Au coeur du Trail Valandro de la Montagne (Beaune, 21), le 4 mai 2014

Un parcours magnifique.

trail de la montagne

Jeudi 1 ier mai je n’ai pas pu participer à un trail local car les inscriptions ont été closes plusieurs jours avant au vu du nombre de participants!

Pour tenter de calmer ma frustration, je regarde sur le calendrier des trails et je vois qu’un trail de 17,5 kms est programmé dimanche 4 mai aux alentours de Beaune : le trail valandro de la Montagne.

Le blog  de Bourgogne Esprit Nature annonce clairement la couleur : un trail nature, rien qu’un trail. Prix mini (8 euros) avec un concept minimaliste : pas de t-shirt finisher et récompenses limitées aux 3 premiers hommes et femmes.

Cela me convient parfaitement car après une inscription sur place 45 minutes avant le départ, j’ai juste le temps de m’échauffer quelques minutes car le soleil est présent mais le fond de l’air est frais.

Une ambiance simple et bon enfant règne sur ce départ sans pistolet. Un « 1, 2, 3, Partez… » suffit à lancer les 80 trailers et traileuses

image

Le dénivelé positif de ce trail est annoncé à 466 mètres mais le parcours est bien fait puisque les premiers kilomètres sont plutôt plats et permettent de chauffer la machine sans risque de blessure. Les montées et les descentes sont positionnées en milieu de parcours et la fin est en légère descente  permettant, pour ceux qui le pourront, de finir vite.

La nature qui nous est proposée est magnifique : des bois, des vignes, de jolis chemins blancs  et des singles tout ça sous un soleil sans nuage.

Tout les éléments sont donc réunis pour passer un bon moment de trail …en plus, la forme et les jambes sont là.

Lors des premiers kms, je pars doucement en me retrouvant dans  d’un groupe de 6 coureurs.  Je dois rester dans ce groupe car  derrière, il n’y a plus de coureur en vue…et se retrouver seul à ce moment là n’est pas une bonne idée.

Avant d’attaquer les difficultés du jour, deux belles montées et donc deux belles descentes, je me suis repositionné au milieu de ce groupe en dépassant deux coureurs partis sans doute un peu vite.  Plutôt une bonne idée car lors des singles à venir, doubler se révéle impossible.

Je reste donc sagement à ma place et reste vigilant pour ne pas chuter en attendant des espaces plus propices au dépassement.  Dans les parties les plus corsées des montées, je décide de marcher et je constate que je ne perds quasiment pas de terrain par rapport aux concurrents qui courent à petite foulée.

Lors du dernier tiers de la course, très roulant avec des chemins qui s’élargissent, je peux adopter mon rythme habituel. Je peux lâcher les chevaux et le lancer  à la poursuite de deux concurrents qui sont en vue.

Les jambes répondent et je dépasse le premier coureur à 4 kms de l’arrivée…je regarde ma montre et je constate que nous avons parcouru 15 kms et qu’il ne nous reste plus que 2,5 kms avant la ligne d’arrivée.

Allez Go à fond!

Je me rapproche du dernier coureur à ma portée mais surprise …! l C’est déjà l’arrivée !

Le parcours ne fera que 16,4 kms…et je n’aurai pas le temps de gagner une dernière place au classement