Trail : sucré ou salé ?

Une question de goût

A partir de quelle distance ou temps de course faut-il alterner sucré/salé lors des ravitaillements et tout au long de l'épreuve pour éviter la saturation ? Une question qui se pose souvent, la réponse de Sébastien Chaigneau.

gel

Beaucoup de coureurs se posent cette question et la réponse n’est pas simple. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il n’y a pas de règles établies. En résumé : il est important de fonctionner à la sensation.

Concrètement, si vous partez sur une course longue (plus de 6 heures de course), il faudra très vite mélanger et alterner sucré/salé, ce qui n’est bien entendu pas obligatoire sur une course plus courte. Vous pouvez arrêter votre choix dès le départ, ou le faire pendant la course. Mais il faut de toute façon y penser avant pour pouvoir organiser ses ravitaillements.

Et oui, il faut que vous sachiez  quels produits salés vous allez prendre si vous « saturez » en produits sucrés durant l’épreuve. Et je précise : l’idéal est de ne pas arriver à cet état de saturation… Et comme toujours en sport et en course à pied : si vous vous connaissez bien, vous saurez quand alterner…

Autre question : que faut-il prendre sur une épreuve longue pour ne pas saturer ? Je ne peux répondre qu’en fonction de ma propre expérience. Personnellement je prends des soupes, soit en boisson énergétique, soit celles présentées sur les ravitaillements. Mais renseignez-vous à l’avance sur ce que vous trouverez sur les points de ravitaillement, pour ne pas avoir de surprises. L’avantage des soupes, outre le goût, c’est qu’elles contiennent plein de minéraux et de sels qui vous aideront à garder l’eau dans votre organisme, en plus de vous hydrater.

Certains coureurs, en particulier sur les longues distances, consomment aussi des produits salés type olives, saucisson, ou gâteaux apéritifs. D’autres mangent du fromage, ou d’autres aliments tous plus incroyables les uns que les autres !

Au final, ce qui est important, c’est la satisfaction physiologique et mentale. Votre mental est fortement sollicité durant ce type d’épreuves, et le fait de manger ce dont on a envie peut aider à surmonter les moments difficiles.

Lire aussi

Bien s’alimenter une semaine avant un trail long, de 40 à 80 km
Petit déjeuner idéal avant un trail de 15 à 30 km
Recette de cake petit-déjeuner, sans banane
Comment s’alimenter sur un trail long par étapes
Quel repas la veille d’un trail de 18 kms
Plan d’alimentation quinze jours avant un trail de moins de 42 km
Cake petit déjeuner course à pied
Ultra-trail, récupérez en mangeant
Trail , une alimentation en trois temps
Diététique et ultra-trail
Trail, les gels aussi
Alimentation et compétition

Réagissez