Travaillez votre mental !

Personne ne naît perdant… Avoir un mental d’acier, un mental de champion demande un réel apprentissage. Nulle cause n’est perdue, il suffit juste de s’employer avec méthodologie.

Victoire

Inutile d’être médecin, entraîneur ou sportif de haut niveau pour savoir que plus on s’entraîne, plus on développe son potentiel et ses capacités. C’est évidemment vrai dans le sport, comme dans la musique, la cuisine, l’économie, la gestion de projets, l’élocution, … et plus encore ! Mais si beaucoup sont à même de matérialiser ce constat, fort peu, même parmi les sportifs de haut niveau, sont capables de le transposer au mental.

Pour bien comprendre, prenons quelques exemples.
Combien de fois avez-vous entendu de la part d’un joueur ou même d’un entraîneur pour expliquer une défaite : « C’est notre équipe « chat noir » ! Elle ne nous réussit pas, on perd depuis des années alors que l’on est censé être supérieur ! » ?
Combien de fois avez-vous vu un joueur jouer à contre sens un jour décisif alors qu’il émerveillait tout le monde depuis des semaines ?
Et vous combien de fois avez-vous été malade la veille ou le jour d’une course alors que vous aviez fait une super préparation et que tous les voyants étaient au vert ?

Combien de fois …

Plutôt que de s’appesantir, il est préférable de passer au « comment faire pour … » et de se demander ce qu’il serait advenu dans la même situation si l’on avait eu un mental de gagnant !

Lorsque l’on entraîne son corps, ses sens, sa réflexion, … on simule un maximum de situations pour en comprendre le fonctionnement et ainsi savoir utiliser à propos les techniques. On répète inlassablement pour maîtriser au point d’avoir transformé en simple réflexe le choix idéal. On analyse son environnement, ses craintes et ses éventuels adversaires pour en connaître toutes les failles et se sentir rassuré sur son potentiel. Enfin on développe au maximum de ce que la génétique permet ses muscles, ses sens, son intellect, …

Relisez la même phrase en remplaçant « son corps, ses sens, sa réflexion, … » par « son mental » et vous constaterez que cette phrase reste tout aussi intelligible et argumentée. Malheureusement le mental est trop souvent oublié dans ce processus d’apprentissage.

Quel que soit le domaine, la force des « grands », est évidemment d’avoir des compétences au-dessus de la moyenne, mais aussi et surtout un mental supérieur aux autres, on oublie trop souvent de le préciser. Ainsi, si on considère deux athlètes avec les mêmes capacités physiques, le même entraînement et la même technique, c’est celui qui aura le « mental » le plus fort qui s’imposera en compétition. C’est ce qui fait la différence entre les numéros 1 mondiaux et leurs dauphins. Mais plus fort encore et loin d’être anecdotique, c’est souvent le moins fort physiquement, techniquement et/ou tactiquement des deux qui s’impose lorsqu’il dispose d’un mental supérieur à son adversaire.

Maintenant STOP ! HALTE aux idées reçues ! Personne ne naît mentalement fort, « avoir du mental » est tout sauf la maîtrise de la méthode Coué et il ne suffit pas de se mettre en mode « Rocky » pour atteindre son objectif. Le mental aussi se travaille !

Ce travail mental permet de renforcer sa motivation, d’augmenter la confiance en soi, de se concentrer, de mieux percevoir pour traiter correctement et rapidement, de canaliser ses émotions, de maîtriser sa volonté, d’anticiper, de mieux communiquer, d’optimiser sa tactique et sa stratégie, de résister aux difficultés, de faire face aux imprévus, d’évacuer le stress, … bref d’évoluer avec des certitudes et en toute sérénité.

Vous êtes sceptique ?

Faîtes le test simple suivant : vous arrivez par surprise derrière quelqu’un qui nage très bien et peut rester la tête sous l’eau entre 30s et 1mn. Vous lui mettez la tête sous l’eau. Inévitablement, il va se débattre pensant qu’il va mourir et ne pas pouvoir résister encore 5s de plus sous l’eau. Il suffirait d’avoir du mental pour, soit plonger plus profond, soit rester immobile pour se défaire de l’emprise.

Pour les coureurs à pied, que vous couriez le marathon en 2h30 ou 5h, peu importe. Arrivé au 35ème km vous êtes inévitablement fatigué et vous vous trouvez forcément avec des coureurs qui ont approximativement le même niveau que vous. Faîtes le test de contrôler votre respiration, de respirer profondément et d’entamer une conversation avec un coureur qui respire en haletant, tout comme vous le faisiez quelques minutes auparavant. Inévitablement celui-ci n’arrivera plus à vous suivre quelques centaines de mètres seulement après. Il est alors persuadé que vous n’avez pas le même niveau et qu’il a été trop vite.

Enfin dans la vie de tous les jours, essayez de réveiller un jeune enfant à minuit. Il devrait au choix pleurer ou rester hagard, les yeux pleins de fatigue. Réveillez ce même enfant, donc au même potentiel physique et intellectuel, en lui disant que le père Noël est passé et qu’il y a plein de cadeaux pour lui : immanquablement la fatigue disparaîtra pour laisser place à un visage enjoué.

Que traduisent ces exemples ? Que le mental est un facteur déterminant de votre réussite quelles que soient les situations. La façon dont on analyse et interprète les évènements est primordiale dans le succès.

