Au cœur de L’Annapurna Mandala Trail 2012 au Népal

Ludovic Chorgnon était au départ de l’Annapurna Mandala Trail, il nous raconte son aventure

AMT Nepal 2012

Cette année, l’Annapurna Mandala Trail (L’AMT) offrait un parcours inédit au cœur du Mustang pour un périple annoncé de 300 km et 15 000 m de dénivelé positif en 11 étapes. Au programme aussi 2 cols à 5 400 m et une multitude au-dessus de 4000 m.

Province traversée par la rivière noire Kali Gandaki, située au nord-est du Népal sur l’ancienne route de la soie, le Mustang est une enclave tibétaine en Himalaya, un ancien royaume indépendant, à la fréquentation réglementée. Restée très traditionnel et sauvage, sa capitale, Lo Manthang, est une ancienne cité fortifiée, hors du temps. Mais le Mustang, c’est aussi des canyons, des ravins, des plaines fertiles, des cheminées, des cols et des habitats troglodytes. Avant même de prendre le départ, nous savons qu’un menu sportif et culturel tout à fait exceptionnel nous attend.

Nous sommes 25 à nous élancer pour cette édition avec une arrivée et un départ jugés à Jomson. Je suis heureux d’être là  mais inquiet car je reviens de blessures (une double déchirure au soléaire droit) et je n’ai pas couru 1 fois depuis 4 mois… J’espère donc que mon corps ne m’abandonnera pas et me laissera vivre cette aventure pleinement…

AMT Nepal 2012Je pars donc prudemment. Je me raisonne même s’il est difficile de laisser partir les coureurs devant mais je suis rassuré car mon mollet semble tenir mais je craque et me relance dans la course afin de rejoindre les autres concurrents. J’ai bizarrement la sensation d’être mieux adapté à l’altitude et au terrain (un bon gros pierrier) que le reste du groupe et je remonte pour terminer cette première étape plutôt frais à la 6ème place. Mais cette lueur sera de courte durée : lors de la marche de liaison qui suit entre Lupra et Kagbéni, un bloc de roche sur lequel j’étais en appui cède et m’entraîne dans sa chute vers la rivière. Je réussis à m’accrocher avant de débouler jusqu’en bas, malheureusement j’ai la cheville coincée et en équerre, résultat une grosse entorse à la cheville gauche et beaucoup de difficulté à sortir de cette falaise puis à rejoindre Kagbeni où je serai immobilisé.

Un spectacle grandiose

La suite est logique. La 2ème étape entre Kagbeni et Chele est un calvaire. Je ne peux pas faire grand-chose sur un parcours dont les ¾ se déroulent dans les pierres et galets de la rivière Kali Gandaki. Alors je ruse et étudie la carte attentivement afin de mieux négocier le parcours. A l’arrivée je termine 15 mn devant un groupe de 4 coureurs pourtant partis loin devant dès le départ. Les jours suivant, j’emploierai la même technique au milieu de paysages magnifiques qui nous emmènent au milieu de troglodytes (dont certains sont toujours habités) et de cheminées naturelles si belles, si improbables et si majestueuses qu’il est difficile d’en donner une description précise. Tous les coureurs sont pris aux tripes par ces beautés et non par l’altitude qui ne cesse de monter et qui nous amène en quasi permanence au dessus des 4 000 m.

Au fil des étapes, nous remontons le Mustang, allant de surprises géologiques en surprises géologiques jusqu’à Lo Manthang, cette ancienne capitale du Mustang, figée dans l’histoire à l’heure du moyen âge, avant de redescendre sur Jomson par une voie où les chemins n’existent plus, ce qui nous gratifiera d’une étape superbe même si usante. Elle devait faire 40km, elle en fera 45, il devait y avoir 1800m de dénivelé positif, il y en aura 2 800, il devait avoir deux cols à 4400m et 4500m d’altitude, nous en passerons 9. On nous avait annoncé environ 5h pour l’étape, j’en mettrai finalement plus du double !

Un si long chemin

AMT Nepal 2012Le vent terrible et les températures frigorifiantes sur les cols auront également bien contribué à nous user jusqu’au bout. Nous aurons tous au final vu d’innombrable fois le village de Muktinath en contrebas avant de découvrir un nouveau long chemin qui montait ou nous obligeait à redescendre plusieurs centaines de mètres jusqu’à une rivière avant de remonter vers un nouveau col… Mais c’est aussi ça le propre de la course de montagne et cela qui augmente le plaisir d’en avoir vu le bout une fois l’étape finie. Il en sera de même pour 3 des nôtres qui se seront perdus, auront couché dehors à plus de 4000m et seront arrivés près de 18h plus tard !!

De mon côté, j’ai la chance d’avoir Maryse, médecin de son état, qui me fait des séances de mésothérapie et me strappe chaque jour, ce qui m’aide à tenir face à la douleur, sachant qu’évidemment des ampoules sont apparues et augmentent un peu plus mes difficultés. Cela ne m’empêchera pas de franchir le Thorong La Pass dans la neige à 5400m en 7ème position et de réaliser une excellente descente dans le pierrier même si la fin aura plus ressemblé à une séance de torture qu’à une partie de plaisir… Pour réaliser ses rêves, il faut aussi apprendre à se dépasser et à faire fi de la douleur.

