Triathlon : Kristian Blummenfelt champion olympique, les Français loin du compte

Auteur d'une superbe démonstration de force, le Norvégien Kristian Blummenfelt est devenu champion olympique de triathlon à Tokyo (Japon). Le Britannique Alex Yee et le Néo-Zélandais Hayden Wilde complètent le podium.
Enorme déception pour l'équipe de France de triathlon, le double champion du monde Vincent Luis termine seulement 13ème, Dorian Coninx est 17ème, Léo Bergère 21ème.

Kristian Blummenfelt champion olympique de triathlon
Kristian Blummenfelt champion olympique de triathlon

Comme prévu ce sont dans des conditions chaudes et humides que s’est déroulé le triathlon hommes des Jeux Olympiques de Tokyo.

30 degrés dans l’air, 67% d’humidité et une eau de l’Odaiba Marine Park à 27 degrés avec un départ donné très tôt à 6h30 du matin et un coup de théâtre d’entrée.

Un faux départ très rare dans ce genre de rendez-vous met à l’eau une bonne moitié des concurrents dont Vincent Luis ou encore le triple champion du monde Mario Mola. Les autres restant au sec sur le ponton.

Un imprévu causé par un bateau de l’organisation mal placé près du ponton de départ et empêchant une partie des concurrents de s’élancer correctement.

 

Le second départ fut le bon avec 1 500 m de natation pour lancer ce triathlon olympique. Au passage de la 1ère bouée, le Chilien Diego Moya est aux commandes avec notamment le Britannique Jonathan Brownlee, Igor Polyanski, Vincent Luis en embuscade répond présent.

Progressivement Vincent Luis revient à la hauteur de Diego Moya pour sortir de l’eau une première fois aux 950 mètres en leader accompagné par le Chilien, le Russe Dmitry Polyanski, le Sud-Africain Henri Schoeman et l’Allemand Jonas Schomburg. Du côté des autres Français, Léo Bergère 23ème pointe à 16 secondes, Dorian Coninx est 26ème à 20 secondes.

Vincent Luis maitrise bien le début de course et boucle la partie natation aux commandes avec une première transition assurée devant Dmitry Polyanski, Jonas Schomburg, le Néo-Zélandais Taylor Reid, Henri Schoeman. Léo Bergère est 22ème à 23 secondes, Dorian Coninx 27ème à 27 secondes.

 

Place ensuite à 40 km de vélo (8 tours d’un circuit de 5 km). Après les 5 premiers kilomètres de vélo, un groupe de 9 triathlètes est devant avec une quinzaine de secondes d’avance sur un groupe d’une vingtaine de poursuivants dans lequel se trouvent Léo Bergère et Dorian Coninx mais aussi le Britannique Alex Yee, le Norvégien Kristian Blummenfelt, le Hongrois Bence Bicsak, l’Autrichien Alois Knabl ou encore l’Australien Jacob Birtwhistle.

À l’issue du 2ème tour, les écarts sont stabilisés, le groupe de 9 aux commandes possèdent 19 secondes d’avance sur leurs poursuivants directs.

Lors du 3ème tour, tout le monde roule en tête mais sans véritable relais. L’écart se réduit à 12 secondes avec les triathlètes dans le groupe de chasse.

Dans le 4ème tour, la jonction se fait avec le groupe de tête qui comprend alors une trentaine de triathlètes dont les 3 Français Vincent Luis, Léo Bergère, Dorian Coninx. À la fin du 4ème tour, ce groupe de 30 compte 18 secondes d’avance sur un autre groupe d’une dizaine de concurrents emmené par les Espagnols Mario Mola (triple champion du monde), Javier Gomez et Fernando Alarza.

Le 5ème tour à vélo est l’occasion de voir que tous les « hommes forts » sont présents hormis l’Américain Morgan Paerson relégué à plus de 40 secondes et l’Autrichien Alois Knabl contraint à l’abandon après avoir cassé son dérailleur de vélo. À 3 tours de la fin, le Luxembourgeois Stefan Zachaus qui s’est extirpé du groupe de tête compte une petite avance de 5 secondes sur le reste de la troupe (36 triathlètes).

