Au coeur du marathon de New York 2012 : un marathon commercial et politique

Un internaute était à New York, il exprime sa frustration et ses interrogations.

Marathon de New York

Le marathon de Paris terminé, pour une première expérience en 4h04 et 4 sec, je me suis préparé pour le mythique marathon de New York.

Début de l’entrainement, en mai, pour monter en puissance tranquillement avec différentes courses au programme : 10 kms et semi marathon avec des temps en progression, ( 50mn04 et 1h49 et 52 sec), pour un cinquantenaire du mois d’août 2012, je suis content de mes temps et surtout de l’hygiène de vie et de l’équilibre et de l’énergie retrouvée malgré la fatigue des longues distances.

Un phénomène naturel est venu contrarier mon rêve, Sandy, un hurricane, sur New York ! A cette époque, peu fréquent. Notre voyagiste, contraste voyage, nous confirme la tenue du marathon après quelques jours d’inquiétude, Mr Bloomberg, maire de New York, se fait le porte parole des sinistrés et décide de maintenir par fierté, L’ING marathon de NYC.

Les premiers européens partent, le mercredi 31 octobre. Nous partons, le 1 novembre, 3 coureurs et 3 femmes, supportrices. Bien arrivés et surtout pressés d’en découdre.

Le vendredi, petit jogging de décrassage autours de Central Park fermé pour quelques branches cassées ? Nous allons récupérer nos dossards, nous visitons le salon du running avec tous les produits de l’ING marathon de NYC 2012.

Balades et découverte de Manhattan, l’après midi et en fin d’après midi, la nouvelle tombe : le marathon is cancelled!!!!!!! La pression politique du futur réélu président Obama  a été plus forte que l’énergie des 50 000 runners. J’ai vécu plusieurs tempêtes tropicales et cyclone aux Antilles, en 10 ans passés là-bas et franchement… Et si l’élection présidentielle, prévue le 7 octobre 2012, n’avait pas été la raison principale d’annulation ?

Merci, messieurs, Bloomberg et Obama et à l’organisation de l’ING, pour cette magnifique mascarade.

Le dimanche 4 novembre, 20 000 runners déçus se sont retrouvés dans Central Park. Ils n’ont même pas le droit de passer sous la ligne d’arrivée et de prendre des photos depuis la moitié des gradins ouverts. Tout le monde, respecte ces décisions, sans aucun débordement.

Le lundi soir, l’organisation, nous fait l’immense honneur, de nous remettre, cette fameuse médaille, de non finisher 2012, sans le tee shirt, donné aux sinistrés de Staten Island et du Queens.

Aucune nouvelle, de la part de notre voyagiste qui attend des informations de l’ING, pour le remboursement du dossard et des inscriptions à la course des 5 kms, prévue le samedi, 50 euros par personne ! Quelle frustration sportive et quelle impression de s’être fait b….. !

Le marathon du fric va nous laisser une immense amertume. Qui va nous rembourser notre dossard à 350 dollars ? Nous seront pré-inscrits pour l’année prochaine mais le mythe risque de s’ébranler, et ce même si l’année prochaine, 50 000 nouveaux runners, seront au départ de l’édition 2013.

Si par hasard, un avocat coureur, pouvait prendre en charge le dossier ? La ville de New York et l’Ing marathon, devraient assumer et rembourser. Nous sommes bien loin de la compétition et de l’esprit sportif, mais plus proche, de l’American business !

Amicales pensées sportives