Courez chez le dentiste !

Certaines pathologies surviennent des dents, c'est maintenant un acquis pour beaucoup mais que dire de la position des mâchoires ? Explications sur ces déséquilibres qui peuvent engendrer des contre performances voire des blessures récurrentes.

1-IMG_6876

On sait que certaines tendinites récalcitrantes trouvent leur résolution après des soins dentaires infectieux (abcès,  inflammation ou infection de gencives non détartrées envahies de bactéries). Mais savez-vous que l’absence de dents, ou la position des mâchoires entre elles, peuvent aussi perturber l’ensemble des muscles de votre corps et donc diminuer les performances du coureur ?

Eh bien oui ! Une mauvaise position des mâchoires induit un schéma corporel plus dépensier en énergie !

Le coureur est en perpétuelle recherche de performance. Celle-ci passe inévitablement par une technique de course adéquate (épaules au dessus des appuis, alignement du corps, bassin bien placé etc..) mais le relâchement est aussi une composante importante de la performance. Tout manque de relâchement induit des contractions inutiles et donc une consommation excessive de votre énergie. Il devient alors évident que si la position de votre mâchoire crée des tensions musculaires, elle sera source d’épuisement et de diminution des performances.

« Tout ça c’est bien beau mais je ne cours pas les mâchoires serrées ! »

Peu importe, il s’agit de la position de fermeture des mâchoires au quotidien car elle détermine la posture qui peut engendrer un déséquilibre.

Comment ça marche ?

Notre tête est stabilisée par la direction du regard.  A partir de celle-ci, s’orchestrent  5 chaines musculaires qui se structurent et s’organisent très rapidement dès la naissance. En effet, l’homme doit apprendre à lutter contre la gravité : du relevé de sa nuque à la position debout en passant par le 4 pattes ! Cette mise en place s’appelle le schéma corporel. Et toutes les modifications de notre corps (vision mal centrée, reconstruction dentaire mal réglée, chaussures inadaptées, opération chirurgicale, mauvaise position récurrente au travail) perturbent cette posture. Alors notre  formidable cerveau, va réorganiser les chaines musculaires afin de ne pas perdre l équilibre !  Toujours rester debout!

Ces ajustements posturaux ou « compensatoire » qui en découlent sont  totalement inconscients. Malheureusement ceux-ci, à long terme créent des zones de douleurs musculaires de la tête au pied, entraînant parfois tendinites ou grosse fatigue.

L’importance d’une machoire stabilisée

« Une bonne fermeture des mâchoires et une articulation (ATM) centrée assurent une stabilité maximale du rachis cervical et assurent un rendement énergétique maximal dans machoire devieel’équilibre des chaines musculaires ». (CLAUZADE)

Comme la bouche est à la charnière entre les 2 chaines musculaires antérieures et postérieures !!!…Il est donc logique qu’elle influence l’équilibre de tous le corps.

Un mauvais contact dentaire dévie la mâchoire d’un coté (dents pas redressées depuis l’enfance, problème des dents de sagesse, dents absentes), ou si l’articulation entre les deux mâchoires (dite ATM) n’est plus centrée, ceci provoque un déséquilibre et parfois des douleurs.  D’un coté les muscles de la mastication seront relâchés, et de l’autre ils seront étirés.

Pour conserver l équilibre corporel,  c’est toute la chaîne musculaire de la tête au pied qui doit compenser. Cette adaptation est inconsciente, la fatigue s’installe, et crée des lésions tendineuses et musculaires de la tête au pied : des usures articulaires asymétriques, des déviations de la colonne vertébrale, des vertèbres cervicales, des maux de tête.  Et surtout des tendinites des membres inférieurs chez le coureur puisque ce sont les muscles qui peuvent être déjà surmenés par l’entrainement.

adaptation inconsciente

Ce phénomène est accentué en période de stress ou de concentration car  le serrage des dents augmente ! De même en cas de grincement dentaire (généralement la nuit !) qui intensifie l’hyperactivité des muscles de la mâchoire. Vous l’aurez compris, si vous êtes stressés : c’est pire ! Par exemple, le stress d’avant compétition peut entraîner le serrage excessif des mâchoires.

shema

Ces troubles dentaires provoquent donc des sollicitations anormales sur tout le système locomoteur et sont plus dépensier en énergie. L adaptation physiologique devient pathologique !

