Au coeur du 68 km des Gendarmes et des voleurs de temps avec Benoit Holzerny, le 22 mai 2013

Deuxième lors de sa première expérience sur un 68km Trail, Benoit Holzerny nous raconte sa superbe course.

Gendarmes et voleurs de temps 2013 Holzerny
Les Gendarmes et Voleurs de temps m’ont donné le goût du trail en compétition lorsqu’en 2011 je remportais le 32km. A cette période, je me disais que 2-3h d’effort me conviendrait sûrement bien et qu’il serait difficile pour moi d’augmenter la distance, mais ça, c’était avant…
Dimanche 19 mai 2013 me voilà au départ du 68km des Gendarmes et Voleurs de Temps (Grand Trail du Limousin, manche du TTN), la pluie qui tombe depuis des jours a transformé le parcours en terrain de cross boueux… Ce n’est pas ce que je préfère comme conditions de course, mais ce matin là je ne m’en préoccupe même pas ! Je n’ai qu’une envie prendre le départ pour commencer cette aventure, ou plutôt terminer cette longue et dernière ligne droite d’une préparation déroulée sans encombre.
C’est Erik Clavery (Champion du Monde de Trail), suivi des principaux favoris, qui imprime le rythme après quelques centaines de mètres. Un petit groupe d’une dizaine de coureurs est aussitôt formé, je me place à l’arrière en me concentrant sur mon rythme et mes sensations. Continuellement, je me répète qu’il faut que je reste facile. Le groupe s’étire de plus en plus et selon les portions je ne vois plus les premiers, mais rien ne me fera accélérer ! Aujourd’hui, c’est la tête qui me fera avancer malgré les fourmis que j’ai dans les jambes. De l’arrière, j’observe les trajectoires et les glissades des uns et des autres, les passages plus ou moins humides et plus ou moins techniques.
Vers le 13ème km, je me retrouve avec Nicolas Martin (4ème des Templiers) et Maxime Durand, nous formons un trio qui évoluera ensemble pendant plus de 10km. Vers le 25ème Maxime lâche et je me retrouve seul avec Nicolas jusqu’à une descente technique où je le laisse filer car il est bien meilleur descendeur. « Cette descente est un peu le juge de paix » m’avait dit Jean Pierre, le traceur de ce parcours avec qui j’avais fait la reconnaissance complète un mois auparavant. C’était noté, il fallait arriver frais en bas et j’étais frais ! Devant (je n’avais pas le classement) se trouvaient Erik, Sylvain Court -vainqueur cette année du Gruissan Phoebus Trail (voir les résultats) et de l’Ecotrail (voir les résultats)- Fabien Chartoire, Nicolas pas loin. J’étais alors 5ème, une place que je me disais accessible.
Dans la montée qui suivait (environ 38-39èmekm), je revois Nicolas et juste devant lui Erik !! Malheureusement, la défaillance des uns faisant le bonheur des autres, je dépasse Erik qui n’en peut plus et l’encourage. Me voilà 4ème
Au ravitaillement suivant (43ème km), je rejoins Nicolas pour 3-4km ensemble qui me dit « ça va être long » ! Je n’ose pas lui répondre que je suis encore bien, mais il s’en aperçoit rapidement car il n’arrive plus à tenir le rythme que nous avions depuis quasiment le départ. 3ème… Intérieurement je n’ose pas croire au podium.
Sylvain et Fabien sont à environ 3mn d’après certains écarts que l’on me donne. Je ne ressens toujours pas de coup de barre (par contre mes barres énergétiques me donnent de sérieux coup de fouet !), mais je connais les hommes de tête et je ne pense en aucun cas pouvoir revenir sur eux. En cet instant je ne pense qu’à une chose : je veux assurer ce podium !
Au dernier ravitaillement (56èmekm), Olivier Gui (Responsable Team Adidas) m’annonce 2mn de retard et me dit que Fabien n’est pas au mieux, d’accord, mais il reste une douzaine de kilomètres et je pense que je vais avoir moi aussi mon passage à vide !! A ce ravitaillement, je laisse mon sac que j’avais depuis le 18èmekm pour retrouver ma ceinture et pas mal de grammes en moins sur le dos, ça me redonnent des ailes. La dernière difficulté est franchie, place maintenant à 10km de faux plat descendant ou presque. Je m’étais dit lors du repérage que cette dernière partie serait sans doute décisive selon l’état dans lequel on arriverait ! Mais je ne pensais pas y arriver si bien !
Vers le 62ème km, j’aperçois Fabien à 200m et demande au quad qui passe juste à ma hauteur de me confirmer que c’est bien lui ! Puis sur une longue ligne droite, Sylvain apparaît un peu plus loin ! J’ai du mal à y croire ! Plus je me rapproche de Fabien moins il avance… je le double en l’encourageant et en le rassurant: « derrière c’est loin ! » 2ème
Un panneau affiche les 3 derniers kilomètres, je me dis qu’à ce rythme, la 1ère place est peut être possible, mais Sylvain réussit à ne pas faiblir et nous conserverons notre minute d’écart jusqu’à l’arrivée où il m’attendra, encore plus surpris que moi !
Séverine (Hamel, ndlr), qui a terminé elle aussi à une belle 2ème place sur le 32km, m’attend toute émue sans trop y croire ! Une bien belle surprise pour mes proches et moi-même ! Une belle surprise qui vient concrétiser des heures d’entraînements !
Place maintenant à un peu de récupération avant de remettre un dossard au magnifique Trail de Sancerre le 8 juin !
Benoît*Coach FreeRun Conseil
http://www.freerunconseil.com/le-coach.ws