Une mère célibataire court un 500 kilomètres et va travailler le lendemain.

Je ne vous connais pas, mais moi, après un Marathon ou un Trail, j’aime bien prendre un jour de repos. Je m’allonge sur le canapé et je dors le lendemain, constatant la douleur et la raideur de mes muscles. Conséquences normales de mon effort de la veille. Après avoir couru des 42 km, je pense que c’est normal de prendre un petit break ou au moins quelques heures pour se reposer et récupérer. Vous êtes d’accord ?

UltraSignup
UltraSignup

Alors maintenant, venez à la rencontre de la superwoman Jameela Abdul-Rahim Mujaahid, qui a couru le 500 km du Last Annual Vol State la semaine dernière, en partant du Tennessee pour finir aux abords de la Géorgie. Quand elle a fini sa course, elle est rentrée à la maison avant d’aller travailler le lendemain.

Alors que faut-il pour se lancer dans cette course ? De la ténacité, une force mentale incroyable et la capacité de pouvoir courir plus longtemps que les autres dans des conditions parfois difficiles et hostiles à une petite afro-américaine en dreadlocks, portant sur son dos ses provisions pour la course qui l’attend et toujours avec détermination et concentration.

Jameela, mère de 6 enfants âgés de 7 à 23 ans, a toujours été une athlète. Elle suivait son père partout quand il allait courir. Elle remportait les courses qu’elle faisait face aux garçons du quartier. Jameela avait même un surnom : Trois jambes.

La vitesse de Jameela lui permit d’être une bonne sprinteuse. Elle participa et remporta toutes les courses qu’elle courut. Du 100m au 400m. Sa spécialité étant le 400m. A l’âge adulte, elle rejoint l’Atlanta Track Club et est curieuse de savoir comment les gens peuvent courir plus d’1 mile à la fois. Elle s’étonne de ces gens qui peuvent en courir 10. Alors elle s’inscrit et s’entraîne à courir le plus loin qu’elle peut. Après quelques temps, elle se met à courir des 5 et des 10 kilomètres et remporte toutes les courses dans sa catégorie.

C’est là que commence son obsession de la longue distance. Elle veut maîtriser le semi-marathon et le marathon. L’idée d’essayer de se qualifier pour les Jeux Olympiques commence à germer dans sa tête. Elle commence à s’entraîner. Cela lui paraît insuffisant. Elle en veut plus. Mais y’avait-il vraiment plus ?

Un ami se trouvant dans son groupe de l’Atlanta Track Club, lui parle de l’Ultra Training. A son premier essai et malgré des crampes et un épuisement dû à la chaleur, elle court 40 miles à son premier essai. (Elle court à jeun, étant en période de Ramadan). Le reste appartient à l’Histoire.

Elle tente les 50 miles, le réussit. Elle se met immédiatement en quête d’un nouveau challenge. Un de ses amis lui suggère les 100 miles. Vous connaissez déjà la suite. Elle réussit.

Même si ce n’est pas de la course rapide qu’elle fait, elle adore et performe dans la longue distance. Maintenant vous trouvez Jameela dans des ultra marathons de 100 kilomètres et maintenant de 500 kilomètres. Elle adore réussir ce qu’elle ne croyait pas imaginable de faire.

Quand vous allez sur le site d’inscription à cette course, vous pouvez lire « Ceci est un site d’information pour la course Vol-State. Pour toute information supplémentaire, contactez Laz. Si vous ne savez pas comment faire c’est que vous ne voulez probablement pas le faire.

La Vol-State est un évènement réservé aux confirmés qui veulent réussir l’ultime challenge physique et mental. Un évènement qui pourrait briser leur moral, ainsi que leurs chaussures, les faisant entrer dans un monde de souffrance et de peine. Et s’ils parviennent à finir la course, ils connaîtront l’ultime victoire d’être allés au bout d’eux-mêmes.

J’imagine qu’ils se réveilleront le lendemain avec une intense fatigue. Une fatigue qu’ils n’auraient jamais pu imaginer.

Mais ce n’est pas le cas de Jameela. Cette femme forte et magnifique a fini la course de Vol State en faisant les 500km. Elle est rentrée à la maison, a un peu dormi, s’est habillée pour aller travailler et a fait son double shift.

Comment peut-on faire cela sans céder à l’épuisement ? Vous devriez être celui qui écrirait sur sa page Facebook : « Je ne crois pas au renoncement. Si tu as mal, fait avec. Tu es blessé, fait avec. Tes enfants te manquent, fait avec. Tu veux plus ? Travaille plus dur. La vie est comme ces courses. Tu dois pousser fort, creuser profondément à l’intérieur et voir ce qui est à toi. »

Après sa course, elle a révélé que beaucoup lui avait dit qu’elle n’irait pas jusqu’au bout de la course ou qu’elle ne pourrait même pas la commencer, parce qu’elle n’avait pas d’équipe autour d’elle, de stimulateurs, qu’elle était là toute seule, sans ses enfants, qu’elle venait de conduire 15 heures pour venir faire cette course. Chaque fois qu’elle entend ce genre de choses, cela lui donne une énergie supplémentaire pour finir la course.

L’objectif de Jameela est de devenir la première femme noire à faire partie d’USA World Endurance Team. Mais il y a comme toujours des obstacles à franchir.

Merci Jameela de nous rappeler que toutes les femmes, avec ou sans enfant, avec plusieurs boulots et pleins d’autres responsabilités peuvent quitter leurs zones de confort et toucher l’or à chaque fois.

Source : womensrunning.competitor

2 réaction à cet article

  1. Respect, c’est une grande dame.

    Répondre
  2. je tombe sur votre article par hasard…et finalement je m aperçois que votre article enjolive la réalité:

    après recherche certes elle a bien parcouru 500 kilomètres (respect) mais en plus de 222 heures soit plus de 9jours ….

    en gros (par exemple) n’importe quel finisseur de la milkil ou 1000 kilomètres de france fait largement mieux avec une moyenne imposée de 12 jours maximum

    là avec près de 54 kilomètres par jours on est loin d’une performance incroyable

    ayant couru quelques longues épreuves (24h…)

    je trouve dommage que l’on fasse des articles pour mettre en lumière des performances peu ordinaires mais pas extraordinaire

    et qu’a coté de cela des véritables performance

    exemple: record du monde sur 24 h de mr vuillemenot plus de 200 kilomètres à plus de 70 ans
    ou encore podium par équipe de l’équipe de france au championnat d’europe de 24 h
    etc

    d’autres mériteraient surement plus d’être mis en avant comme monsieur stéphane ruel (meilleurs francais actuellement sur 24h, et 5 eme au championnat du monde…)

    etc

    bref je n’ai rien contre cette dame
    ni contre votre site au contraire
    mais parfois il faut juste rendre à césar ce qui lui appartient

    Répondre

Réagissez