Au coeur d’Odyssea Chambéry, le 12 mai 2012

La belle journée de convivialité de Lolo

Une course pour la bonne cause, vécue aux côtés de Yann qui évoluait lui hand-bike : Lolo nous raconte sa participation à l'édition 2012 d'Odyssea à Chambéry.

Chambéry 12052012 3

Petit retour en arrière, tandis que j’ai encore plein de beaux souvenirs en tête…..

Tout a commencé lorsque Galopine a lancé le sujet concernant Odysséa sur le site « Courir en Pays de Savoie ». Notre charmante camarade était à la recherche de volontaires pour son association « Les Galopins », afin d’accompagner sur l’épreuve des personnes en situation de handicap. Ayant en début de saison noté le rendez-vous chambérien sur mon planning de courses, j’ai immédiatement confirmé ma présence à Galopine, en sachant parfaitement qu’il fallait oublier chrono, classement ou performance ce samedi 12 mai, la priorité étant très loin de ce genre de considérations.

Nous voilà donc le jour J, dans le Parc du Verney à Chambéry, sous un ciel capricieux mais néanmoins empli de la convivialité émanant de toutes ces âmes généreuses présentes pour une bonne et juste cause, la lutte contre le cancer du sein. Certains sont là pour faire la course devant, d’autres pour effectuer un footing collectif, d’autres encore pour se prouver qu’ils peuvent courir 8 kilomètres. Toutes et tous unis dans un même et bel élan de générosité.

Rendez-vous sur le stand du « Challenge des 5 Soleils », afin d’y retrouver notamment Galopine et Alain Carré du forum… Rencontre enfin avec Yann, muni de son hand-bike, avec qui j’aurai l’honneur d’effectuer le parcours. Quelques mots échangés pour faire connaissance, et nous voilà tous deux partis pour un léger échauffement autour du Palais de Justice, vêtus des superbes t-shirts roses fournis par l’organisation, à l’instar des centaines de participants.

L’heure du départ approchant, nous nous dirigeons vers le lieu de rassemblement où nous retrouvons Alain qui va « ouvrir la route » pour Yann et son hand-bike, mais également les Galopins, Fred et Josefa, entourant la joelette afin de courir en relais pour l’accompagner. Cela fait très longtemps (peut-être s’agit-il même de la première fois) que je n’ai pas assisté au départ d’une course depuis l’arrière du peloton, je reconnais que le plaisir y est tout autre mais aussi intense, les « Tu vises quel chrono, toi ? » ou bien « Je vais essayer de finir dans les 3″ étant remplacés par des paroles telles que « J’ai pas couru depuis 3 ans, tu crois que je vais y arriver » ou encore « Qu’est-ce qu’on peut préparer à manger ce soir ? ». Personnellement j’adore cette ambiance ! L’arche de départ est loin, très loin devant…..

Résonne alors à nos oreilles le coup de feu libérateur, et nous voilà partis pour un parcours empruntant rues et ruelles sinueuses de Chambéry, sur un bitume et des pavés rendus glissants par les ondées matinales. Les premiers hectomètres se font difficilement, car la masse de coureurs y est dense et l’allure relativement lente. Alain donne tant bien que mal de la voix devant le hand-bike pour tenter de faire un passage, Yann guide son engin et l’actionne à l’aide de ses bras, ce qui lui permet de prendre un peu de vitesse sur les quelques lignes droites du début de parcours, tandis que je pousse le fauteuil dans les virages ou pour les relances, et tente de le freiner lorsque Yann « s’emballe » un peu.

La foule omniprésente (ambiance Marathon de Paris !) encourage, applaudit et acclame notre valeureux ami handisport, je décèle alors sur son visage une fierté et une joie non dissimulées. C’est beau. La sortie du centre-ville nous permet d’obtenir une allure plus conséquente, Yann en profite alors pour se défouler et dépasser un grand nombre de compétiteurs. Nous devons même l’aider à changer ses rapports, car le moulinage se faisait trop rapide.

Nous voilà arrivés au pied de la difficulté du jour, dans le Parc de Buisson-Rond : une côte à gravir comportant des marches faites de rondins de bois, le tout sur un chemin en gravier. Ouh là là… C’est chaud là ! Heureusement, Alain me rejoint dans le but de pousser le fauteuil de Yann, et nous nous trouvons bientôt « poussés » à notre tour par un, puis par d’autres participants. Très bel élan de générosité.

La descente se révèle tout aussi délicate, la roue avant se mettant en « gravier-planning ». La mission consiste à retenir Yann et sa machine, afin de ne pas le laisser partir dans le décor. Ouf ! Nous voilà enfin revenus sur la piste cyclable, direction maintenant le centre-ville. Notre ami se sent pousser des ailes, son compteur monte à près de 17 km/h sur certaines portions en ligne droite. Hé ! Yann ! Tu vas trop vite… Attends-nous ! En tout cas il est en train de nous faire un beau negativ split. Heureusement pour Alain et moi-même, les premiers virages l’obligent à ralentir, et il ne reste maintenant plus qu’à rejoindre le Parc du Verney, Alain se trouvant à nouveau dans la peau de l’ouvreur.

Les derniers hectomètres passent vite, beaucoup trop vite, je me rends compte alors que je suis en train de vivre des moments très intenses et empreints d’énormément de plaisir. Ce sont surtout le bonheur et le sourire de Yann qui font plaisir à voir, lui qui n’a malheureusement pas la chance de voir le monde de la même manière que nous, personnes valides. J’estime que c’est lui qui a gagné aujourd’hui à Chambéry…..

De mon côté j’ai simplement envie de résumer ce samedi 12 mai en quelques mots : convivialité, plaisir, partage, émotion, bonheur… et de remercier chaleureusement tous les acteurs de cette belle journée, organisateurs et participants, avec une mention spéciale à Galopine, Alain et… Yann.

Lolo

Pour info : 5.300 participants ont permis de collecter 40.000 euros qui seront reversés localement aux associations de cancérologie de l’Hôpital de Chambéry et du Médipôle, « Cancer du sein, rester femme, vivre bien », au comité de Savoie de la ligue nationale contre le cancer et à « 4 S » qui propose des activités sportives douces aux patients de Savoie.

Réagissez