Triathlon : Après les Jeux olympiques, l’équipe de France enchaîne à Montréal

La récupération fut courte. Seulement 15 jours après le relais mixte des Jeux olympiques de Tokyo, le circuit WTCS (World Triathlon Championship Series) reprend ses droits.
Après Yokohama (Japon) et Leeds (Grande-Bretagne), direction le Canada. Montréal accueille la 3ème et avant-dernière étape de la série mondiale dès ce vendredi jusqu'à dimanche.
4 sélectionnés olympiques Français seront au rendez-vous : Léonie Périault, Dorian Coninx, Vincent Luis (tous les 3 médaillés de bronze à Tokyo avec le relais mixte) ainsi que Léo Bergère avec également les présences d'Audrey Merle et Jeanne Lehair.

Départ de la course hommes à Yokohama 2021 - crédit photo © World Triathlon
Départ de la course hommes à Yokohama 2021 - crédit photo © World Triathlon

L’étape WTCS de Montréal sera l’occasion de tester un nouveau format de course plus spectaculaire.

L’épreuve se déroulera sous un format inhabituel dit “Eliminator” : Super Sprint (300 mètres de natation, 6 km de vélo, 1,5 km de course à pied) avec séries qualificatives et repêchages ce vendredi.

Les finales sont prévues samedi sur un triple Super Sprint avec élimination progressive.

 

 

Jour 1

Les athlètes engagés (43 chez les femmes, 38 chez les hommes) sont répartis en deux séries. Les 10 premiers de chaque série se qualifient directement pour la finale du lendemain. Les non qualifiés se retrouvent sur une manche de repêchage à l’issue de laquelle les 10 premiers sont qualifiés pour la finale. Un total de 30 athlètes accèdent donc à la finale.

 

Jour 2

La finale se déroule donc sur un triple super sprint “Eliminator” :

  • A l’issue de la première course, les dix derniers sont éliminés. Il reste donc 20 athlètes.
  • À l’issue de la deuxième course, les dix derniers sont également éliminés.
  • La 3e et dernière épreuve regroupera donc les 10 meilleurs athlètes.

 

30 athlètes (15 femmes et 15 hommes) ayant participé aux courses individuelles des Jeux Olympiques de Tokyo sont au départ de cette épreuve inédite.

8 d’entre eux ont décroché une médaille, que ce soit en individuel ou en relais mixte (or pour Flora Duffy en individuel, argent en relais mixte et bronze en individuel pour Katie Zaferes, argent en relais mixte pour Taylor Knibb, bronze en relais mixte pour Léonie Périault, bronze en individuel pour Hayden Wilde, argent en relais mixte pour Kevin McDowell et bronze en relais mixte pour Dorian Coninx et Vincent Luis).

Les principaux absents seront donc la médaillée d’argent britannique Georgia Taylor-Brown ainsi que les deux premiers de la course masculine, le Norvégien Kristian Blummenfelt et le Britannique Alex Yee. Côté français, Cassandre Beaugrand a, elle aussi, préféré faire l’impasse sur cette épreuve.

 

Les forces en présence dans chacune des séries :

Chez les femmes   

Série 1

Cette série est la plus relevée des deux avec la Bermudienne Flora Duffy championne olympique et l’Américaine Katie Zaferes, médaillée de bronze en individuel aux JO de Tokyo.

Lauréate de la WTCS de Yokohama en début de saison, l’Américaine Taylor Knibb devrait elle aussi se qualifier sans trop de souci pour la finale. Idem pour la Britannique Non Stanford (7e à Yokohama), l’Italienne Verena Steinhauser (18e à Yokohama), et l’Australienne Natalie Van Coeverden (16e à Leeds et 13e des derniers Mondiaux).

Brillante 5ème des JO de Tokyo et médaillée de bronze en relais mixte, Léonie Périault compte bien surfer sur cette vague euphorique pour se hisser en finale sans trop dilapider de forces.

 

Série 2

Aucune favorite incontestable ne se dégage vraiment dans cette série. Non qualifiées pour les JO, Sophie Coldwell et Taylor Spivey auront l’avantage d’aborder cette course beaucoup plus fraîches que certaines de leurs rivales.

