Annette Sergent : « La sophrologie est une « boîte à outils » »

Rencontre avec Annette Sergent, double championne du monde de cross, aujourd’hui sophrologue au service des sportifs amateurs et de haut niveau.

annette_sergent-m.dalmasso

Elle a été athlète de haut niveau pendant 15 ans sur piste, sur route et en cross country où elle fut double championne du monde en 1987 et 1989. Mariée avec deux enfants, Annette Sergent profite de son expérience personnelle et sportive pour intervenir dans le domaine du bien-être. Un bien-être nécessaire au quotidien, que vous soyez un sportif amateur ou professionnel. L’objectif : avoir une meilleure connaissance de soi, de ses capacités physico-psychiques et gérer au mieux ses émotions.

C’est à la suite à ses études en psychologie qu’Annette s’intéresse à une nouvelle technique de travail sur l’esprit et le corps : la sophrologie. Je l’ai rencontrée à l’INSEP (Institut National du Sport de l’Expertise et de la Performance) avant une séance (je suis surtout une adepte des exercices de respiration) afin qu’elle m’éclaire un peu plus sur la sophrologie et les bienfaits de cette méthode pour un sportif et sa préparation.

Lepape-info : Depuis quand pratiquez-vous la sophrologie ?

Annette Sergent : Je pratique depuis 2001. J’œuvre dans le milieu du sport (pôles France gym, handball et athlétisme, à l’INSEP, Fédération Française de Karaté) mais aussi auprès d’entreprise dans le cadre de formations. Je travaille sur la gestion du stress, sur la préparation aux objectifs, la récupération rapide… le tout en alliant mon expérience de haut-niveau et ma formation de sophrologue.

J’interviens également dans le domaine de la forme et du bien-être, auprès de personnes qui ne sont pas forcément des sportifs. L’objectif est le même : bien s’oxygéner, se libérer des tensions parasites, se « programmer » positivement…

Lepape-info : Pourquoi la sophrologie ?

A.S : J’ai entendu parler de la sophrologie pendant mes études de Psychologie. J’ai fait ma formation sur deux ans à l’issue de ma carrière de haut-niveau. Ce domaine correspondait à ce que je faisais en tant qu’athlète de façon intuitive, empirique. Cette formation m’a permis de comprendre comment et pourquoi cela fonctionnait et comment je pouvais l’expliquer et le transmettre.

Je pense vraiment avoir optimisé mes capacités mentales grâce à la visualisation que je pratiquais beaucoup, mais je ne savais pas me servir des autres « outils » et j’en ai manqué dans les périodes de fatigue et de doute…

Lepape-info : Votre définition de la sophrologie ?

A.S : La sophrologie est pour moi une « boîte à outils » avec des exercices à disposition pour effectuer les réglages nécessaires à l’efficacité et à la performance.

Lepape-info : Quels sont les principes fondamentaux de la sophrologie ?

A.S : J’observe et je distincte trois grands principes :

  • Le  schéma corporel comme réalité vécue

C’est la prise de conscience de son corps dans l’espace grâce à des postures simples et douces ainsi que la concentration sur les sensations ressenties, vécues lors des séancescomme la chaleur, la détente, la légèreté… qui vont permettre de rencontrer ce corps et de le vivre pleinement.

On accède ainsi à une meilleure connaissance de soi en favorisant la rencontre corps-esprit. Cela va renforcer la confiance en soi et les structures positives de la personne.

  • Le principe d’action positive

En sophrologie, on va mettre le négatif entre parenthèses, sans pour autant le nier. Toute l’intentionnalité des actions et des pensées sera orientée sur le positif ce qui aura comme conséquence un effet «  boule de neige  ». Une action, une pensée positive aura une action dynamisante et renforcera les ressources et les capacités positives de l’individu. Une prise de distance par rapport aux éléments négatifs, qui en propose une autre vision, permet d’en relativiser l’importance et d’envisager d’y remédier.

  • Le principe de réalité objective

La sophrologie tient compte des contraintes de la réalité et s’y adapte. Elle respecte les limites de chacun, tant celles du bénéficiaire de la séance que celles du sophrologue.

Lepape-info : Qu’apportent la sophrologie et ses techniques aux sportifs ?

A.S : Il existe un certain nombre de techniques en sophrologie. Elles visent en particulier la libération de l’énergie. Pour être efficace, le sportif a besoin de bien s’oxygéner, de bien récupérer, il doit être tonique mais relâché, être concentré. Il doit aussi pouvoir s’adapter aux diverses situations de compétitions, savoir gérer la fatigue, le stress et les débordements émotionnels.

Le sportif va donc suivre un programme d’exercices de respiration, de relaxation  (oxygénation, récupération, détente, concentration), d’imagerie mentale et de visualisation en situation de compétition : La « programmation positive » qui consiste à imaginer que l’on « vit » mentalement une action, le système nerveux est activé et intègre cette situation comme une réalité vécue.

Lepape-info : Avez-vous une approche de travail différente selon le niveau de pratique du sportif ?

A.S : Les techniques utilisées, les leviers (respiration, relâchement et imagerie mentale) sont les mêmes mais l’approche est différente selon le niveau de pratique. Pour le sportif loisir, on va travailler à la base, sur la connaissance du schéma corporel qui souvent n’est pas « acquis ». Pour le sportif de compétition/de haut niveau, on revisite ou on consolide les acquis (oxygénation, relâchement…) et on travaille sur la visualisation pour se « programmer » de façon positive pour la compétition. Cela demande de l’entraînement mais une fois les bases acquises c’est un réel atout.

2 réaction à cet article

  1. bonjour, je souhaiterais prendre contact avec annette sergent

    Répondre

Réagissez