Crédit Photo : Izf - Fotolia

L’acclimatation à la chaleur à moyen-terme et ses effets sur les performances en ambiance tempérée

Avoir trop chaud quand on fait du sport, c’est un peu comme courir avec de la fièvre. C’est excessivement dur. La chaleur est un des pires facteurs de détérioration de la performance en endurance, mais c’est aussi une des meilleures stratégies à utiliser pour booster le niveau de performance. Dans cette succession d’infographies, vous trouverez tout ce qu’il faut savoir sur la chaleur : ses différents effets physiologiques, ses effets sur la performance ou encore plusieurs stratégies de prévention. Voici en 9nde partie la fin sur la stratégie la plus efficace : l’acclimatation. Voyons celle à moyen-terme, intermittente, puis ses effets sur les performances en ambiance tempérée.



Source - Fotolia

L’acclimatation à la chaleur et les effets sur l’organisme (suite)

Avoir trop chaud quand on fait du sport, c’est un peu comme courir avec de la fièvre. C’est excessivement dur. La chaleur est un des pires facteurs de détérioration de la performance en endurance, mais c’est aussi une des meilleures stratégies à utiliser pour booster le niveau de performance. Dans cette succession d’infographies, vous trouverez tout ce qu’il faut savoir sur la chaleur : ses différents effets physiologiques, ses effets sur la performance ou encore plusieurs stratégies de prévention. Voici en 8ème partie la suite sur la stratégie la plus efficace : l’acclimatation. Abordons maintenant l’acclimatation à court-terme.


Source - Fotolia

Forces mentales : lesquelles travailler pour franchir un cap ?

Oubliez l’idée que les champions ne doutent pas. Elle est fausse. Lorsque le coach anglais du triathlon distance olympique se rend au challenge opposant le recordman du miles aux meilleurs performers de la distance il y a de cela quelques années, et qu’il fait remarqué au coach du champion à quel point ce dernier est fantastique, il obtient comme réponse : « tu serais surpris mais il y a une heure encore, il était effrayé comme un chaton à la vue des performances des autres athlètes ! J’ai dû lui rappeler à quel point il était bon… »

Source - Fotolia

L’acclimatation à la chaleur et les effets sur l’organisme

Avoir trop chaud quand on fait du sport, c’est un peu comme courir avec de la fièvre. C’est excessivement dur. La chaleur est un des pires facteurs de détérioration de la performance en endurance, mais c’est aussi une des meilleures stratégies à utiliser pour booster le niveau de performance. Dans cette succession d’infographies, vous trouverez tout ce qu’il faut savoir sur la chaleur : ses différents effets physiologiques, ses effets sur la performance ou encore plusieurs stratégies de prévention. Voici en 7nde partie la seconde stratégie, qui est aussi la plus efficace : l’acclimatation. Commençons par ses effets sur l’organisme.


Source - Fotolia

Toi et moi à l’entraînement : pour le meilleur…

En général, on entend que la performance repose sur la physiologie de l'athlète ou sur ses attributs psychologiques. C'est vrai lors d'épreuves en solitaire quand le contexte est stable. Mais lors d'affrontements directs, qu'en est-il ? Ces facteurs restent soumis à d'autres enjeux : des enjeux tactiques. Et oui, on se surprend parfois grâce à l'adversaire de devant ! Pourtant, à l'entraînement, on ne sait que trop peu tirer profit d'autrui, qu'il soit adversaire ou partenaire…

Source - Fotolia

L’hydratation, la stratégie la plus simple contre la chaleur !

Avoir trop chaud quand on fait du sport, c’est un peu comme courir avec de la fièvre. C’est excessivement dur. La chaleur est un des pires facteurs de détérioration de la performance en endurance, mais c’est aussi une des meilleures stratégies à utiliser pour booster le niveau de performance. Dans cette succession d’infographies, vous trouverez tout ce qu’il faut savoir sur la chaleur : ses différents effets physiologiques, ses effets sur la performance ou encore plusieurs stratégies de prévention. Voici la 6nde partie, la première des stratégies et certainement la plus simple : l’hydratation.

