Léonie Périault : « Il faudra répondre présent dès le début de saison et aussi début août si je suis à Tokyo. »

À 8 mois des Jeux Olympiques de Tokyo, l'équipe de France de triathlon était rassemblée à l'INSEP (Institut National du Sport, de l'Expertise et de la Performance). L'occasion pour Léonie Périault, victorieuse avec le relais mixte du Test Event de Tokyo en août dernier, de se confier sur l'année écoulée et de se projeter sur la saison olympique à venir. Entretien.

Léonie Périault - crédit photo : @leonieperio
Léonie Périault - crédit photo : @leonieperio

Lepape-info : Quels enseignements tirez-vous de cette année en vue de la saison olympique ?  

Léonie Périault : Il faut surtout que je travaille la partie natation qui a été mon gros point faible cette saison. C’est ce qui m’empêche vraiment d’être devant donc je vais porter mes efforts sur la natation cet hiver.

 

Lepape-info : Comment s’est passé l’année 2019 ?   

L.P : Ce fut une saison mitigée, je suis déçue car cela s’est moins bien passé qu’en 2018 notamment sur les épreuves individuelles. Le relais mixte à Tokyo (avec une victoire) s’est très bien déroulé mais j’ai manqué de régularité tout au long de la saison.

 

Léonie Périault : « Cela fait deux ans que la France gagne tout en relais mixte sur les grands championnats, elle sera ultra favorite aux Jeux donc j’espère vraiment y être. »

 

Lepape-info : Que retenir de ce Test Event à Tokyo à un an des Jeux Olympiques ? 

L.P : La chaleur ne me dérange pas au contraire je m’acclimate très bien. J’ai hâte d’y être et surtout j’espère y être.

 

Lepape-info : La concurrence est rude au sein de l’équipe de France pour se qualifier pour les Jeux 

L.P : Je me projette comme si c’était une année classique. Je vais m’entraîner comme d’habitude peut-être un peu différemment. Il faudra répondre présent dès le début de saison car nous allons être jugés pour les Jeux et aussi début août si je suis à Tokyo. C’est vrai que cela va être particulier mais je ne pense pas non plus qu’à cela. J’ai à coeur de progresser notamment en natation.

 

Lepape-info : Il faut améliorer quoi en natation ? 

L.P : La partie technique, il va falloir passer plus de temps dans l’eau pas forcément plus de kilométrage mais plus d’heures et de qualité.

 

Lepape-info : Quel est l’objectif en 2020 ?

L.P : Me qualifier pour les Jeux Olympiques et de faire partie du relais mixte. Cela fait deux ans que la France gagne tout en relais mixte sur les grands championnats, elle sera ultra favorite aux Jeux donc j’espère vraiment y être.

 

Lepape-info : Vous en parlez entre vous de cette qualification pour les Jeux ? Il n’y aura pas de la place pour tout le monde 

L.P : On nous en parle beaucoup à l’occasion de ce regroupement ici à l’INSEP. Nous sommes conscients que nous sommes 8 pour 6 places au maximum, pour l’instant il y’en aura que 5. Les critères de sélection ont été annoncés l’an dernier, on sait tous ce que l’on doit faire mais là nous allons vraiment êtres jugés sur les premières courses.

 

 

 

Rassemblement à l’INSEP de l’équipe de France de triathlon et de paratriathlon à 8 mois des Jeux Olympiques 2020 de Tokyo

 

Réagissez