Un petit exercice

Mettez vous dans un endroit tranquille, allongez-vous et respirez par le nez.
Visualisez votre respiration (idéalement elle sera ventrale) :
– Inspirez profondément, l’air inspiré est blanc
- Faites circulez cet air « sain » dans tout votre corps.
- Expirez par la bouche en imaginant que ce que vous expirez est noir. Sur la deuxième expiration, votre expiration est grise, puis sur la troisième blanche.
Vous êtes alors complètement décontracté et pouvez visualiser une situation qui vous paraît difficile à appréhender. Imaginez le scénario qui vous amènera au succès. Puis tranquillement revenez à la réalité.

Pour l’anecdote lorsque Yannick Noah remporte Roland Garros en 1983, il raconte que durant la nuit il a rêvé qu’il perdait au point qu’en se réveillant il était persuadé d’avoir perdu. Sur le terrain quelques heures plus tard, il était pour lui hors de question de revivre ce qu’il avait vécu en rêve…

Pour « travailler » votre mental, n’oubliez aucune de vos failles comme de vos certitudes. L’idéal est de vous mettre en difficulté pour étudier comment vous appréhendez la situation. Il vous faudra alors analyser votre comportement et le corriger, si nécessaire, pour faire autrement la prochaine fois. Il faut apprendre à penser positivement : le mur du marathon, le coup de moins bien en course, quelle action (reprendre le contrôle de sa respiration, boire un coup, penser à quelque chose, se dire une phrase, changer de posture ou de stratégie, …) vous permet de reprendre votre course ? La peur d’échouer ? Qu’est ce qui va me permettre de réussir, que va-t-il se passer si j’échoue, si je réussis ?L’anticipation, la mise en situation, permet souvent de trouver le chemin de la réussite. La peur occasionne souvent des échecs car l’on se focalise sur les conséquences, alors que le mental permet de s’attaquer aux causes pour que l’échec ne puisse pas se produire.

La pensée positive n’est pas un leurre et la confiance en soi pas une tare.

C’est donc en travaillant votre mental que vous deviendrez un sportif accompli (quel que soit votre niveau, on ne parle ici que de l’exploitation maximum de votre potentiel), un parent, un professionnel, … au mental d’acier.

Alors finies les excuses, regardez-vous droit dans les yeux dans le miroir, débutez 2013 avec un véritable plan d’entraînement pour votre mental et à vous les succès !

Par Ludovic Chorgnon
Coach pour les professionnels et les particuliers

Des stages sport et développement personnel
Ludovic Chorgnon organise différents stages mêlant course à pied et/ou trek et mental.

  • Everest vision 360

Un séminaire de 14 jours au Népal, du 29 avril au 12 mai 2013, mixte, axé sur l’efficacité personnelle, le dépassement de soi, l’épanouissement personnel et la capacité à s’élever au-dessus des contraintes et difficultés de la vie. L’objectif est de se rendre au pied de l’Everest (jusqu’au camp de base N°1 de l’Everest et sur des montagnes proches). Nul besoin d’être un sportif aguerri ni d’avoir une grande expérience de la haute montagne même si une préparation physique minimale sera demandée. Une attestation prouvant que vous avez déjà franchi l’altitude de 5000m ou à défaut un test d’hypoxie dans un centre spécialisé permettront à tous de partir en sécurité. Au programme : marche, séances quotidiennes de développement personnel, un programme de préparation physique personnalisé, de nombreuses visites touristiques, une séance de massage en fin de séjour et une alternative au mode de pensée qui régit notre quotidien en termes d’organisation et de consommation. Prix : 2750 € tout compris. www.everestvision360.com

  • Quand l’affaire se Corse

Séminaire de développement personnel de 10 jours en Corse avec la traversée du GR 20 complet dans le sens Sud-Nord en seulement 7 jours du 30 mai au 8 juin 2013. Attention s’il ne s’agit pas d’un stage sportif, ce séminaire nécessite malgré tout une bonne condition physique pour pouvoir profiter pleinement de tout le programme et tirer tous les bénéfices de cette expérience au quotidien. Au programme, course ou marche rapide d’1h environ chaque jour ; 6 à 8h de randonnée soutenue, 1700m de dénivelé par jour en moyenne, un sac à dos minimaliste mais sécurisant, des séances quotidiennes sur la motivation, l’organisation, l’efficacité, le dépassement de soi, le bien-être, le matérialisme et surtout des arguments pour faire face aux difficultés et aux imprévus, « quand l’affaire se corse » … Prix : 1990 € tout compris. www.laffairesecorse.com

  • Miss Annapurna

Séminaire de développement personnel de 14 jours au Népal réservé aux femmes du 21 novembre au 4 décembre 2013. Il permet un travail de découverte sur le  bien-être, l’efficacité personnelle, l’affirmation de soi et l’organisation de sa vie pour s’épanouir au quotidien tout en assumant toutes ses responsabilités, dans un monde qui ne fait que peu de concessions aux femmes. Très accessible physiquement, ce séminaire vous emmènera jusqu’au camp de base des Annapurna. Au programme, course ou marche rapide d’1h environ puis 3 à 4h de marche chaque jour, un sac à dos minimaliste mais sécurisant, des séances quotidiennes de développement personnel orientées sur les problématiques des femmes, massage en fin de séjour, visite de nombreux sites touristiques à Kathmandu et surtout les moyens de repenser sa vie. Prix : 2490 € tout compris. www.miss-annapurna.com

3 réaction à cet article

  1. Très intéressant vos conseilles ! travailler votre menthal! ainsi que bien s, alimenter pendant la course hydratation le plus :naturellement !! merci! je les fais parvenir à mon fils !

    Répondre
  2. mental ! oui bien sur la frappe a buge!!

    Répondre

Réagissez