image3

Les conséquences du confinement chez les nageurs

Les nageurs de compétition ont été confrontés à un défi historique lors de la crise du COVID-19. Avec les politiques de confinement, comme tout citoyen, les nageurs ont été obligés de rester chez eux, avec un matériel limité pour effectuer leur programme d'entraînement habituel. De plus, la perte de repères induite par l'annulation ou le report de la plupart des événements nationaux et internationaux, les a placer dans une situation sans précédent et très stressante. Ceci s'ajoute à l'anxiété mondiale commune liée à la menace sanitaire de COVID-19. Bien que nos connaissances sur les conséquences de cette situation sur la santé physique et mentale des athlètes d'élite soient très limitées, nous pouvons aujourd’hui tirer un premier bilan des effets de cette réduction de l’entrainement causé par le confinement.
En effet, nous avons pu collecter plusieurs types de données – en collaboration avec la Fédération Française de Natation – qui nous permettent de tirer quelques conclusions sur les effets du confinement chez les nageurs de niveau national ou supérieur.
1 réaction

image1

L’apnée à l’échauffement : une bonne idée ?

La réalisation d’un échauffement en natation est bien connue et admise de tous. L’amélioration du potentiel technique et énergétique est souhaitée afin d’optimiser la performance à suivre. L’échauffement permet d’augmenter la température du corps et celle des muscles, tout en stimulant l’influx nerveux et en facilitant le transport de l’oxygène. Un échauffement bien conduit permettrait d’améliorer les performances de 3 à 5%. Cependant, en natation, les stratégies d’échauffement varient d’un groupe d’entrainement à l’autre, avec des pratiques bien différentes.
3 réactions


image7

Le passage du petit au grand bassin : c’est vraiment si dur ?

Un des grands challenges bien connus des nageurs est le passage du petit bassin au bassin olympique. En effet, la saison hivernale se termine bien souvent en décembre, avec les championnats de France en bassin de 25 mètres, avant d’attaquer les choses sérieuses, et les compétitions en bassin de 50 mètres. Ce passage s’avère souvent difficile, puisque la distance du bassin double, les virages sont donc moins nombreux, et les nageurs se voient perturbés d’un point de vue technique, physique et psychologique… Pour y voir plus clair, nous avons réalisé une petite étude statistique en reprenant les compétitions de fin d’année 2019. Explications à suivre…

REUTERS/© Gustau Nacarino / Reuters

L’impact de la morphologie chez les nageurs de haut niveau

Qui n’a jamais entendu parler du physique des nageurs ? On entend souvent parler de nageurs « taillés en V » ou bien aux « larges épaules ». Aujourd’hui, lorsque l’on regarde les compétitions internationales de natation, cela n’échappe à personne que la plupart des nageurs sont grands et costauds. Jusqu’à présent, peu d’études avaient investigué l’impact de la morphologie chez les nageurs de haut niveau. Cet article dresse un résumé d’une étude publiée récemment dans une revue scientifique, avec l’aide de statisticiens du laboratoire IRMES (Institut de Recherche bio-Médicale et d'Epidémiologie du Sport) au sein de l’INSEP.


premiertri

Pour un premier triathlon réussi !

Vous faites aujourd’hui votre premier triathlon et vous sentez le stress monter à mesure que l’heure fatidique du départ approche. Rien de plus normal, suivez les conseils qui viennent et il volera en éclat.
1 réaction


(Photo Martin Bureau, AFP)

Le retour de Florent Manaudou : comment performer sur 50 mètres nage libre à Tokyo ?

La nouvelle retentissante est tombée dans les colonnes de l’équipe ce mardi 19 mars 2019 : Florent Manaudou revient dans la course au titre Olympique, en annonçant son come-back, après 2 ans et demi d’arrêt. Cette période a été synonyme d’une pause dans les bassins, mais en aucun cas une pause sportive, puisque le champion du Cercle des Nageurs de Marseille s’est consacré à la pratique du handball, avec le club d’Aix en Provence. Ce retour dans l’eau s’accompagne d’une ambition forte de glaner une nouvelle médaille olympique, qui compléterait un palmarès déjà bien rempli. Mais, cette médaille est-elle possible ? Notre article vous propose un regard scientifique sur les critères de performance pour gagner le 50 mètres nage libre aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2020.


image2

Les pics annuels de performance chez les meilleurs nageurs mondiaux : Qualif or not qualif ?

