UTMB® 2021 : Les premières données du rendez-vous mondial du trail

L’UTMB® 2021, le rendez-vous tant attendu de Chamonix a comblé toutes les espérances : succès populaire, élites internationales, météo clémente.
Mais au-delà des premières impressions très favorables, que peut-on tirer des chiffres donnés par l’organisation ?

utmb 2

Tout d’abord, et c’est un constat plutôt inquiétant, le poids de l’UTMB® est tel que les autres trails disputés pendant cette même période font maintenant très pâle figure, non pas en termes de participation mais en termes de niveau et de densité.

La multiplication des organisations et la multiplication des épreuves au sein d’une même organisation participent de cette dilution de la densité des élites, et plus particulièrement pour les femmes qui représentent un faible pourcentage des participants aux ultra-trails.

Voici pour les 4 courses majeures les données générales. Signalons que la TDS® n’a pu se terminer dans des conditions normales à la suite du décès d’un trailer tchèque de 35 ans consécutif à une chute.

 

PARTANTS FINISHERS ABANDONS % ABANDONS
OCC® 1464 1359 105 7.2
CCC® 2011 1578 433 21,5
TDS® 433 212 221
UTMB® 2347 1521 826 35

Source : UTMB® Live (utmbmontblanc.com)

 

On constate des taux faibles d’abandons, sur une édition avec une météo plutôt favorable, même si le plan froid a été déclenché pour les nuits de la CCC® et de l’UTMB®. Plus la distance s’allonge et plus le taux d’abandons grandit. Il est tout de même élevé pour les 170 km puisque près d’un concurrent sur trois n’a pu terminer l’épreuve.

Sur le site de l’épreuve, on peut constater que les abandons sont importants entre Courmayeur et Champex-Lac, puis qu’ils deviennent très rares dans la dernière partie de course. Le froid a tout de même provoqué beaucoup d’hypothermies pour les athlètes sous-équipés et fatigués.

 

Dauwalter, exploit inégalé

Dans le deuxième tableau, comme nous l’avions déjà fait par le passé pour de nombreuses épreuves, nous avons transformé les écarts de temps en écarts de pourcentages. Cela permet d’avoir une représentation de la densité des épreuves chez les hommes et les femmes, et le niveau des femmes par rapport aux hommes.

Rappelons ce qui peut nous servir de point de repère : les écarts hommes/femmes en athlétisme sont en moyenne de 10%, quelles que soient les épreuves, du 100m au marathon. Mais si en athlétisme les performances sont objectives (le chrono), ce n’est pas le cas en trail où la performance chronométrique reste dépendante de nombreux paramètres.

Au-delà des performances, il est vrai que la côte ITRA donne à présent une représentation assez fidèle du niveau des athlètes. Elle n’est pas indiquée ici mais disons quand même que l’OCC® et l’UTMB® ont été les courses les plus denses en élite, tant chez les hommes que chez les femmes. Ces indications figurent bien entendu sur le site de l’organisation.

 

  OCC CCC TDS UTMB
Ecart 1er H / 3ème H 1.8 % 4.8 % 4% 2.1 %
Ecart 1er H / 10ème H 10.1 % 10.8 % 11.8% 11.4%
Ecart 1er H / 1ère F 13.9% 23.6 % 23.1 % 8.4%
Place scratch 1ère F 20 39 26 7
Ecart 1ère F / 3ème F 7.2% 4.2% 9.4 % 11.6 %
Ecart 1ère F / 10ème F 14.2% 13.9 % 20.3 % 27.1%

 

Pour les 4 épreuves, la densité chez les hommes est importante puisque le 10ème homme évolue entre 10.1 et 11.8 %.

Chez les femmes, la densité est moindre, tant pour le podium que pour le top 10, même si le 27.1% entre la première et la dixième femme sur l’UTMB® est dû en majeure partie à l’extraordinaire performance chronométrique de Courtney Dauwalter.

Concernant les écarts femmes/hommes, les démonstrations de Blandine L’Hirondel (vainqueur OCC) et de Courtney leur permettent de rester dans les normes énoncées plus haut.

À ce propos, jamais une femme n’avait réussi un tel exploit sur l’UTMB® en présence de l’élite mondiale masculine. Sur la CCC® et la TDS®, les écarts femmes/hommes sont importants, avec une faible densité de femmes dans le top 10 de la TDS®.

Enfin, pour compléter ces premières données, voici la répartition du top 20 scratch et du top 10 par catégories.

 

Composition du top 20 scratch par catégories

OCC® : 19 séniors et 1 vétéran 1 (40-50 ans)

CCC® : 19 séniors et 1 espoir

TDS® : 16 séniors et 4 vétérans 1

UTMB® : 18 séniors et 2 vétérans 1

 

Composition du top 10 femmes par catégories

OCC® : 9 séniors et 1 vétéran 1

CCC® : 9 séniors et 1 vétéran 1

TDS® : 8 séniors, 1 vétéran 1 et 1 vétéran 2

UTMB® : 9 séniors et 1 vétéran 1

 

Le constat va dans le sens de l’évolution de la discipline avec un rajeunissement des élites pour les deux sexes, même si un seul espoir figure dans ce tableau, ce qui reste assez logique sur des distances de 56 à 170 km. Rappelons par exemple que le top 10 du cross du Mont-Blanc (23 km) était composé de 9 espoirs.

Les enseignements à tirer de ces courses sont innombrables. Mais pour chaque participant, c’est le lieu et la typologie des abandons qu’il faut analyser afin d’augmenter par contraste ses chances de réussite.

Réagissez