur choix de roues ?

Comme dans beaucoup de domaines, le monde professionnel est souvent un incubateur fabuleux, testant avant tout le monde ces nouveautés technologiques qui vont influencer les marchés du sport.

Petit retour en arrière, aux JO de Londres. Dans le top 10 des athlètes hommes et femmes, 70% étaient déjà en 29’’, 25% étaient en 26’’ et 5% étaient en 27.5’’ (Macdermid 2014). Quatre années plus tard, aux Jeux Olympiques de Rio, les 10 premiers hommes roulaient tous en 29’’, chez les femmes la championne olympique roulait sur un 27.5’’. Finalement, l’athlète qui aura mis le plus de temps à passer au 29’’ sera… le champion olympique en titre, j’ai nommé, Nino Schurter. Il a utilisé pour la première fois un Scott Spark en 29’’ en compétition, durant la coupe du monde de La Bresse en mai 2016. Il doit d’ailleurs encore s’en souvenir puisque les deux crevaisons qu’il a connues l’ont relégué à la 4ème position de cette course.

On le voit donc, que ce soit hommes ou femmes, la majorité pour ne pas dire la totalité des athlètes de l’élite roulent actuellement en vtt 29 pouces, indépendamment de leurs caractéristiques anthropométriques (taille ou poids). Maintenant que l’on connaît la tendance des sportifs de l’élite on peut se demander ce que la science nous apporte dans ce domaine ?

 

Et la science dans tout ça ?

Les chercheurs en sciences du sport ont eux aussi investigué cette thématique pour répondre à cette fameuse question :  26, 27.5 ou 29’’ ?

Récemment, plusieurs équipes de chercheurs ont étudié l’impact du choix de tailles de roues sur la performance. Les deux premières études, furent menées par Macdermid et ses collaborateurs en 2014, publié dans « Journal of biomechanics » et Steiner et ses collaborateurs en 2016, publié dans « Journal of sports sciences ». Ces expérimentations furent réalisées avec des compétiteurs de niveau national (8 hommes) et des membres l’équipe Suisse de Vtt xco (7 hommes et 3 femmes). Tous utilisaient des vtt semi rigides en 26 ou 29’’. Résultat des expérimentations, le 29’’ sort gagnant de ce comparatif. En effet, l’utilisation de ce profil de roue permet une réduction du temps de course de 2,4 à 3%, ce qui représente 7 à 19s de moins sur la totalité du parcours évalué (un peu plus de 1230 m de long). Même en montée ou l’impact du poids lié aux plus grandes roues se fait normalement ressentir, les chronos avec les vtt 29’’ furent meilleurs. De plus, on observe ce gain de temps sans modification de puissance, de fréquence cardiaque ou de cadence, ce qui signifie que la dépense énergétique serait la même indépendamment de la taille de roue utilisée. Enfin, tous les athlètes malgré leurs différentes caractéristiques anthropométriques et leur niveau de pratique ont obtenu un bénéfice en utilisant les vtt en 29’’.

Pour comprendre ces résultats, il faut se pencher sur les principales composantes constituant les résistances totales à l’avancement en vtt. La résistance de l’air, la force de gravité, la force d’inertie et les résistances de roulements (Olds 2011).

Un vtt 29’’ est plus grand qu’un 26’’, les résistances de l’air sont donc plus importantes car une plus grande surface frontale est exposée. Les 29’’ sont généralement plus lourds que les 26’’ ce qui va engendrer une force de gravité plus importante en montée et une force d’inertie augmentée lors de chaque relance. Il ne nous reste plus que les résistances de roulement, et c’est précisément sur ce point que se trouve la différence entre 26 et 29’’. Ces résistances de roulements sont amoindries sur les vtt 29’’ grâce à la plus grande circonférence des roues, le volume des pneus (pression) et le plus grand angle d’attaque. Ces différents paramètres vont permettre un temps de contact plus long entre le pneu et le sol améliorant la traction, réduisant les risques de dérapage et facilitant le franchissement d’obstacles pour in fine réduire les pertes d’énergie.

