Arrêter de fumer : et si la course à pied était la solution ?

L'arrêt du tabac n'est pas une mince affaire. Quel fumeur ne s'est jamais dit : Demain j'arrête ! Pour vous aider la course à pied est une solution.

arrêter de fumer

Le fumeur est dépendant. Une notion qu’il est très important de prendre en compte lorsque l’on décide d’arrêter de fumer d’autant que différentes raisons aussi bien biologiques que physiques sont à l’origine de cette dépendance : la dépendance physique traduite par des sensations de manque, la dépendance psychologique due à la recherche des effets de la nicotine (apaisement, recherche du plaisir ou encore l’effet coupe-faim) et la dépendance comportementale liée aux habitudes prises avec sa cigarette (la cigarette indissociable du café).


Les effets de la nicotine sur l’organisme

Malheureusement, la nicotine a un effet très rapide sur l’organisme, 8 secondes en moyenne, et dure à peu près une demi-heure. On s’aperçoit rapidement de l’importance du piège dans lequel se sont embarqués les fumeurs lorsque ceux-ci se retrouvent en sevrage volontaire ou non, et qu’ils commencent à montrer des signes d’anxiété ou d’énervement.

Vous avez sûrement déjà essayé d’arrêter de fumer et cela sans résultat probant. Il existe actuellement un nombre inconsidérable de façon d’arrêter de fumer que ce soit à l’aide de patchs, de comprimés, d’ersatz de cigarettes en version électronique ou encore des techniques « plus naturelles » avec l’hypnose et autres séances sur la psychothérapie comportementale.  Cependant il existe une solution qui a déjà fait ses preuves auprès de nombreuses personnes : la course à pied.

L’arrêt du tabac : un choix difficile

Souvent lorsque l’on évoque le fait d’arrêter de fumer, il vient directement à l’esprit des fumeurs quelques inconvénients. Parmi les plus importantes vient la prise de poids. Il est vrai que prendre quelques kilos n’est pas grand chose comparé au nombre de bénéfices liés au fait d’arrêter de fumer.

Voici une liste succincte des différents avantages de l’arrêt du tabagisme :

  • Un risque de cancer du poumon diminué de 50% en 5 ans.
  • Réduction des risques cardio-vasculaires de 50% en 1 année.
  • Amélioration de la respiration en l’espace de 3 à 9 mois.
  • Retour du goût.
  • La peau retrouve sa couleur naturelle etc…

Cependant, nous vous conseillons fortement d’être suivi par un médecin lors de cette prise de décision, du moins pour les premiers mois afin d’avoir un suivi objectif de votre santé.

Lorsque l’on souhaite arrêter aidé par la course à pied, les avantages sont multiples:

Tout d’abord, cela permet de stabiliser son poids, voire même d’en perdre, cela dépendant du régime alimentaire suivi et des sorties planifiées. Lorsque l’on fait le choix d’arrêter de fumer, surtout lorsque l’habitude a été prise depuis longtemps, il est important de prévoir l’aspect poids. Cela ne sera pas toujours évident, cependant, préparer pour les premiers mois des menus hebdomadaires et inclure dans son agenda les différentes sorties programmées vous permettra de vous préparer mentalement et ainsi de ne pas trop penser à la cigarette.

Ensuite, la course à pied permet de maintenir sa silhouette et de se muscler de telle façon que le corps est affiné.

De plus, la pratique d’un sport tel que la course à pied permet de compenser les effets de manque dus à la nicotine grâce aux endorphines libérées dans le cerveau. Ces endorphines ont différents effets lorsque la pratique se fait de façon régulière :

  • effet euphorisant : sensation de bien-être.
  • effet anxiolytique : permet de combattre le stress et l’anxiété dû à l’arrêt du tabac.
  • effet antalgique : les douleurs d’origine musculaire sont réduites.

L’endorphine n’est pas la seule substance à rentrer en jeu lorsque l’on souhaite s’intéresser aux avantages de la course à pied dans un processus d’arrêt du tabac, la sérotonine est également impliquée en ce qui concerne la thermorégulation, la lutte contre le stress, contre la douleur mais également dans les cycles de sommeil.

Alors qu’attendez-vous ?

14 réaction à cet article

  1. C’est fait!!! 15j passés déjà et tout va bien! Je commence à retrouver mes capacités qui m’ont permis de passer sous les 3h au marathon!
    Et oui j’arrêtais quand je préparais un marathon, mais là, c’est définitif, la preuve, je ne suis pas en prépa marathon :-P

    Répondre
  2. Voilà bientôt six ans que j’ai arrêté de fumer. Arrêter, non ! la vérité est que je me prive de fumer ou plutôt je m’abstiens. J’ai parfois des envies fugaces mais intenses qui me parcourent l’esprit.
    Cependant je me maîtrise et je ne touche plus à la cigarette.

