Douleur fesse droite

Bonjour,

J’ai 38 ans et je fais deux sorties par semaine d’environ 45 minutes à 13 km/h environ. J’ai commencé la course à pied il y 2 ans en courant très mail (1 fois semaine à raison de 1h20) avec je pense des chaussures peu adaptées à ma foulée et usées à certains moments.

Je ressens depuis plusieurs semaines une douleur dans la fesse droite pendant et après les footings. Cette douleur est plutôt lancinante sur des footings à faible allure (50 minutes à 11,5 km/h) et beaucoup plus vive lors de footings plus courts (30 minutes) mais à 14 km/h. Sur ce dernier type de footing, elle intervient très tôt (après 5 à 10 minutes de course) et ressemble à une grosse contracture qui persiste environ 2 jours après le footing. Cette douleur reste dans la fesse et ne descend pas plus bas.

Je précise que j’ai des problèmes depuis plusieurs mois, TFL genou gauche puis tendinite d’insertion du moyen fessier gauche. La tendinite du moyen fessier a été soignée par 2 infiltrations, 20 séances de kiné et depuis je porte des semelles pour courir qui corrige la pronation.

J’ai l’impression que depuis que je porte ces semelles, mes soucis à gauche ont disparu. Par contre, j’ai cette espèce de contracture qui persiste à droite.

J’ai fait un scanner lombaire qui a mis en évidence une légère discopathie L5-S1.

Que me conseillez-vous pour tenter de venir à bout de cette « contracture » ?

Merci d’avance de vos conseils.

Une réponse à la question

  1. Bonjour,

    Les douleurs que vous décrivez entrent dans la famille des « fessalgies » du coureur à pied. Ces douleurs postérieures peuvent avoir des origines très différentes : neurologiques (compressions d’une racine nerveuse par une protrusion ou une hernie discale au niveau lombaire), osseuses (fracture de fatigue du sacrum ou bien de l’aile iliaque), articulaires (arthrose de hanche ou bien arthrose lombaire), tendineuses ou musculaires (tendinopathies des rotateurs ou bien des abducteurs de hanche).

    Il est en effet très possible que les douleurs actuelles à droite soient une conséquence des différentes pathologies qui ont été très bien traitées à gauche.

    Le scanner lombaire montre une discopathie L5-S1 mais en cas de sciatique « tronquée » les douleurs irradient vers la fesse et vers le bas. Or votre douleur reste très haute ce qui nous permet, a priori, d’éliminer une origine discale et neurologique.

    La contracture que vous décrivez me fait plutôt penser à une origine musculaire ou tendineuse. Si la douleur que vous ressentez à droite, et que vous situez assez haut, ressemble à la douleur de tendinopathie du moyen fessier que vous aviez à gauche, il est très probable qu’il s’agisse d’une contracture, avec ou sans tendinopathie associée, d’un des muscles fessiers. Chez les coureurs à pied, ces muscles sont essentiels pour stabiliser le bassin et les hanches. Il s’agit d’une région ou l’anatomie est complexe et il n’est pas toujours facile de discerner à l’examen clinique le muscle qui est responsable de la douleur. Une échographie réalisée par des mains expertes pourra sans doute préciser s’il s’agit d’une contracture du muscle piriforme ou bien d’un autre muscle fessier.

    Bon courage

    Répondre
  2. J’ai 24ans et cela fait plusieurs années que je traine une douleur dans la fesse droite. Je la ressens dans deux positions, debout et allongée par terre. Premièrement, je l’a ressens quand je marche sur une courte distance. La douleur commence dans la fesse droite puis se propage dans la cuisse, m’empêchant de marcher correctement. Deuxièmement quand je m’allonge par terre ou bout de quelque seconde la douleur reprends. Sauf que la, elle reste dans la fesse. Du coût je suis obligée de me mettre sur le côté. La douleur n’est pas en bas des fesses ni ou milieu, mais plutôt vers le haut des fesses si jeux dire. En 2009 j’ai fais un scanner mais rien d’alarmant ma dit mon médecin. Entre temps j’ai changé de médecin. Mais celui-ci me dit, à chaque fois que je lui en parle  » ho c’est rien ça arrive à tout le monde ». Que me conseille vous? Merci d’avance.

    Répondre

Réagissez