Source - Fotolia

La relation chaleur-déshydratation-organisme (5/11)

Avoir trop chaud quand on fait du sport, c’est un peu comme courir avec de la fièvre. C’est excessivement dur. La chaleur est un des pires facteurs de détérioration de la performance en endurance, mais c’est aussi une des meilleures stratégies à utiliser pour booster le niveau de performance. Dans cette succession d’infographies, vous trouverez tout ce qu’il faut savoir sur la chaleur : ses différents effets physiologiques, ses effets sur la performance ou encore plusieurs stratégies de prévention. Voici la 5nde partie : la relation chaleur – déshydratation – organisme.

Source - Fotolia

Tout Savoir sur la Chaleur : La Dérive des Systèmes (4/11)

Avoir trop chaud quand on fait du sport, c’est un peu comme courir avec de la fièvre. C’est excessivement dur. La chaleur est un des pires facteurs de détérioration de la performance en endurance, mais c’est aussi une des meilleures stratégies à utiliser pour booster le niveau de performance. Dans cette succession d’infographies, vous trouverez tout ce qu’il faut savoir sur la chaleur : ses différents effets physiologiques, ses effets sur la performance ou encore plusieurs stratégies de prévention. Voici la 4nde partie : la réponse exacerbée de l’organisme à l’exercice (suite).

Source - Fotolia

Tout Savoir sur la Chaleur : La Dérive des Systèmes (3/11)

Avoir trop chaud quand on fait du sport, c’est un peu comme courir avec de la fièvre. C’est excessivement dur. La chaleur est un des pires facteurs de détérioration de la performance en endurance, mais c’est aussi une des meilleures stratégies à utiliser pour booster le niveau de performance. Dans cette succession d’infographies, vous trouverez tout ce qu’il faut savoir sur la chaleur : ses différents effets physiologiques, ses effets sur la performance ou encore plusieurs stratégies de prévention. Voici la 3nde partie : la réponse exacerbée de l’organisme à l’exercice.


Source - Fotolia

C’est quoi un bon coach ? (3/3)

Dans le monde de l’entraînement, le détail règne en maître. S’il suffisait alors au coach de « peser » ces différents détails pour en appréhender leurs effets sur la performance, cela se saurait. Un jeu d’additions et de soustractions suffirait… Au contraire, l’attitude à adopter vis-à-vis d’un athlète reste difficile à déterminer. Voici le dernier article d’une série de trois, dont l’idée est d’objectiver/encourager certains principes d’efficacité propres à toute intervention de performance sportive.

Source - Fotolia

Quelles échelles de ressenti pour s’entraîner ?

Les échelles de sensation recueillent de la subjectivité. Par définition, elles peuvent donc omettre certains facteurs essentiels comme en refléter d’autres estimés sans importance. Ainsi, elles sont partielles. Pourtant, dès lors que l’individu interpellé par cet outil s’y adonne consciencieusement, les mesures réalisées peuvent devenir cruciales. Prévention de la blessure, qualité de récupération, satisfaction liée à l’entraînement… s’en trouvent toujours améliorés. C’est démontré. Le lien avec la performance est alors tout tracé. Voici quelques-unes des échelles couramment utilisées dans le monde de l’entraînement (en endurance notamment) pour réaliser un suivi de l’état de forme d’un athlète.

Source - Fotolia

Les Effets Physiologiques de la Chaleur (2/11)

Avoir trop chaud quand on fait du sport, c’est un peu comme courir avec de la fièvre. C’est excessivement dur. La chaleur est un des pires facteurs de détérioration de la performance en endurance, mais c’est aussi une des meilleures stratégies à utiliser pour booster le niveau de performance. Dans cette succession d’infographies, vous trouverez tout ce qu’il faut savoir sur la chaleur : ses différents effets physiologiques, ses effets sur la performance ou encore plusieurs stratégies de prévention. Voici la 2nde partie : les effets physiologiques de la chaleur.

