Ce café qui fait prendre du gras !!

Article écrit par Amélie Fosse

Le café booste le métabolisme et favorise la perte de poids ». Oui mais, ATTENTION, consommé de façon anarchique le café peut empêcher la perte de gras voire même la favoriser.


coffee 2

Comment le consommer ?

 « Avec ou sans sucre ? »

La réponse semble évidente. Quelques phrases pour vous convaincre de changer vos habitudes.

A chaque café sucré c’est une réponse insulinique. Traduction, c’est l’information envoyée à votre corps pour stocker les graisses.

Même si vous êtes un consommateur de café sucré depuis des années, votre palais est capable d’apprécier un café sans sucre. Si, si, je vous assure, après 2 mois de sevrage vous ne pourrez plus avaler un café sucré. Commencez aujourd’hui en diminuant progressivement la dose de sucre, et dès que vous êtes habitués, faites le petit effort supplémentaire : 1,5 sucres -> 1 sucre pendant 1 semaine -> ½ sucre pendant 15 jours -> ¼ sucre pendant 20 jours -> 1/6  sucre pendant 1 mois -> 0 sucre, objectif atteint.

« Un nuage de lait peut-être ? »

Tous les dérivés du café au lait (cappucino, frappucino, macchiato) sont très riches en sucre et en calorie. A titre de comparaison, 1 café noir c’est 0 Calorie et 0 sucre alors qu’un moyen café mocha  de chez Starbucks c’est 273 Calories et 5 sucres.

Selon beaucoup de témoignages, certaines personnes digèrent difficilement le café au lait. Il est préférable de l’éviter en fin de repas.

« espresso ou americano ? »

On pense, à tort, qu’un café serré aura plus d’effet qu’un café allongé. Certes, le goût et les arômes sont plus prononcés mais l’espresso est pourtant beaucoup moins chargé en caféine qu’un café filtre.
Pourquoi ? Parce que le temps d’infusion est beaucoup plus court, la caféine n’a pas le temps de se libérer. Un ristretto (café italien très serré) sera donc le café le plus doux en caféine.

Une forte dose de caféine n’est pas toujours propice à la perte de poids. Au contraire, dans certains cas elle peut favoriser la prise de gras. Pour ne pas faire cette erreur, c’est un peu plus bas.

En conclusion : « un café noir, s’il vous plait ! »

Où le consommer ?

STOP à la machine à café du bureau et ses gobelets en plastique.

Chaleur et plastique ne font pas bon ménage ! Le plastique contient des composés nocifs appelés « perturbateurs endocriniens ». Lorsqu’ils pénètrent dans l’organisme ils ont des effets négatifs sur le système hormonal. Les études sur les perturbateurs endocriniens sont encore trop pauvres pour connaitre leurs effets sur la prise de poids. Mais connaissant l’action des hormones sur le poids (thyroïde, insuline, cortisol), on peut largement supposer qu’ils ne sont pas complètement innocents dans l’épidémie d’obésité et surpoids actuel. Si votre café est indispensable au travail, pensez à prendre votre tasse.

Quand le consommer ?

La clé est de respecter son horloge interne.

L’ingestion de café stimule la production de cortisol. Il s’agit de l’hormone du stress. Si sa production est excessive elle va favoriser le stockage des graisses et de façon très localisé. Vous savez c’est cette petite bouée qui se fixe bien solidement autour de la taille.

Il est donc conseillé de boire son café lorsque le niveau de cortisol est bas c’est à dire 2h après son réveil et entre 13h et 17h. Pour les accros au réveil caféiné, faites le test. Prendre un café unique en fin de matinée sera plus efficace (concentration, éveil…) que de boire du café en continu toute la matinée.

La caféine reste en moyenne 5h à 6h dans le sang, ça dépend bien sûr des personnes et de la quantité ingérée. Prenez votre dernier café avant 17h, même avant 16h pour les plus sensibles. Vous n’avez peut-être pas l’impression mais la caféine nuit à la qualité de votre sommeil. Vous dormez la même quantité mais votre sommeil est moins réparateur.

Fatigue, stress et shoot de caféine, ce cocktail gagnant pour la prise de poids.

Quelle quantité ?

Cela dépend de vous, et de votre tolérance à la caféine.

  • Si vous êtes de nature angoissée et stressée je vous conseille vivement de limiter le café voire de le supprimer.
  • Si vous ressentez l’excès du café, sensation de palpitation, accélération du rythme cardiaque… Il faudra modérer sa quantité, 1 à 2 tasses par jour bien placée dans sa journée.
  • De façon générale, il est préférable ne pas dépasser 5 tasses par jour. L’addiction quelle qu’elle soit n’est pas bonne. Si vous ne pouvez pas passer une journée sans boire de café parce qu’il est indispensable à votre sensation de bien-être il va falloir penser à faire une petite cure de désintoxication.

 

Amélie Fosse

Et si vous voulez connaître les bienfaits du café sur la performance sportive c’est ici ! 

2 réaction à cet article

  1. Merci, Amélie, pour cet article! J’ai pu vérifié ce qu’il se passe, lorsque le café devient – comme on le pense, à tort – une béquille pour mieux faire face aux journées stressantes.
    Au final, ça ne sert pas à grand chose, et on stocke!
    Me concernant, anxieux de nature, le café a été réduit au maximum (1 par jour, après avoir lancé ma journée de boulot).
    Résultat: J’ai eu l’impression de « dégonfler » assez rapidement, et les meilleures récupérations lors du sommeil m’ont permises de reprendre – ENFIN! – les trails abandonnés au titre d’une trop grande fatigue continuelle…
    Bien sportivement

    Répondre
  2. Désolé… j’ai – moi aussi – fait une faute dans mon commentaire !
    J’aurais du écrire « vérifier », et pas « vérifié »…
    Même si cela ne change rien à la compréhension du texte, c’est mieux ainsi.
    Bien sportivement.

    Répondre

Réagissez