Au cœur de La Parisienne avec la Team INSEP, le 9 septembre 2012

Une première réussie !

L'INSEP (Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance) avait pour la première fois une équipe présente sur la Parisienne, ce dimanche 9 septembre 2012. Charlotte, membre du groupe, dresse un bilan très positif.

8 heures… Ouverture du village La Parisienne… Une vague humaine, les filles courent dans tous le sens (à croire que c’est le départ de la course !), dans la foule, quelques Insepiennes…

Pour beaucoup, c’est leur première course chronométrée ! Un peu de stress, les yeux qui piquent, chacune fait passer le temps comme elle peut.

8h40, heure du départ en direction du Pont d’Iéna, mais il manque une personne : Maureen Nisima. A son arrivée, les escrimeuses (venues en nombre) commencent à chanter, cela continuera jusqu’au départ.

Petits stops photos aux pieds de la Tour Eiffel. La météo est avec nous, le temps est magnifique et il fait déjà chaud !

Une énorme confusion règne au départ, beaucoup de monde, ça n’avance pas, mais la team INSEP reste groupée et motivée… On arrivera finalement plus ou moins ensemble dans le premier sas 10 minutes avant le départ. Petit échauffement et déjà le décompte.

Les visages se ferment et on si dit « On se retrouve à l’arrivée ! ».

Floriane (Pôle Aviron), Anaïs (Pôle Pentathlon moderne), Chloé Willhelm (Natation Synchronisée) et Clémence (Escrime) partent en tête et seront les quatre premières de l’équipe à passer la ligne d’arrivée, toutes après environ 30 minutes.

Juste derrière, les filles de la Direction de la Communication, des Relations Internationales et du Développement n’ont pas lâché puisqu’elles arrivent presque toutes entre 30 et 33 minutes.

Finalement, toutes ont énormément apprécié la course, l’ambiance et l’atmosphère qui y règne… Et sont prêtes à re-signer pour une prochaine édition.

En témoignent ces quelques phrases entendues dans le groupe : « C’est de la folie tout ce monde, même sur la route pour nous encourager », « C’est la première fois que je fais une course, je me suis sentie portée tout le parcours, je ne pensais pas pouvoir faire ce temps ! »« Je n’ai pas vu le panneau 6 km, du coup je n’ai pas pu accélérer comme je voulais, j’en avais encore sous le pied », « Le premier panneau que j’ai vu c’était celui des 3 km, je me suis dis « déjà », et ça c’est plutôt cool ! »…