Source - Fotolia

C’est quoi un bon coach ? (2/3)

Dans le monde de l’entraînement, le détail règne en maître. S’il suffisait alors au coach de « peser » ces différents détails pour en appréhender leurs effets sur la performance, cela se saurait. Un jeu d’additions et de soustractions suffirait… Au contraire, l’attitude à adopter vis-à-vis d’un athlète reste difficile à déterminer. Voici le second article d’une série de trois, dont l’idée est d’objectiver/encourager certains principes d’efficacité propres à toute intervention de performance sportive.

Source - Fotolia

C’est quoi un bon coach ? (1/3)

Dans le monde de l’entraînement, le détail règne en maître. Ce n’est pas pour rien, en effet, que l’on s’intéresse au programme de l’athlète (distance, volume, etc.) autant qu’à la manière dont il y répond (fréquence cardiaque, ressenti, etc.) ou encore à son quotidien (qualité de vie, sommeil, etc.). S’il suffisait alors au coach de « peser » ces différents détails pour en appréhender leurs effets sur la performance, cela se saurait. Un jeu d’additions et de soustractions suffirait… Au contraire, l’attitude à adopter vis-à-vis d’un athlète reste difficile à déterminer. Voici donc une série de trois articles dont l’idée est d’objectiver/encourager certains principes d’efficacité propres à toute intervention de performance sportive.

Source - Fotolia

Les 3 meilleurs facteurs de performance en Trail Courte Distance

En trail, on est assez loin de la course à pied usuelle dans la mesure où les parcours sont non seulement vallonnés mais, de surcroît, constitués à plus de 80% de surface non-goudronnée / non-pavée. Ceci n’est pas anodin pour le coureur : dénivelé et terrain agissent de concert pour dénaturer sa foulée. Et il le sent bien / sait bien puisque l’activité musculaire en trail est tournée vers davantage de contractions excentriques (en descente) et d’activité métabolique (en montée), et possède donc une réputation légitime dans les courbatures développées et l’énergie dépensée. Autant de facteurs a priori à considérer dans la performance, et donc la préparation.
2 réactions

Source - Fotolia

Reposé mais incapable ? L’incongruence des ressentis repos-exercice !

N’avez-vous pas remarqué qu’à s’intéresser aux aspects de la performance sportive, on en vient toujours à la problématique de la gestion de l’état de forme ? Au point que cette question est devenue commune mesure dans les études scientifiques. Normal, direz-vous, puisqu’on s’est rendu compte des nombreux liens que cette question tisse à la fois avec le phénomène de blessure ou, à l’opposé, l’occurrence du pic de forme. Une problématique qui se situe donc entre les deux extrêmes du continuum d’entraînement…

Source - Fotolia

Le cycle de la charge d’entraînement

Si la première des préoccupations pour l’athlète en phase d’entraînement est d’éviter la blessure, celle de son état de forme arrive en second. Les deux sont liées, évidemment, et leur relation de cause à effet n’est plus à démontrer. Mais là n’est pas le sujet. Aujourd’hui, l’objectif est de donner du sens et de la cohérence à des concepts/variables que l’on peut entendre dans le contexte de l’entraînement, mais que l’on appréhende rarement ensemble.

Source - Fotolia

Protéines et Entraînement : les dernières recommandations (Partie 2)

La Société Internationale en Nutrition Sportive a récemment délivré son avis critique – revue de littérature, positionnement et recommandations – quant à l'ingestion de protéines chez des personnes sportives saines. Dans une première partie, nous vous présentions les grandes lignes de cet avis critique. Celles-ci apportaient une base nécessaire à qui souhaite optimiser les effets de son entraînement via des apports protéiques spécifiques. Dans le présent article, nous descendons d’un niveau d’analyse, puisque sont appréhendées plus en détails ces « règles d’or » de la protéine, profitables au sportif d’endurance comme de musculation.