3ème des derniers Mondiaux, Laura Lindemann a joué les premiers rôles à Tokyo, notamment en figurant dans l’échappée sur l’épreuve individuelle, mais en ne terminant finalement que 8ème. L’Allemande a prouvé à plusieurs reprises, par le passé (3 podiums en WTCS), qu’elle pouvait rivaliser avec les toutes meilleures.

Parmi les autres prétendantes à la finale, l’Italienne Alice Betto 9ème des Jeux et l’Américaine Karsten Kasper qui a signé deux Top 15 sur le circuit cette année

Brillante depuis le début de saison sur le niveau continental et sur les Coupes du Monde (championne d’Europe de duathlon et 4e sur la coupe du monde d’Arzachena), Audrey Merle a une belle carte à jouer.

Ce sera également un joli challenge à relever pour Jeanne Lehair, qui fera son baptême du feu sur le circuit WTCS, elle qui a gagné une manche de coupe d’Europe en Pologne en mai dernier. Ce format de compétitions qui nécessite d’être bien placé et efficace sur les transitions devrait toutefois bien lui convenir.

 

 

Chez les hommes

Série 1

3 triathlètes font figure de favoris : Marten Van Riel (Bel), Kevin McDowell (USA) et Vincent Luis.

4ème des JO, le Belge a validé par ce classement son excellent début de saison, ponctué par une 3e place à Leeds et une 7e place à Yokohama. En l’absence de Yee et Blummenfelt, il est en droit de viser la victoire sur cette WTS.

Surprenant 6ème à Tokyo, Kevin McDowell voudra, sans aucun doute, prouver, lors de cette course, que cette performance ne relevait pas de l’accident.

Quant à Vincent Luis déçu par sa 13e place au Japon mais qui avait retrouvé le sourire avec la médaille de bronze en relais mixte aura envie de confirmer sa dynamique lui qui avait abordé les Jeux Olympiques un peu à court de condition en raison d’une blessure au mollet contractée pendant sa préparation.

Les autres prétendants à la finale directe attendus sont l’Espagnol Antonio Serrat Seoane (8e à Leeds), le Néo-Zélandais Tayler Reid (18e des JO de Tokyo) et le Suisse Sylvain Fridelance (15e à Leeds).

Médaillé de bronze lors des championnats d’Europe de Kitzbühel, Tom Richard peut, lui aussi, faire bonne figure sur un format de course assez similaire qui lui a finalement souri en Autriche.

 

Série 2

3ème des Jeux Olympiques de Tokyo et 5ème à Leeds, Hayden Wilde sera probablement le favori de cette seconde série.

4 autres triathlètes devraient également être de la finale :

Tout d’abord, le grand malchanceux des JO de Tokyo, Jelle Geens (2ème à Leeds) qui n’avait pas pu prendre part à la course individuelle en raison d’un contrôle positif à la Covid-19.

Léo Bergère et Dorian Coninx seront, eux aussi, avides de revanche après des prestations olympiques en deçà de leurs ambitions sur la course individuelle (respectivement 21e et 17e).

3ème des derniers mondiaux et auteur de deux Top 8 sur le circuit WTCS cette année, Léo Bergère dispose des armes nécessaires pour briller à Montréal.

Idem pour Dorian Coninx (6e des Mondiaux en 2020) encore plus motivé par sa médaille de bronze olympique sur le relais mixte.

16ème des JO, l’Australien Jacob Birtwhistle devrait se hisser également en finale sans trop de soucis.

 

Programme

Vendredi 13 août

11h30 (17h30 heure française) : Série 1 féminine
12h00 (18h30 heure française) : Série 2 féminine
13h00 (19h00 heure française) : Série 1 masculine
13h30 (19h30 heure française) : Série 2 masculine
14h30 (20h30 heure française) : Repêchage femmes
15h00 (21h30 heure française) : Repêchages hommes

 

Samedi 14 août

13h36 (19h36 heure française) : Finale 1 femmes (30 athlètes)
14h16 (20h16 heure française): Finale 2 femmes (20 athlètes)
14h56 (20h56 heure française) : Finale 3 femmes (10 athlètes)
16h06 (22h06 heure française) : Finale 1 hommes (30 athlètes)
16h46 (22h46 heure française) : Finale 2 hommes (20 athlètes)
17h26 (23h26 heure française) : Finale 3 hommes (10 athlètes)

 

Dimanche 15 août 

15h06 (21h06 heure français) : relais mixte

Réagissez