Croquez la pomme en récupération et en prévention de la blessure !

Il existe des aliments que l'on peut expressément cibler au quotidien pour optimiser sa santé de sportif et notamment sa récupération, surtout après des efforts musculaires longs et éprouvants. C'est le cas de la pomme. Explications.

apple-1051018_1920

Tout est dans la pelure ou presque

La pomme présente un large panel de bienfaits sur la santé. Pour en bénéficier pleinement, il faut manger la pomme avec sa pelure et dans ce cas, pour éviter l’absorption de pesticides autres traitements phytosanitaires, privilégier les pommes biologiques.

La pomme est un fruit à jus et donc hydratante. Elle est aussi peu calorique (50 kcal/100 g, 1 calibre de 180 g = 80 cal en moyenne). Ses fibres concentrées en majorité dans la peau sont composées de pectines (environ 1 g dans une pomme), de celluloses, d’hémicelluloses et de lignines qui stimulent le transit intestinal tout comme le sorbitol qui fait partie des sucres qui la composent.

Les fibres de la pomme diminuent l’absorption du cholestérol et stabilisent la glycémie. Le fruit possède en outre une belle activité anti-radicalaire et une forte protection antioxydante en raison des polyphénols (flavonoïdes, quercétine, anthocyanes) concentrés eux aussi dans sa pelure. Parmi ces derniers, relevons la zéaxantine et la lutéine qui protègent la vision, surtout nocturne.

Une pomme par jour éloigne le risque de blessures musculaires

Aussi bizarre que cela puisse paraître, manger une pomme par jour renforce l’activité musculaire. C’est ce qu’ont démontré Christopher Adams et son équipe en effectuant des recherches contre l’atrophie musculaire en lien avec le diabète (par une modification de l’expression des gènes).

Un focus a été réalisé sur un composant figurant dans la pelure de la pomme : l’acide ursolique. Les chercheurs ont découvert une augmentation en volume et en puissance musculaire après avoir supplémenté des rongeurs en acide ursolique.

D’autres effets secondaires sont apparus, notamment une diminution du taux de masse grasse qui s’accompagnait également d’une réduction en cholestérol total, en sucres et triglycérides plasmatiques. L’acide ursolique (1) agissant directement sur le binôme anabolisant insuline et l’IGF-1 (Insulin Growth Factor) lequel favorise la croissance des muscles et bloque par la même occasion l’atrophie musculaire.

Le lien avec l’activité sportive ne tient qu’à un pas ou plutôt une pomme. En récupération ou en prévention de la blessure, n’hésitez pas à croquer ce fruit : une pomme par jour pour fortifier vos muscles.

Corinne Peirano (Expert Lepape-info Diététicienne-nutritionniste, http://corinne-peirano.wix.com/dieteticienne-paris)

(1) Kunkel SD, Elmore CJ, Bongers KS, Ebert SM, Fox DK, Dyle MC, Bullard SA, and Adams CM. Ursolic acid increases skeletal muscle and brown fat and decreases diet-induced obesity, glucose intolerance and fatty liver disease. PLoS ONE. 7: e39332, 2012. PMCID: PMC3379974.

Réagissez