Crédit photo : Rido

Peut-on se fier à la variabilité cardiaque ?

Pour savoir si vous êtes fatigué ou sur une bonne dynamique dans votre préparation, plusieurs indicateurs ont fait l’objet d’investigations. Ensemble, ces indicateurs participent de ce que l’on appelle le suivi de l’état de forme du sportif : on y retrouve des mesures objectives (comme le volume d’entraînement ou l’intensité d’exercice) et subjectives (comme la qualité du sommeil ou l’effort perçu de l’exercice). Ensemble, ces mesures permettent de bien ajuster la charge de l’entraînement. Quid d’un paramètre peu connu : le HRV.



Source - Fotolia

Comment quantifier l’entraînement en natation ?

La natation est un sport mesuré, sans doute l’une des disciplines les plus faciles à évaluer avec l’athlétisme. L’environnement se situe dans un bassin, qui fait toujours les mêmes dimensions (25m ou 50m) où le climat est sensiblement identique, excepté lorsque les compétitions se déroulent en extérieur dans des conditions météorologiques parfois perturbées. Le terrain de jeu étant stable, il est alors aisé de faire toutes les mesures possibles et imaginables (voire dans certains cas, inimaginables !). A cet effet, les moyens de mesurer l’efficacité de l'entraînement sont multiples. C’est à la fois une chance car nous disposons de plusieurs éléments, mais à la fois cela rend l’activité complexe. Il faut savoir avec quoi composer.

Dans un but de suivi de l’entrainement, il est primordial de contrôler ce que l’on fait, pour pouvoir comparer ses performances dans le temps, planifier son entrainement, et comprendre pourquoi des progrès ont été réalisés – ou pas – par des chiffres. On ne maitrise pas ce que l’on ne mesure pas… Alors voyons voir en quoi il est intéressant de quantifier cet entrainement…
1 réaction