    Les deux premières années furent compliquées et je m’enrobais grassement… Pour tenter d’ éliminer, je me lançais dans la course à pied. Pour ma première sortie je réussissais à courir vingt minutes sans m’arrêter. Cela peut faire sourire certains mais pour moi ce fut un véritable exploit. Par la suite, j’essayais de me tenir à deux sorties par semaines.
    Petit à petit j’augmentais la distance, la vitesse.
    Je ne ressentais plus du tout le besoin de fumer hormis des envies subites comme je l’indiquais auparavant. Ces envies étaient vite annihilées par mon désir de ne pas perdre ce que j’avais réussi à obtenir en courant.

    Mes sorties sont de plus en plus longues, je pratique le trail, j’ai fait les 30 kms du relais 3 de la SaintéLyon, je cours régulièrement dont une fois par semaine une distance supérieure à 20 kms. J’ai toujours des envies de fumer mais je les combats par mon souhait de continuer à courir et à m’améliorer.
    Je n’ai pas un corps d’athlète, j’ai même quelques kilos en trop mais l’essentiel est que je me fasse plaisir. Aujourd’hui je pense être arrivé à un compromis convenable.
    Ma prochaine grande course….
    La Sainté Express en décembre 2011. 40kms la nuit et pratiquement 1000 m de dénivelé positif. Si tout va bien l’année prochaine je me lance dans la solo pour 68 kms. Enfin en attendant je me prépare pour cette année.
    Amitiés à tous
    Patrice

    Répondre
    • Bravo et tenez bon !
      La Sainte Express est déjà un bel exploit, s’attaquer à la Saintelyon un magnifique challenge. Dépêchez-vous de vous inscrire, les inscriptions sont ouvertes !
      Amitiés

      Répondre
  3. Arrêt en 2005 … fin 2005 20 kg de plus (80kg pour 1.65m) !!! début 2006 début de la course à pied … fin 2006 moins 18 kg, premier semi marathon ( Boulogne) 1h30 … aujourd’hui stable autour de 60 kg et 2h52 au Marathon de Paris.

    Répondre
  4. J’en rêve d’arrêter de fumer, je sais bien que c’est de ma faute, il faut avoir le courage d’arrêter sec. Mais bon, pas toujours évident avec la peur de prendre du poids et toutes ces mauvaises habitudes liées à la clope. Courage , fuyons !!! lol

    Répondre
  5. J’ai arrêté de fumer en faisant le tour du mont blanc en rando il y a maintenant plus de deux ans… En rentrant sur Paris, je me suis remis au sport en pratiquant la course à pieds par facilité et pour ne pas replonger !!!

    Aujourd’hui, je suis un trailer, j’ai perdu 10kgs et je cours pour le plaisir et le dépassement soi…

    Jamais je ne remercierai assez les trailers que j’ai croisé sur le TMB et qui m’ont donné le gôût du trail…

    Benjamin.

    Répondre
  6. Pour ma part Dernière Cigarette début Aout 2007 ( Consommation de deux paquets par jour )
    Peur de prendre du poids donc j’ai ressorti les baskets qui avaient moisie et j’ai commencé par courir 10 mn puis 15 mn puis un
    Premier Semi de Paris en 2009 en 1 h 58
    Premier Marathon de Paris en Avril 2011 en 4 h 07

    Prise de poids limité à trois kilo puis avec les 10 semaines de prépa marathon perte de 5 kilo que je n’ai pas repris …….

    En conclusion : Oui la course à pied m’a aidé à me canaliser lors de « mon sevrage » et elle m’est toujours necessaire pour ne pas « replonger » ( en effet l’envie de fumer est toujours là après bientôt 4 ans d’arrêt)