La dernière étape pour rejoindre Jomson, pourtant facile avec 1000m positifs et 2000 négatifs,  sera vraiment la pire pour moi avec des pierres tout au long du parcours qui attisent toutes mes douleurs. Le pire étant le final avec 500m de dénivelé négatif dans un pierrier à 45°, parfois plus, où l’on déboule avec les amas de pierres instables. Et comme parfois rien ne se passe comme on le voudrait, je ne me perds dans le village de Jomson durant 20mn à la recherche de ….la ligne d’arrivée ! Au final de conserve ma 8ème place au général avec deux petites minutes d’avance sur la référence au plus de 10 000 km dans l’Himalaya : Monsieur Bruno Poirier.

En tête de course, le Suisse Marco Gazzola a tenu tête longtemps aux Népalais avant que ces derniers ne « l’abandonnent » dans les 3 dernières étapes et démontrent leur niveau tout comme leur parfaite connaissance du terrain. La course au podium a tenu toutes ses promesses grâce à trois très grands coureurs.

Et que dire de cette course unique dans tous les sens du terme grâce à une organisation Franco-Népalaise parfaite et des paysages fabuleux si ce n’est que ce fut un grand moment !

Ludo le Fou, alias Ludovic CHORGNON

Annapurna Mandala Trail au Mustang du 6 au 23 avril 2012

Huit des douze étapes ont eu lieu au Mustang. La course est montée jusqu’à la frontière tibétaine et fait étape à Lo Mantang, la capitale de cet ancien royaume. Au retour du Mustang, la course est passée par Muktinath, le Thorong Pass (5416 m), Manang, le Tilicho Lake (4.950 m), l’East Col (5.150 m) et le Mandala Pass by Nil Gurung (5.137 m). Les difficultés de la Mandala 2012 étaient donc concentrées sur les quatre dernières étapes, jugées himalayennes.

Le classement

201 km, +/- 10550 m.

Le parcours

1. Phu Dorjee Lama Sherpa : 23 h 14 mn 21 s
2. Upendra Raï : 23 h 22 mn 28 s
3. Marco Gazzola : 24 h 06 mn 16 s
4. John John Cuthbertson : 27 h 08 mn 57 sµ
5. Pascal Beaury Sherpa : 28 h 59 mn 57 s
6. Manikola Raï : 30 h 39 mn 34 s
7. Christian Breysse : 30 h 40 mn 09 s
8. Ludovic Chorgnon : 32 h 23 mn 17 s
9. Bruno Poirier : 32 h 25 mn 17 s
10. Cyrille Lambert : 33 h 20 mn 15 s
11. Pascale Fouques : 33 h 31 mn 18 s
12. Jacky Heckmann : 35 h 45 mn 59 s
13. François Doat : 36 h 36 mn 19 s
14. Thierry Richl : 39 h 42 mn 29 s
15. Hugues Clauser : 41 h 31 mn 05 s
16. Bruno Ringeval : 42 h 23 mn 58 s
16. Fabien Brusson : 42 h 23 mn 58s
18. Maryse Dupré : 50 h 37 mn 20s
19. Yvonne Radondy : 33 h 42 mn 30 s (avec portage)
20. Jean-Marc Wojcik : 35 h 11 mn 59 s (avec portage)
21. Pascale Mangin : 53 h 20 mn 03 s (avec portage)
22. Maurice Fauvel : 46 h 07 mn 47s  (avec portage)
23. William Marjault : 46 h 59 mn 56 s (avec portage)
24. Joël Delmas : 9 étapes
25. Claude Chapleau : 3 étapes

Annapurna Mandala Trail 2013
La treizième édition de l’Annapurna Mandala Trail, du 19 avril au 6 mai 2013 aura lieu sur un nouveau parcours entre le Camp de Base Nord de l’Annapurna (4.190 m) – le Camp de Base de l’expédition française de 1950 – et le Camp de Base de l’Annapurna Sud (4.130 m), avec un passage au Camp de Base du Dhaulagiri (4.700 m).

L’AMT 2013 comptera neuf  étapes (250 km, +12.500 m et -12.500 m). Elle sera précédée de trois étapes en marche de liaison (80 km, + 2500 m, – 800 m) afin de rejoindre le Camp de Base de l’Annapurna, d’où sera donné le départ de l’AMT 2013. Cette marche de liaison servira, également, de phase d’acclimatation. Il y aura également deux étapes de liaison (60 km, – 3.500, + 500 m) pour relier l’ABC Sud à Naya Pul, en fin de séjour. Le tracé de la Mandala franchira le Thapa Pass (5.260 m), le French Pass (5.360 m) et passera par Hidden Valley.

Le coût de l’AMT 2013 est estimé à 2.900 Euros. Il comprend l’inscription à la course, le coût de son financement au Népal (transports terrestres et aériens, hébergement et restauration) et le billet d’avion France-Népal (aller/retour). Le prix peut être amené à augmenter ou diminuer selon le taux de change Euro/Dollar.

Les demandes de dossier d’inscription ou de renseignements peuvent se faire auprès de Bruno Poirier. Contact : 19 Rue des Douettes, 85130 Saint-Aubin-des-Ormeaux. France. Téléphone : 06 81 82 08 01. E-mail : himal@wanadoo.fr

Réagissez