Au coeur du semi-marathon de Boulogne-Billancourt (92), le 17 novembre 2013 avec Jérôme Trublet

Avec son club MCA (Moissy Cramayel ), Jérôme Trublet s'est aligné sur le semi-marathon de Boulogne, il nous raconte sa course.

Jérome Trublet semi de Boulogne Billancourt 2013
L’idée de participer au semi-marathon de Boulogne est née chez quelques adultes de mon club, le MCA de Moissy Cramayel, il y a quelques années mais je n’avais pas pu jusqu’alors les accompagner pour cause de marathons trop rapprochés et raisons familiales…
Mais 2013 était la bonne année avec un marathon de Berlin fin septembre et les 20km de Paris mi-octobre, j’avais le temps de récupérer. Je me donc inscris ainsi qu’ 11 autres athlètes du club MCA.
Le compte à rebours est lancé. Vendredi 15 novembre 2013, Marc et Claude récupèrent les dossards, les T-shirts et nous voilà parés !
En ce dimanche 17 novembre, c’est le jour J.
Départ à 8h15 de Moissy-Cramayel en co-voiturage, il fait sec et 7 degrés. Nous arrivons facilement au parking de la mairie de Boulogne où chacun de nous suit de près son rituel d’avant course.
Je ne déroge pas aux règles et « casque » ma perruque de la statue de la liberté ainsi que ma voile de meneur d’allure. Meneur d’allure ?enfin pas vraiment, je cours pour moi (voire contre), pour le club mais aussi pour une association de diabétiques type 1 qui les aide à pratiquer des activités sportives, l’Union Sports et Diabète. Moi même « sucré », je ballade donc ma pompe à insuline et ma voile sur différentes courses et m’amuse à répondre ce qui me passe par la tête quand les coureurs me demandent  » Vous êtes le meneur de combien ?…. je dis souvent 3h sur semi et 8h sur marathon !)

9h40, après les 15mn d’échauffement, nous nous positionnons confortablement dans les différents sas de départ, la musique est entraînante mais nous ne participons pas à l’échauffement collectif, les coureurs se tapent dans le dos, se souhaitent bonne chance (tout en pensant je vais essayer de te déposer) et rentrent dans leurs bulles. Il y a des ballons entre 1h30 et 2h15 par tranches de 5 minutes !
10h00, les personnes avec un handicap, les élites puis les meilleurs que moi partent par vague et c’est notre tour, mon tour !
Je me dis un peu fada de courir autant de « compets » mais les sensations à l’échauffement étaient bonnes aujourd’hui et puis un record en 1h34mn52s sur le St-Pol Morlaix d’il y a quelques années, ça doit pouvoir se battre….
Se battre pas sur, y’a quand même du monde sur les 5 premières bornes et je slalome entre trottoir et route, ralentis par obligation et ne trouve réellement ma foulée qu’au passage du scanner du 5e où j’observe des coureurs du trottoir faire demi-tour pour passer sur la balise électrique ! Je double les ballons d’1h35 mais les flammes jaunes d’1h30 sont encore loin.
Le parcours plat qui m’avait été vendu par les athlètes du club ne l’est pas. Vous êtes sur les quais de Seine et quelques ponts sont à passer aussi bien par dessous que par dessous. Ce n’est pas l’idéal pour maintenir sa vitesse de croisière !
Le kilométrage est bien indiqué, ligne au sol et panneau fluo dans les arbres, mon sac à eau (rempli de cette boisson américaine sucrée) quant à lui, boude les ravitaillements d’oranges, de bouteilles d’eau entières mais non dévissées et me fait gagner quelques places.
Je franchis le 7e en 29mn49s sur les bords de Seine, l’épingle à cheveux me permets de croiser ces coureurs véloces et les suivants qui n’ont certainement pas dû s’engloutir un kebab la veille au soir (je ne cite personne) ! Les difficultés commencent dans le bois de Boulogne avec quelques faux plats et virages à 90°. En descente le 14e passe néanmoins en 59mn49s, avec un « ptit » effort, le semi pourrait rentrer en moins de 1h30 !
Du 14 au 17e km, rien à signaler, on trouve un peu plus de spectateurs, les enfants s’étonnent de ma perruque et les secouristes restent omniprésents sur le bord du parcours. Mais le panneau 17  met fin à mes espoirs, il est dans le creux d’un passage de pont et sa remontée se fait à juste 12 km/h. Mes voisins de course soufflent, souffrent, ne se regardent pas, certains remontent tout de même quelques places.
Et voici l’arche rouge d’un des sponsors de la course ! Petite question : est-ce l’arrivée ? Ou le 21e ? Mes lunettes de myope m’aident finalement à discerner un groupe marchant juste après l’arche, allez j’accélère, un peu de fractionné final avec mon voisin et le semi rentre en 1h30mn55s.
Une cape plastique est remise à chacun, judicieuse initiative, puis viennent la médaille, le ravitaillement, la photo pour immortaliser, Emilie, Maxime….et tous ces gars que je ne connais pas mais qui ont suivi ma voile durant leur course et me remercient !
Second du club, tous les athlètes seront entre 1h28 et 1h45, tous ravis de cette course, de leurs temps, étonnés du profil mais prêts pour l’année prochaine !
A Lire aussi