Que faire ?

SEUL le Chirurgien dentiste formé à l importance de l’équilibre des mâchoires, saura diagnostiquer un problème occlusal ou articulaire (ATM),  qui peut-être douloureux …ou non !

Après un examen spécifique, il réalise sur mesure  une sorte de cale en 3D  appelée gouttière ou orthèse, que l’on porte entre les dents  le maximum de temps en journée ou la nuit et qui rétablit l’équilibre des mâchoires. Une fois cet appareillage effectué, un ostéopathe va tester l’efficacité de cette cale au travers de différents tests de postures en statique et en dynamique montrant s’il a eu ou non une amélioration. (On teste aussi le tonus musculaire si besoin… ex :Carl Lewis, célèbre sprinter portait une orthèse pendant l’effort afin d’augmenter sa force explosive au démarrage. C’est le seul cas ou un coureur porte l’orthèse pendant l’effort.)

ortheseCe travail complet de rééquilibration du corps est possible grâce à l’union d’un ostéopathe, d’un orthoptiste qui règle le capteur visuel et d’un podologue. Une approche qui demande de la patience puisque cela peut durer 3 mois. Durant cette procédure, l’orthèse est modifiée tant que 80% des tests posturaux de sont pas corrects, que les tendinopathies ne sont pas réglées et/ou que les limitations d’amplitude des mouvements ne sont pas améliorés. Sachant que l’orthèse idéale repositionne la mâchoire en  « PMEMO «  Position Mandibulaire d’Equilibre Musculaire Optimal. » Bien évidemment, les performances sportives ne doivent pas régresser et au final, l’amélioration de l’équilibre doit permettre au coureur d’être plus relâché et donc de moins se fatiguer pour un effort identique.

Mais la procédure n’est pas terminée puisqu’une fois la nouvelle position validée sur une longue période, le dentiste interviendra afin de stabiliser la position avec un traitement d’orthodontie, de prothèses ou de soins. Ce sont des traitements qui peuvent être rapides et simples comme longs et coûteux, en fonction des cas.

En conclusion

L influence de la position de la mâchoire sur les chaines musculaires de la tête au pied est bien établie.  Mais il n’y a pas de preuves mesurables d’une amélioration de performance chez le coureur avant et après traitement dentaire (avec une mesure fiable sur l’augmentation de la vitesse ou, de l’endurance) sauf dans le cas des  « force explosives ». Mais un sportif en situation de contre-performance, de douleurs ou de blessures récurrentes malgré les traitements classiques,  doit penser à consulter un dentiste travaillant dans une équipe sensibilisée en posturologie.

Un athlète performant, doit-il systématiquement analyser son occlusion ?

Un coureur peut être pathologique sur le plan postural et n’avoir aucune gêne ressentie ni au niveau dentaire, ni pendant la course. Car chaque homme  possède son propre seuil d’adaptation. En dessous, il ne sent rien,  au-delà, la compensation n’est plus possible et là, là seulement, la douleur ou la contre-performance se déclare. Ce seuil varie beaucoup en fonction du mental. Et pourtant pendant ce temps son corps s’use prématurément ! Une démarche préventive sera toujours à privilégier à condition d’être entre des mains compétentes et de ne pas provoquer l’effet contraire.

Alors vous avez compris, si vous êtes morphologiquement équilibré, droit, et symétrique; si vous réussissez  80 % des tests de posture; si vous mobilisez vos chaînes musculaires sans contraintes, de façon symétrique en dynamique, vous bénéficierez d’une mobilité moins dépensière en énergie et moins génératrice de douleur ! Vous présenterez donc forcement un plus fort potentiel  de performance qu’un autre coureur présentant des fatigues musculaires sournoises dues à de nombreux déficits posturaux !

Dr Magali Llopis / Jean-Marc Delorme

Réagissez