Au coeur de Roscoff to Roscoff (29),les 25 et 26 mai 2013, avec Thierry Guibault vainqueur

Pour sa première sur ce week-end Trail en Bretagne, Thierry Guibault s'impose. Il nous raconte.

Mohamed Serbouti (au premier plan) et Thierry Guibault
Mohamed Serbouti (au premier plan) et Thierry Guibault

Avant de commencer mon récit, je tiens à dire que ma présence sur cette épreuve s’explique pour deux raisons. La première : Adidas mon partenaire est aussi celui du week end trail Roscoff to Roscoff, la deuxième : François Le Disses, l’organisateur. C’est un ami de longue date. Je suis professeur de sport dans l’armée de l’air, lui, l’était dans l’armée de terre et nous avons eu des instructeurs en commun.

Me voici donc au départ de ce week-end Trail, moi qui suis plutôt un routier. En ce début d’après midi, en ce samedi 25 mai nous savourons un très beau soleil breton. Je m’élance néanmoins avec quelques doutes quant à ma capacité à enchaîner 3 courses en 2 jours… Nous avons quand même un prologue de 18 km à 13h15 en ce samedi, puis une nocturne de 11 km à 23h00 et enfin la spéciale de 27 km, demain dimanche à 12h30 à avaler.
Je me place en tête dès les premiers mètres du prologue pour éviter de mettre un pied dans un trou ou un autre avec ce premier kilomètre dans le port de Roscoff avec algues, rochers, crabes etc…
Au bout de 5 km, avec mes amis du team Adidas, Benoit Holzerny et Momo Serbouti, nous formons un bon trio de tête. Nous nous détachons pour prendre environ 40s d’avance au passage du 10 km avant d’attaquer les magnifiques îles en face de Roscoff.
Suite à un passage de rochers, « Momo » perd du terrain sur Benoit et moi-même. Benoit termine fort, mais il ne fait que cette première étape… alors que moi, je me préserve pour enchaîner la nocturne et surtout la longue étape du dimanche.
Benoît, deuxième du 68 km des Gendarmes et des voleurs de temps (lire au coeur du 68 km des gendarmes et des voleurs de temps avec Benoit Holzerny et les résultats du 68 km des gendarmes et des voleurs de temps à Ambazac, le 19 mai 2013), arrive donc avec 1mn d’avance sur moi, tandis que Momo est 1mn derrière moi. Lui aussi va courir les 3 étapes. Un peu plus loin, on retrouve Christophe le Luherne, triple vainqueur de l’épreuve et Benoit Laval, grand spécialiste de trail. Tout en récupérant de cette belle étape, nous attendons notre team manager Olivier Gui qui arrive avec un poignet douloureux et la peau bien abîmée… On le branche, forcément, comment peut-on chuter à 10 km/h, etc.

Le soir après un dîner partagé avec les autres trailers et toute l’équipe du team, nous repartons à 23h00 pour 11 km dans la nuit noire avec notre frontale bien fixée sur notre tête, encore une première pour moi. « Chauchau » (Dominique Chauvelier, ndlr) au bout de 3km se trouve en panne de pile et doit se résoudre à attendre d’autres coureurs, (encore une franche rigolade à l’arrivée, il n’a pas d’expérience l’ancien…).
De mon côté, ayant retrouvé mes sensations de cross-man, je fais le forcing pour distancer Momo, Christophe et Benoit afin d’avoir un joli matelas avant l’épreuve du lendemain. En 11km, je mets 1mn30s à mes adversaires. Le lendemain, ils m’avoueront que je leur ai fait mal au moral et aux jambes.

Nous voici au départ de la dernière étape, toujours sous un soleil rayonnant. Je dispose d’un peu plus de 2mn d’avance sur momo et de 4mn sur Christophe, je me cale donc dans la foulée du peloton de tête amené par Benoit Laval à une allure de 14-15 km/h pendant environ 11km puis suite à un passage à gué Momo accélère pour distancer Christophe avant le passage de rocher qu’il redoute.
Je prends sa foulée avec un autre coureur qui lui faisait seulement cette étape, puis après avoir pris une centaine de mètre d’avance sur Christophe, je prendsle relais de Momo pour accentuer l’avance et lui éviter de courir face au vent seul.

En passant les rochers, au 15ème km, je distance Momo et accélère encore à une vitesse de 16-17 km/h pour terminer en solitaire sur Roscoff avec une confortable avance. Le public nombreux et chaleureux, nous attend sur la ligne d’arrivée….

Que du bonheur ! J’embrasse ma femme en lui souhaitant encore une belle fête des mères.

Le boulot fut bien réalisé pour le team adidas avec momo qui conserve sa 2ème place au général malgré une hypoglycémie en fin de course. Christophe Le Luherne complète le podium.
Pour une première compétition sur trail depuis 6 ans, j’ai pris un plaisir énorme. Un plaisir partagé avec mes amis, les autres concurrents et les bénévoles qui pendant ces deux jours ont effectué un travail remarquable.

Je me répète ,mais ce ne fut que du bonheur. Promis, je reviens l’année prochaine pour défendre mon titre.

Quelques photos