    Répondre
  7. je cours régulièrement , entre 20 et 70 km par semaine , en solo , dans des petits chemins , pour le plaisir depuis 2 ans.
    progressivement , j’ai l’impression que courir est devenu une addiction pour moi au même titre que la cigarette !
    bien que fumant entre 20 et 30 cigarettes par jours , j’ai pourtant l’impression (pour l’instant à 35 ans ) que celle ci ne perturbe en rien ma pratique de la course à pied ni ma progression.
    quand je programme une séance , je me débrouille juste pour éviter de fumer 2 heures avant , l’expérience m’a montré que j’étais beaucoup plus rapidement en jambe .
    Parfois , lors de séances longues je me surprends même à avoir envie de m’arrêter sur le coté..non pas pour récupérer…mais pour en griller une , ce que je ne fais bien évidement pas.
    En me faisant mal , sur des séances de caisse en fractionné sur 10 km je me dis que ma récupération serait plus rapide si j’étais non fumeur …c’est peut être ce qui va me décider par ailleurs à arrêter quelque temps , juste pour voir ce qu’il en est.
    Lorsque je me suis mis à la course à pied sérieusement , j’avais envisager d’également stopper la clope , puis je me suis rapidement rendu compte que ça risquait de faire beaucoup d’un coup ! j’avais peur de craquer psychologiquement et de finalement laisser tomber les deux.
    Enfant je me souviens que je regardais amusé un de mes voisins s’échauffer mego au bec pendant 5 minutes avant d’attaquer , les cernes aux yeux , sa séance de footing matinale quotidienne.
    il frise aujourd’hui les 70 ans et m’a offert le même rituel alors que je rendais visite à mes parents il y a quelques jours.
    Assurément pas un exemple à suivre mais ça permets également d’envisager d’autre perspectives que les pires !
    je ne fais absolument pas l’apologie de la cigarette ,bien au contraire , les risques nous les connaissons mais courir et fumer , c’est peut être mieux que de me pas courir du tout .
    A méditer .

    Répondre
  8. Après 20 ans de cigarette, j’ai arrêté et démarré la course à pied pour palier au manque. Cela fait 9 mois maintenant que j’ai arrêté de fumer et je m’étais fixer un objectif pour ne pas reprendre: le semi marathon de Genève le 15 mai objetif réussi en 2h25! si on m’avait dit il y a 1 an que j’en aurais étét capable, je n’y aurais pas cru. Mais il faut être persévérant et démarrer doucement: 1mn course / 1mn marche, être régulier et surtout être sur de vouloir arrêter de fumer! La course à pied procure du plaisir et oui! Alors courage c’est extraordinaire d’arrêter de fumer, et la course à pied rend fier les ex-fumeurs :)!

    Répondre
    • Tout pareil ! J’ai arrêté de fumer fin décembre 2010 et commencé la course à pied le 31 décembre pour éviter de trop grossir… total, après 6 mois, j’ai perdu 4 kg, j’ai fais 7 courses (dont 2 trails) de 10 à 12km et ai commencé un plan d’entrainement pour un semi marathon prévu fin septembre ! Et c’est la CAP qui me fait tenir contre la tentation… :-D

      Répondre
  9. Pour ma part j’ai arrêté de fumer à l’été 2009 après 13 ans de clopage tout en étant cycliste avant et après cet arrêt.
    J’ai commencé la course à pied un an après mon arrêt (été 2010). La course à pied ne m’a donc pas aidé à arrêter (c’est la cigarette électronique testée pendant un mois qui m’a permis de stopper pour ma part) mais il est clair que je n’aurais jamais commencé la course en étant toujours fumeur.
    En tout cas, pour ma part, 0 envie de recommencer et jamais un gramme de pris depuis cet arrêt (étant très maigre, j’aurais justement aimé prendre un peu mais rien du tout).

    Répondre
  10. Moi c’est fait depuis 7 mois !
    Et c’est vraiment la course a pied qui m’a aidé a arreter.
    J’en parle un peu dans cet article: http://www.lena-run.fr/jai-arrete-de-fumer-grace-a-la-course-a-pied/

    Répondre
  11. Très bon article ! Ca donne une sacrée lueur d’espoir aux fumeurs :)

    Je suis passé par là aussi il y a 4 ans. J ai arreté du jour au lendemain la cigarette et je me suis mis à courir (perte de poids et besoin de me défouler ont été mes 2 éléments moteur).

    Mon premier marathon a été fait en 3h40 en 2016. Et j’enchaine cette année sur un autre. La course m’a très clairement libéré de l’emprise la cigarette, d’une facilité déconcertante.

    Il m’arrive d’en refumer 3 ou 4 dans une année, lors d’occasions exceptionnelles, mais je ne souhaite tellement pas perdre mon  » niveau  » atteint en CAP, que mon cerveau me dit stoppe immédiatement. Ca a crée un filet de sécurité non négligeable.
    Dans tous les cas, je vous encourage fortement à suivre les excellents conseils de cet article ! Un grand bravo pour tant de lucidité !!

    Répondre
  12. Je me suis mise à la cap il y a un peu plus d’un an avec des objectifs pleins la tête ( je n’avance pas sans une carotte devant ;) ) et l’arrêt de la clope s’est fait progressivement parce que courrir c’est bien mais c’est encore mieux sans les poumons encrassés donc ca motive pour progresser et donc ca marche !!!

    Répondre

Réagissez