Sylvain Cachard, le jeune homme fort de la montagne

Ce week-end, dans le cadre de la 57ème édition du Fletta trail de Malonno en Italie, le jeune international de montagne Sylvain Cachard a réussi 2 performances de niveau mondial qui font de lui l’homme fort de la discipline en France.

image2

Engagement total

 

Issu du VTT, Sylvain a montré très vite de belles dispositions pour la course nature et pour la verticalité. En Junior 2, il devient champion de France de course de montagne à Culoz (01), termine 5ème aux Europe et 9ème aux mondiaux, la meilleure performance jamais réalisée jusqu’alors (à égalité avec Julien Rancon). Dès la catégorie espoir (1 et 2), Sylvain se qualifie pour disputer les mondiaux en Andorre puis en Argentine, 2 courses où il ne performera pas mais qui resteront pour lui de solides expériences. 

Compétiteur dans l’âme, Sylvain raffole des courses en Italie, le pays leader en Europe pour les courses de montagne, où il est certain de rencontrer une forte adversité. C’était le cas ce week-end au Fletta trail à Malonno dans la province de Brescia. Cette épreuve proposait le samedi un kilomètre vertical et les championnats d’Italie de course de montagne pour les jeunes ; puis le dimanche un trail de 21 km et 1000m d+. Alors, tant qu’à aller courir en Italie, autant en profiter et cumuler le KV et le trail ! 

 

 

Un KV de très haut niveau

 

L’épreuve du kilomètre vertical se courait sur la distance de 3.52 km, semblable à celui de Chamonix pour la distance, ce qui permet de comparer les chronos qui dépendent essentiellement de la pente. Le favori annoncé était le jeune Davide Magnini (23 ans, côte ITRA 927), vainqueur en 2019 du marathon du Mont Blanc, de la Dolomites Skyrace, de la Skyrhune… et auparavant champion du monde de ski alpinisme. Il sera pourtant assez largement devancé par le valdostain Henri Aymonod. A quelques secondes de Magnini, 3 coureurs vont se bagarrer pour le podium : le jeune irlandais Zak Hanna, Sylvain Cachard et Martin Dematteis, une référence européenne de la montagne. En 35’23, Sylvain signe un excellent chrono, de quoi le mettre en confiance pour le lendemain.


image1

Zak Hanna devant Sylvain sur les terribles pentes de Malonno

 

image3

 

Résultats du KV. Un top 10 de haut niveau

 

 

Un Sylvain époustouflant

 

La problématique du trail dominical, c’est que tous les favoris n’ont pas nécessairement couru le kilomètre vertical qui laisse tout de même quelques traces dans les jambes. C’est le cas des 2 favoris de l’épreuve : le recordman de la course Cesare Maestri (27 ans, côte ITRA 895), vice-champion du monde de course de montagne 2019 (course courte) ; et de Francesco Puppi (28 ans, côte ITRA 915), 4ème Sierre Zinal 2018 et vice-champion du monde de course de montagne 2019 (course longue). Pour autant, le 1er, le 3ème, le 4ème et le 5ème du KV sont au départ de cette course qui s’annonce ultra rapide. 

Sans aucun complexe, Sylvain se positionne aux avant-postes de cette épreuve rapidement emmenée par Puppi et Maestri. Dans la deuxième montée, Sylvain et Francesco vont se détacher et se livrer un fantastique mano a mano jusqu’à l’arrivée. Au km 15, Sylvain passe avec 12s d’avance sur Francesco Puppi mais celui-ci va revenir et prendre quelques secondes d’avance dans l’ultime kilomètre. 1h26min pour couvrir 21 km et 1000m d+, les spécialistes apprécieront la performance. 

 

image2

Puppi et Cachard, rapidement seuls en tête

 

Certes, la victoire était très proche pour Sylvain mais la vérité est ailleurs. Avec cette performance, il peut ambitionner à présent les podiums européens et les top 10 mondiaux, autant en montagne qu’en trail court. Il prouve également qu’une pratique passionnée mais aussi raisonnée de son sport est un gage de progression régulière. En effet, Sylvain a intégré le Team de jeunes Buff France/HOKA/Les Saisies à 18 ans dans un but d’apprentissage (physiologie, entraînement, nutrition…) et il continue d’apprendre chaque jour. Elève ingénieur en section sports-études de l’INSA Lyon, Sylvain consacre tout son temps libre à l’entraînement et à la récupération, avec l’objectif d’être toujours meilleur. Aux championnats de France de montagne fin septembre à Super Dévoluy (05), il sera l’homme à battre, même si nous avons la chance d’avoir d’autres espoirs de grand talent comme Alexandre Fine par exemple. 

 

image4

1 réaction à cet article

  1. En effet, impressionant!

    Bravo à Sylvain, et au coach évidement ;)

    Répondre

Réagissez