Gérer une douleur à la cuisse pendant l’effort

Gêné par une douleur à la cuisse lorsqu'il court, un internaute souhaite néanmoins participer au semi-marathon de Paris, le 4 mars 2012. Il demande conseils à notre médecin du sport pour gérer cette douleur.

La question : Je souffre depuis 3 mois d’une douleur derrière la cuisse droite dès que je cours. Après 7 séances de kiné, pas d’amélioration. Je tiens à faire le semi de Paris le 4 mars, comment isoler cette douleur le temps de la course ?

La réponse de Yannick Guillodo, médecin du sport

Deux diagnostics sont possibles compte tenu des explications que vous donnez.

Le premier est une sciatalgie : il s’agit d’une douleur due à une irritation du nerf sciatique  qui chemine du bas du dos au pied. Cette douleur part généralement de la région lombaire (bas du dos) mais peut exister uniquement au niveau de la cuisse  et exclusivement lors des efforts de course, chez certains patients, comme dans votre cas. Cette sciatalgie ne contre-indique pas la pratique de la course à pied. Privilégiez les terrains plats. Vous pouvez donc continuer votre entrainement et gérer la douleur par des antalgiques classiques comme le paracétamol.

Le deuxième diagnostic est une pathologie des muscles ischio-jambiers :  tendinopathie des ischio-jambiers. Pas très fréquente  dans la course à pied, cette pathologie est  souvent chronique  et tenace.  Il s’agit d’une maladie tendineuse touchant l’insertion haute (au niveau de la fesse = ischion)  des ischio jambiers (muscles à l’arrière de la cuisse). J’élimine totalement une vraie lésion musculaire type élongation, contracture, …car vous faites face à une douleur chronique (les lésions musculaires sont des douleurs aiguës, à début brutal et qui s’améliorent toujours en quelques jours ou semaines, avec un peu de repos).

La tendinopathie des ischiojambiers ne doit pas vous imposer l’arrêt du sport. Il suffit d’adapter votre entraînement en fonction des douleurs (intensité, durée, répétition, …)

Vous pouvez donc, comme pour la sciatalgie, poursuivre vos entrainements en gérant la douleur, éventuellement par des anti inflammatoires ou des antalgiques.

Pour ces deux diagnostics, je ne vous fais prendre aucun risque grave en vous affirmant que vous pouvez faire votre semi marathon en « masquant » la douleur comme déjà dit.

Par contre,  passé le 4 mars, il faut couper pendant une quinzaine de jours et refaire le point avec votre médecin du sport pour affiner le diagnostic (je ne fais que des hypothèses diagnostiques).

Bonne course !

Ceci est une réponse à une question posée à notre médecin du sport, Yannick Guillodo : vous aussi posez votre question à notre médecin

2 réaction à cet article

  1. merci pour votre réponse, mais je ne sais pas quel anti inflammatoire prendre pour gérer cette douleur à la cuisse qui persiste et les 10 séances de kiné n’ont rien soulagé, le doliprane n’est pas trés efficace et le semi de paris approche, je tiens tellement a le faire qu’il faut absolument que j’endorme cette douleur le temps de la course, merci de me conseiller

    Répondre
    • Bonjour

      La réponse de notre médecin du sport, Yannick Guillodo :

      « Je ne peux pas, par obligation éthique et ordinale (conseil de l’ordre des médecins), vous faire une ordonnance par l’intermédiaire d’un site en ligne.
      Je peux simplement vous dire qu’il faut allier des anti-inflammatoires par la bouche et des antalgiques (type paracétamol) pour « endormir », comme vous le dites, la douleur. Vous pouvez voir avec votre médecin traitant ou, éventuellement, votre pharmacien, s’il vous connait bien. « 

      Répondre

Réagissez