Une étude récente (Mujika et al., 2019) a cherché à observer quelles étaient les évolutions de performances des nageurs au cours d’une saison, en comparant leurs pics de performance obtenus dans la saison (record personnel de la saison avant la compétition internationale) et leurs performances réalisées lors des championnats du monde ou des Jeux Olympiques. Le but était à la fois de mesurer la progression – ou la régression – des nageurs durant la période de préparation aux grands évènements, mais un autre objectif était de mesurer les facteurs d’influence de ces évolutions de performance, comme la durée entre le record personnel de la saison et la compétition majeure, le sexe, l’âge, la distance, la nage ou la nationalité.

image111

Zoom sur la nage hivernale

Le premier championnat de France de nage hivernale se tiendra ce week-end au Stade Aquatique d’Agglomération de Vichy. La nage en eau froide connait un intérêt grandissant depuis l’essor de la nage en eau libre et de son introduction aux Jeux Olympiques en 2008. Toutefois, la nage en eau libre et plus particulièrement en eau froide, existe depuis très longtemps : la première traversée organisée de la Manche à la nage date de 1875.
1 réaction


Source - Fotolia

Votre plan natation pour les vacances de Noël

Les vacances de Noël arrivent, et les bons plats qui vont avec… Alors, si vous avez prévu de faire quelques écarts pendant cette période de fêtes, nous vous proposons aujourd’hui un plan d’entrainement de natation pour rester en bonne condition physique dès le début de l’année 2019.

1996 Atlanta Paralympic Games natation

Les stratégies d’allures de course en natation

Dans cet article, le but sera de déterminer en quoi la gestion des allures de courses en natation a un impact sur la performance et les réponses physiologiques. Cet article se fondera en grande partie sur la revue de littérature scientifique publiée par McGibbon et collaborateurs dans la revue internationale Sports Medicine.

© Jacob Lund

Natation : Plan d’entraînement pour un 1 500 mètres

Aujourd’hui, il est question de nager un 1500 mètres. Cette distance est mythique puisqu’elle est à la fois, l’épreuve la plus longue des épreuves olympiques nagées en bassin, et c’est également la distance réalisée en triathlon, sur le format olympique justement. Nous vous proposons alors de suivre un plan d’entraînement sur 6 semaines, afin de progresser sur cette épreuve, que vous soyez nageur, triathlète ou autre sportif !
1 réaction

Source - Fotolia

Le travail des jambes en natation

Jusqu’à présent, l’utilisation des jambes en natation fait toujours débat même entre les plus grands entraîneurs internationaux. Il est donc temps d’observer ce que nous dit la littérature scientifique à ce sujet, puis de comprendre quels sont les mécanismes mis en jeu dans cet environnement. Enfin, des aspects plus pratiques seront abordés, pour que tout le monde puisse optimiser son entrainement, en s’aidant des membres inférieurs…

Source - Fotolia

Plan d’entraînement pour préparer le BNSSA

Quoi donc ? Le BNSSA ? Mais qu’est-ce que c’est ? Cet acronyme veut dire : Brevet National de Sécurité et Sauvetage Aquatique. Ce diplôme est délivré par le Ministère de l’Intérieur et permet de devenir sauveteur en mer, en lac ou en piscine. Il est très souvent courtisé par les étudiants qui souhaitent avoir un job d’été. Un métier sportif avec de fortes responsabilités et dans un environnement plutôt agréable.
Pour décrocher ce sésame, il faut bien connaître les règles de sécurité, maîtriser le secourisme et évidemment disposer d’un niveau de natation suffisant pour venir à l’aide aux victimes. Cet article a donc pour but de proposer un plan d’entraînement de 8 semaines à raison de deux séances hebdomadaires afin de maximiser ses chances de réussite sur les épreuves sportives.

Woman swimmer in a starting position

Les Systèmes énergétiques en Natation

D’un point de vue scientifique, l’une des meilleures définitions de la natation vient de l’auteur Ferran Rodriguez : « La natation le résultat d’une transformation d’une puissance métabolique en une puissance mécanique avec une efficience énergétique donnée ». En clair, Rodriguez explique que le nageur utilise son énergie pour surpasser la résistance de l’eau et des vagues. Cette énergie augmente d’ailleurs avec le cube de la vitesse. Décryptons son chapitre tiré du livre : “World book of swimming : from science to performance.” (Editeurs : L.Seifert, D.Chollet et I.Mujika, 2010). 1 réaction