Yohan Durand : « C’est un chrono de référence, j’ai vraiment tout donné. »

Vendredi, lorsque nous l'avions rencontré à 48h du marathon de Paris, Yohan Durand avait affiché ses ambitions en visant un record personnel et un chrono aux alentours des 2h10.
Mission accomplie avec la manière, Yohan Durand 15ème en 2h09'21 a amélioré son record de plus de 3 minutes et termine meilleur Français de ce 44ème marathon de Paris remporté par le Kenyan Elisha Rotich en 2h04'21 (record de l'épreuve). Entretien.

Yohan Durand 15ème du marathon de Paris en 2h09'21 - Crédit photo : @bensoreau
Yohan Durand 15ème du marathon de Paris en 2h09'21 - Crédit photo : @bensoreau

Lepape-info : Yohan, vous êtes passé sous les 2h10 pour la première fois de votre carrière en mettant une bonne claque à votre record 

Yohan Durand : On a respecté le plan de route, les lièvres ont fait du bon boulot, ils ont été hyper réguliers, ils nous ont amené jusqu’au 30ème kilomètre sur les allures demandées sur un rythme de 2h09 en passant au semi en 1h04’20. Il y’en a même un qui a terminé la course. Les conditions météo étaient bonnes et ont permis aussi de faire le chrono, après il fallait suivre mais toutes les conditions étaient réunies.

 

Yohan Durand : « J’avais vu juste, la préparation s’était bien passée, tous les voyants étaient au vert, il fallait aussi que les lièvres fassent le bon travail, la météo était là après il fallait avoir les jambes. Ici à Paris le but c’était de se mettre au niveau en 2h10 ou moins de gars comme Morhad Amdouni, Mehdi Frère, les regarder dans les yeux comme l’on dit et se dire j’ai ma place dans l’équipe. »

 

Lepape-info : Comment vous êtes-vous senti pendant la course ?  

Y.D : Je me suis senti vraiment bien, j’ai eu une petite alerte au mollet au début, il fallait attendre d’être un peu plus chaud j’avais une petite courbature au mollet ces derniers jours. Il m’a fallu un peu de temps mais après la mi-course je n’ai rien senti. C’était parti au niveau cardiaque j’étais vraiment bien, j’ai réussi à coller au groupe jusqu’au 33ème kilomètre, après malheureusement je termine la fin tout seul un peu isolé dans le Bois de Boulogne, je perds un peu de temps mais sinon je suis vraiment content.

 

Lepape-info : Pour les 2 autres Français avec vous dans le même groupe ce fut plus compliqué   

Y.D : Florian Carvalho a eu des crampes au niveau des ischio au 30ème kilomètre, il a arrêté. Hassan Chahdi on l’a vu jusqu’au semi ensuite on l’a perdu (il a terminé en 2h52’18). Quand à Charik Abderrazak pour son premier marathon il a fait sa course de son côté en 2h13’00.

 

Lepape-info : Les promesses (record, moins de 2h10) faites vendredi ont été largement tenues 

Y.D : J’avais vu juste, la préparation s’était bien passée, tous les voyants étaient au vert, il fallait aussi que les lièvres fassent le bon travail, la météo était là après il fallait avoir les jambes. Quand tout est réuni normalement il y a la performance. C’est une belle satisfaction parce que c’est un vrai retour. Autant à Milan quand je fais 2h12 au printemps dernier c’était une première étape, je l’avais préparé à la va-vite parce que nous étions encore en période de confinement avec très peu de courses, on m’avait proposé Milan j’avais sauté sur l’occasion pour remettre un dossard. Ici à Paris le but c’était de se mettre au niveau en 2h10 ou moins de gars comme Morhad Amdouni, Mehdi Frère, les regarder dans les yeux comme l’on dit et se dire j’ai ma place dans l’équipe.              

 

Lepape-info : Passer sous les 2h10 c’est aussi un cap psychologique

Y.D : C’est un chrono de référence, c’est 3 minutes de moins qu’à Milan où j’étais à 90%. Aujourd’hui j’ai vraiment tout donné je suis vraiment satisfait du chrono. On a une réunion dans le cadre d’un stage running avec la Fédération en novembre, on va définir chacun notre objectif. L’idée à Paris était de battre mon record et de me replacer parmi les meilleurs Français, c’est fait ! Mon objectif c’est d’être présent aux championnats d’Europe 2022 à Munich, d’autant que par équipes potentiellement on peut faire une grosse performance. Tout pour Munich après il faut voir si je recours un marathon en avril prochain mais pour l’instant je ne sais pas vu le chrono que j’ai réalisé aujourd’hui.

 

Lepape-info : Comme vous nous le disiez vendredi, à 36 ans vous êtes toujours dans le coup  

Y.D : Il y a des moments difficiles et revenir ainsi sur le devant de la scène en performant c’est une grande joie pour moi ainsi que de montrer que sans pépin physique je peux être parmi les tous meilleurs. Je suis fier d’être revenu à mon meilleur niveau.

 

Chez les messieurs une attaque décisive après le 37ème kilomètre a permis au Kenyan Elisha Rotich de s’imposer en 2h04’21 (il efface le record de l’épreuve qui était détenu par Kenenisa Bekele) devant son compatriote Hillary Kipsambu (2h04’40) et l’Éthiopien Hailelmaryam Kiros (2h04’44) qui termine 3ème pour son premier marathon.

Chez les dames, l’Éthiopienne Tigist Memuye l’a emporté en 2h26’11 devant Yenenesh Dinkesa (2h26’14), qu’elle a distancée dans le dernier kilomètre. L’Éthiopienne Fantu Jimma complète le podium (2h26’21).

Réagissez