Au coeur du trail de la Drôme (Buis-les-Baronnies, 26), le 13 avril 2014, avec Jean-François Mathot

Un parcours très beau, avec de belles alternances entre de larges pistes et de très beaux sentiers en balcon.

Jean Francois Mathot au trail de la drôle 2014

Samedi 12 avril, 13h.

J’ai programmé le GPS avec comme destination Buis-Les-Baronnies, charmante bourgade de la Drôme Provençale. Bon, quand je dis programmé, je crois que le GPS a compris visite touristique. Heureusement, le décor drômois est aussi magnifique que les routes sont tortueuses. Et puis, nous ne sommes pas pressés. Par contre, pour le retour, ce sera plus direct !

Nous arrivons à Buis-Les-Baronnies vers 16h. Il n’est pas facile de s’y garer, car il y a une brocante. Pour le reste, le retrait du dossard me prend cinq minutes car il n’y a pas grand-chose à voir, à part un petit stand de running.

Du coup, nous prenons la direction de notre hébergement. Il s’agit de l’hôtel-restaurant Plantevin qui se situe au col de Propiac. Nous y sommes très bien accueillis et prenons possession de notre chambre, d’où la vue sur le Mont Ventoux est magnifique.

Après nous être installés, nous allons faire une balade d’une petite heure autour du col de Propiac. Il s’ensuivra un très bon dîner et également une très bonne nuit. Le départ de ma course étant à 10h, il ne m’est pas nécessaire, pour une fois, de me lever trop tôt.

Après un bon petit déjeuner, nous redescendons à Buis-Les-Baronnies pour 9h. Cela me permet de voir passer mon pote Nicolas engagé sur le 38 kilomètres, et qui termine la première partie de sa course en repassant dans le village pour repartir sur une deuxième boucle de 14 kilomètres. Je pars m’échauffer une vingtaine de minutes avant de venir prendre position sur la ligne de départ.

Je suis presque surpris par le départ et, comme pour le Trail Givré, c’est une envolée de moineaux. Ça part à une vitesse incroyable (18 km/h suivant les premiers comptes-rendus), comme si on allait faire un cross de 7 kilomètre ! On traverse le village, puis on emprunte une petite route et de larges pistes qui montent régulièrement et permettent d’étirer le peloton. Le parcours serpente en montée pendant environ 11 kilomètres avant d’arriver à l’unique ravitaillement du circuit. On emprunte ensuite une belle descente, avant de remonter un sentier très raide dans une belle forêt. Ensuite, c’est une longue dégringolade qui nous entraîne vers le village de Buis-Les-Baronnies. Deux kilomètres avant, nous traversons une rivière à gué, avant d’en terminer par un sentier, puis une petite route jusqu’à la ligne d’arrivée.

J’ai trouvé ce parcours très beau, avec de belles alternances entre de larges pistes et de très beaux sentiers en balcon. Le terrain est très rocailleux et très sec. Ce circuit sera celui des Championnats de France de trail court au mois de septembre. A mon humble avis, il ne sacrera pas forcément un très bon traileur. Je pense que de bons semi-marathoniens peuvent très bien l’emporter.

Pour ma part, je pense avoir réalisé une excellente course. J’avais du jus et de très bonnes jambes. J’ai toujours été « en prise » et j’ai couru à une fréquence cardiaque moyenne égale à 90% de ma fréquence cardiaque maximale. Il y avait 24.7 kilomètres et 1100 mètres de dénivelé. Mon temps est de 2h16mn54s et je me classe 100ème et 6ème HV2. J’ai trouvé que le niveau était vraiment très relevé. Tous les « TEAMS » et Clubs étaient venus en repérage et cela s’est ressenti dans les classements et dans le rythme de course.