Ironman

Ironman-Partie 5 : Paroles d’Expert, l’Affûtage

Ironman, « Homme de fer » en français, est une course multi-disciplinaire consistant à enchaîner Natation,
Cyclisme puis un marathon (course à pied de 42,195 km). La pratique de cette discipline est en pleine évolution.
Comment bien se préparer, s'alimenter, que manger pendant la période d'affûtage, voici les questions auxquelles répond notre expert à travers ce dossier déclinée en 5 parties.

Ironman

Ironman-Partie 4 : Paroles d’Expert, Entraînement, Crampes, Courbatures, soucis gastriques

Ironman, « Homme de fer » en français, est une course multi-disciplinaire consistant à enchaîner Natation,
Cyclisme puis un marathon (course à pied de 42,195 km). La pratique de cette discipline est en pleine évolution.
Comment bien se préparer, s'alimenter, que manger pendant la période d'affûtage, voici les questions auxquelles répond notre expert à travers ce dossier déclinée en 5 parties.

Ironman

Ironman-Partie 3 : Paroles d’Expert, Comprendre les variations de poids de corps

Ironman, « Homme de fer » en français, est une course multi-disciplinaire consistant à enchaîner Natation,
Cyclisme puis un marathon (course à pied de 42,195 km). La pratique de cette discipline est en pleine évolution.
Comment bien se préparer, s'alimenter, que manger pendant la période d'affûtage, voici les questions auxquelles répond notre expert à travers ce dossier déclinée en 5 parties.

Ironman

Ironman-Partie 2 : Paroles d’Expert, Qu’est ce que la Demande Thermorégulatoire

Ironman, « Homme de fer » en français, est une course multi-disciplinaire consistant à enchaîner Natation,
Cyclisme puis un marathon (course à pied de 42,195 km). La pratique de cette discipline est en pleine évolution.
Comment bien se préparer, s'alimenter, que manger pendant la période d'affûtage, voici les questions auxquelles répond notre expert à travers ce dossier déclinée en 5 parties.

triathlon ironman athlete swimmers running

Ironman-Partie 1 : Paroles d’Expert, Comment s’Entraîner, s’Alimenter, Gérer l’Affûtage pour bien terminer son épreuve ?

Ironman, « Homme de fer » en français, est une course multi-disciplinaire consistant à enchaîner Natation, Cyclisme puis un Marathon (course à pied de 42,195 km).
La pratique de cette discipline est en pleine évolution.
Comment bien se préparer, s'alimenter, que manger pendant la période d'affûtage, voici les questions auxquelles répond notre expert à travers ce dossier déclinée en 5 parties.

sports-731506_960_720

Les femmes sont-elles vraiment moins endurantes que les hommes ?

Les écarts de considération homme/femme sont partie-prenants de notre quotidien, et transparaissent d’un point de vue sportif (eg. le nombre de sets à Rolland Garros : 3 pour eux, 2 pour elles). La question de leur légitimité peut se poser, et questionne donc les standards de réglementation. Lorsque cette question se pose dans les sports d’endurance, rien de tel alors que de forger son avis à partir d’indicateurs plus fiables que l’opinion collective : les soubassements physiologiques des deux sexes.

Voici le Régime « Sleep-Low » ​connu pour la ​​Perte de ​P​oids et l’amélioration de la ​P​erformance​

A priori, un paradoxe s’établit ici, puisqu’il semble compliqué d’être performant sans stocks d’énergie, et donc sans espace de stockage de cette énergie. Par exemple, il existe en effet une masse (d’eau) associée au stockage des sucres dans l’organisme (à chaque gramme de sucre sa quantité d'eau). Pour autant, l’exercice et la nutrition possède la caractéristique commune d’activer certaines mêmes voies métaboliques. Et grâce à cela, il est possible de mettre en avant des stratégies permettant d’optimiser les effets de l’entraînement pour être à la fois performant, et à son poids de forme. Voici quelques points permettant d’appréhender les contours de ce que l’on appelle la stratégie « sleep-low ». 4 réactions

Echauffement consciencieux avant la compétition

​L’importance d’Evaluer sa charge d’entraînement avant une compétition ​pour plus d’Efficacité​

Dans la perspective d’une compétition, vous avez pu expérimenter plusieurs plans d’entraînement, les rejeter ou les ajuster à vos besoins, si bien que vous êtes potentiellement parvenu(e) à « un » plan qui vous correspond. Concrètement, vous pourrez justifier ce plan par le type de séance réalisée, d’enchaînement des activités, ou encore les périodes de charge et de récupération. Mais tout cela ne vous semble-t-il pas…trop défini ? Trop « figé » ?



IndianOceanTriathlon2012(228of316)

Ironman vs Fatwoman

Alors qu’il est aujourd’hui admis que l’instauration d’un état de surmenage chez tout un chacun dépend de son contexte de vie, pour le sportif, deux facteurs en particulier ont été récemment présentés comme prépondérants. Explications. 2 réactions





transpiration

Se couvrir pour maigrir ?

Certes les activités d’endurance profitent ces années d’un effet de mode consistant à peaufiner l’assortiment de sa tenue de course avant de sortir. Mais malgré cela, il n’est pas rare d’observer des coureurs étrangement lourdement habillés par la météo ambiante et, quand bien même on s’aventurerait à leur demander « Pourquoi ?! », de s’entendre répondre : « Pour perdre du poids ! ». Non, Mesdames, Messieurs, vous ne perdrez pas plus de poids en courant habillés, en tout cas pas dans l’optique que vous vous affichez d’un régime à moyen terme. Explications.


Le nombre d'entraînement ne fait pas tout

L’affûtage parfait : suivez le guide !

C’est certainement l’une des problématiques les plus minutieuses pour le coureur averti. La gestion de l’entraînement dans les jours qui précèdent la compétition doit en effet, dans l’idéal, permettre l’évacuation complète de la fatigue physique et mentale accumulée, tout en ne perdant pas une seule miette de la condition physique parallèlement acquise. Une recette peu évidente ! 2 réactions


fatigue

C’est quoi la Fatigue ? Approche théorique #2 : La remise en cause des données existantes

N’a-t-on pas des arguments récurrents qui nous suggèrent que la compréhension du phénomène de fatigue ne devrait pas être réduite à ce qui se passe dans le corps… A commencer par celui du sprint final ! Une dernière accélération… parfois même après 42km de course ? C’est vrai ça… Comment, sur la base des précédents modèles (cf. partie #1), deviendrait-il possible à un athlète de courir plus vite en fin de marathon que sur la moyenne de l’épreuve ? Ses réserves énergétiques devraient en effet être trop amoindries pour générer un tel comportement, sa température centrale trop élevée, ses traumatismes trop importants… Trop ! Trop… ? A priori, non.