Le régime dissocié scandinave

Régime or not régime, telle est la question !

Riz et légumes : le bon plat

Certains coureurs s’interrogent sur l’utilité de la diète dissociée scandinave. Il est vrai que ce régime, suivi 6 jours avant la compétition, augmente de façon significative le taux de glycogène musculaire.  Cependant,  en général, chez les coureurs qui l’ont essayé dans sa stricte application, nous avons remarqué une réduction de la prise alimentaire pouvant entraîner une perte de poids et parfois même une fatigue anormale avec somnolence.

Les repas des 3 jours précédant la course:

Le matin

  • 80 g de pain (1/3 de baguette) ou 2 tranches de pain de type Harry’s
  • 50 g de confiture
  • 1/2 pamplemousse
  • 200 g de fruits cuits
  • 1 boisson à type de thé ou de café avec ou sans sucre, sans lait

Le midi

  • 100 g de viande de poulet ou de dinde ou de viande blanche non grasse
  • 400 g de pâtes ou de riz cuit avec une sauce tomate
  • 80 g de pain
  • salade ou crudités assaisonnées avec du citron sans huile
  • une tartelette aux fruits

Le soir

  • 100 g de poisson ou de jambon ou deux œufs
  • 400 g de pomme de terre vapeur ou de pâtes ou de riz ou de blé
  • 250 g de légumes verts cuits
  • 60 g de pain
  • 300 g de fruits cuits ou en compote

Par ailleurs l’apport en eau sera régulier dans la journée de 1,5 à 2 litres par jour

Ce régime apporte 2960 Calories réparties en :

  • 12 % de protides
  • 11 % de lipides
  • 77 % de glucides

La richesse en glucides de ce régime pratiqué 3 jours avant la course, augmentera le taux de glycogène hépatique et musculaire, libérable pendant la durée de l’effort physique.

Le matin de la course, le petit-déjeuner sera pris entre 3 à 4 heures avant le départ.
Il sera composé de :

  • Une boisson de thé ou de café avec ou sans sucre selon le goût
  • 4 à 6 biscottes et 50 g de confiture
  • du fromage à pâte dure type gruyère ou fromage de Hollande
  • 300 g de fruits cuits ou en compote

Pendant la course

Un apport de glucose exogène pourrait permettre de combattre l’épuisement du glycogène hépatique, mais en fait à la puissance développée lors d’un marathon, la part d’oxydation du glucose exogène dans l’ensemble des substrats oxydés n’est pas considérable. Il n’est donc pas utile d’absorber de substances solides pendant la course.

Réagissez