Malgré ce portrait idyllique en faveur du 29’’, Macdermid s’est rendu compte que cette amélioration de la vitesse de déplacement engendrait une augmentation des vibrations au niveau des muscles et donc une fatigue supérieure. De plus les tests ont été effectués sur des parcours très courts et des durées d’efforts réduites ne reflétant pas la réalité de la pratique. Il n’est pas certain que l’on retrouve la même chose sur un effort plus long notamment avec la répétition d’efforts en montée.

Source - Fotolia

Un chercheur anglais nommé Howard Hurst, a proposé un protocole assez semblable aux précédentes expérimentations mais cette fois-ci en comparant 26, 27.5 et 29’’, chez des pratiquants de niveau régional. Dans son étude, il ne trouve pas de différences statistiques mais seulement des tendances générales, confirmant un temps moyen au tour réduit en 29’’ par rapport aux deux autres tailles de roues (1,3 et 2,1 % de mieux en 29’’ comparé respectivement au 26 et 27,5 pouces). Il a également montré une amélioration du temps en montée et en descente pour une production d’effort moins importante avec un 29’’. Ces résultats restent critiquables car les vtt utilisés étaient des tout suspendus et on ne sait pas si ces tendances n’auraient pas été plus marquées voire complètement différentes avec des vtt semi-rigides. On ne sait donc pas si les résultats observés sont le fait du système de suspension ou du diamètre des roues.

 

Et vous quel sera votre choix ?

Finalement ce qu’il faudra retenir c’est de choisir son vtt en fonction du type de pratiquant que l’on est. Compétiteur dans l’âme ou adepte de randonnées sportives, le 29’’ paraît être le vélo idéal, même pour les petits gabarits car il vous apportera stabilité et confiance dans les franchissement et sentiment de vitesse sur les longues lignes droites. De plus les progrès actuels sur le poids et la rigidité des matériaux mettent à mal les croyances de ces dernières années et il est fort à parier que vous ne mettiez jamais en difficulté votre monture dans des passages techniques. Pour les pratiquants débutants, un 27,5’’ peut être un premier investissement intéressant qui vous évitera de trop grosses dépenses d’énergie en relance et dans les montées, associé à une bonne maniabilité en descente. Si vous ne vous retrouvez pas dans un de ces profils et que vous êtes un pratiquant qui aime prendre son temps et rouler en sécurité dans tout type de conditions (boue, sable, neige…) les tout derniers standards sont faits pour vous… Je vous parle bien entendu du 27,5+ et du fat bike. Et oui l’industrie du vélo n’est pas la dernière en termes de diversification des pratiques !

Dernier conseil, n’hésitez pas à faire confiance à vote vélociste il est quand même spécialiste et connaît bien les produits de ses fournisseurs mais si vous avez le moindre doute revenez faire un saut dans cet article, il vous donnera quelques préconisations et gardez en mémoire que vous rouliez en 26, 27.5 ou 29’’, l’essentiel est de prendre un maximum de plaisir.

 

Références :

 

Olds, T. (2001). Modelling human locomotion: Applications to cycling. Sports Medicine, 31(7), 497–509. doi:10.2165/00007256-200131070-00005

 

Thomas Steiner, Beat Müller, Thomas Maier & Jon Peter Wehrlin (2016) Performance differences when using 26- and 29-inch-wheel bikes in Swiss National Team cross-country mountain bikers, Journal of Sports Sciences, 34:15, 1438-1444, DOI: 10.1080/02640414.2015.1119294

 

Macdermid, P. W., Fink, P. W., & Stannard, R. (2014). Transference of 3D accelerations during cross country mountain biking. Journal of Biomechanics, 47, 1829–1827. doi:10.1016/j.jbiomech.2014.03.024

 

Howard Thomas Hurst, Jonathan Sinclair, Stephen Atkins, Lee Rylands & John Metcalfe (2016): The effect of mountain bike wheel size on cross-country performance, Journal of Sports Sciences, DOI: 10.1080/02640414.2016.1215498

 

 

Réagissez