Au passage avant les 10 derniers kilomètres à vélo, les favoris sont là mais cela ne roule pas véritablement, on assiste à une course d’observation avec un groupe de tête bien compact. L’Allemand Jonas Schomburg est esseulé à 31 secondes. La dizaine d’autres concurrents restants sont relégués à plus d’une minute, voire 2 minutes pour certains.

À 5 km de la fin de la partie cyclisme, le Suisse Andrea Salvisberg (16ème des JO 2016) qui a décidé de se porter seul aux commandes a creusé un écart de 21 secondes avec le reste du groupe des favoris.

Andrea Salvisberg s’offre un dernier tour à vélo en leader et gère la dernière transition avec 14 secondes d’avance. L’occasion aussi pour tout le monde de s’hydrater, de s’arroser avant les 10 kilomètres de course à pied.

 

Andrea Salvisberg est rapidement repris par le groupe de favoris emmené par le Britannique Alex Yee (vainqueur de l’étape WTS de Leeds cette année), le Norvégien Kristian Blummenfelt (vainqueur de la WTS de Yokohama en début de saison), le Néo-Zélandais Hayden Wilde (3ème du Test Event à Tokyo en 2019) ou encore le Belge Marten Van Riel. Vincent Luis un peu plus en retrait semble coincer un peu.

Après 2,5 km de course à pied, Alex Yee est aux commandes d’un groupe d’une quinzaine de concurrents devant Hayden Wilde et le Français Dorian Coninx. Léo Bergère est 11ème à 2 secondes, Vincent Luis pointe à 4 secondes.

Le groupe de tête se réduit, ils ne sont plus que 9 ensemble à 7 km de l’arrivée, on assiste à une course par élimination. Alex Yee continue d’imprimer le tempo, Wilde et Coninx suivent la cadence avec notamment le Suisse Max Studer, Martin Van Riel, Kristian Blummenfelt, Jonathan Brownlee. Vincent Luis qui ne lâche pas l’affaire est dans un 2ème groupe à quelques mètres en embuscade.

Après 5 km (à la moitié de la course à pied) Alex Yee reste très solide avec 7 autres favoris. Dorian Coninx qui a légèrement décroché est à 4 secondes, Vincent Luis est 10ème à 12 secondes, Léo Bergère est 14ème à 21 secondes.

Alex Yee accélère mais Hayden Wilde resiste ainsi que Kristian Blummenfelt et Jonathan Brownlee. Blummenfelt décide de prendre les choses en main, seul Yee et Wilde resistent. Brownlee finit par craquer alors que les tours de 2,5 km s’enchaînent à un rythme de 7’33 / 7’34.

 

À l’entame du dernier tour, nous avons le trio de tête qui va s’expliquer pour le podium olympique : Kristian Blummenfelt, Hayden Wilde et Alex Yee.

Blummenfelt fait forte impression, Wilde assure un long relais, Alex Yee est en position d’attente dans le groupe de 3.

À 1,5 km de l’arrivée, Blummenfelt porte une nouvelle attaque qui s’avère décisive, Yee plafonne, Wilde lâche prise. Le Norvégien en puissance qui allonge la foulée fait la différence et s’envole vers le titre olympique.

Kristian Blummenfelt qui prolonge son effort avec la manière ne sera jamais rejoint, il offre à la Norvège sa première médaille aux JO en triathlon et s’adjuge sans contestation le titre olympique devant Alex Yee à 11 secondes et Hayden Wilde à 20 secondes.

 

La démonstration de Blummenfelt a fait des dégâts mais la chaleur aussi. Pour preuve, malgré sa victoire le Norvégien épuisé a quitté le site sur un fauteuil roulant !

À l’arrivée les écarts sont conséquents et la déconvenue est terrible du côté des Français. Vincent Luis est 13ème à 1’20, Dorian Coninx 17ème à 1’44, Léo Bergère 21ème à 2’16.

 

Prochain rendez-vous, le triathlon dames ce mardi matin à partir de 6h30 (heure de Tokyo) dans la nuit de lundi à mardi (heure Française) avec les Françaises Cassandre Beaugrand et Léonie Périault.  

Réagissez