Blessure: repos complet ou relatif?

Coureur débutant de 42 ans, sans surpoids, je me suis blessé au tendon fibulaire après une reprise trop ambitieuse (3 entraînements par semaine de 45 minutes en EF). J’ai arrêté de courir depuis 2 semaines, mais je continue à faire du vélo et du renforcement musculaire (chaise, squat sans charge, fente, gainage). Est-ce raisonnable ou devrais-je rester au repos complet?

Les exercices de renforcement peuvent-ils être réalisés lors de la convalescence ou vaut-il mieux les réaliser une fois guéri?

Mon souhait serait de mieux préparer au mieux en vue d’une reprise douce et progressive de la course à pied afin de ne plus me re-blesser..

Merci d’avance pour votre aide!
Bien cordialement.

Minus

Une réponse à la question

  1. La progressivité est un des principes clefs de l’entraînement, que ce soit en reprise d’entraînement après une phase de repos, après une blessure ou lors d’un cycle de travail. Tout sportif se lançant dans une pratique sportive (qui est par essence spécifique) ne doit jamais négliger la préparation physique générale (tout ce qui est périphérique à la pratique spécifique).

    Ne pas le faire va, soit faciliter le développement de blessures par répétition du même geste soit freiner un développement ultérieur par manque de coordination, gainage, force, de technique vitesse ou de souplesse.
    Dans notre cas, la course à pied (activité spécifique) devrait être accompagnée systématiquement d’un programme de préparation physique général. Ne serait-ce que de quelques minutes par séance pour ceux qui ne disposent que de peu de temps et qui veulent bien entendu privilégier des kilomètres. Mais il vaut mieux remplacer parfois des kilomètres par du travail de gainage, de gammes techniques, de travail de pied.

    Intégrer le vélo ou la natation, une séance de rameur ou de stepper ne peut qu’être favorable dans une préparation.

    Quand on se blesse, c’est souvent parce qu’il y a une raison : fatigue, manque de récupération, manque de concentration, bref c’est parfois un signal pour dire à l’organisme : stop ! Il faut se reposer et laisser le temps à l’organisme de se régénérer pour mieux repartir.

    Quelques jours, 2 ou 3 semaines sont parfois largement suffisants pour récupérer de la blessure et s’y remettre bien entendu progressivement (en termes de fréquence de séances, de durée ou d’intensité).

    Bien entendu lorsque la blessure est bien localisée, on peut travailler pleins d’autres groupes musculaires et solliciter le système cardio-respiratoire. Là, le seul repère sera votre gêne fonctionnelle et votre ressenti de douleur. Par exemple, des coureurs qui souffrent du TFL (syndrome de l’essuie-glace) peuvent généralement poursuivre l’entraînement de vélo sans aucune gêne.

    Donc dans le cas de votre décision, arrêt complet ou pratique complémentaire pendant la convalescence va dépendre:
    – De la nature et de la gravité de votre blessure.
    – De l’éventuelle cause ayant occasionnée cette blessure.
    – De l’avis bien entendu de votre médecin du sport, du traitement recommandé en lien éventuel avec un kiné.
    – Des capacités de pratiques complémentaires dont vous disposez

    Mais en tout état de cause, toujours respecter le principe de la progressivité.
    Au-delà de ces conseils, prenez l’avis de votre médecin et kiné.

    Répondre
    • merci d’avoir pris le temps de me répondre! ;)
      j’apprécie votre site pour votre expertise, félicitations et surtout, au plaisir de vous lire!

      Répondre

Réagissez