Le point sur les idées reçues en nutrition

On entend tellement d'affirmations circuler en nutrition qu'il est bon régulièrement de faire une mise au point. Décodage sur cinq idées reçues.

Pyramide alimentaire

1. Je ne mange plus de gras

Diminuer ses apports en lipides lorsque ces derniers sont consommés en excès est une démarche pertinente. Les supprimer complètement est une erreur à éviter.

Un repas sans graisses doit rester exceptionnel car certains acides gras (oméga-3 et oméga-6), non fabriqués par le corps humain, sont essentiels et doivent en conséquence figurer dans une alimentation équilibrée.

En outre, les graisses sont rassasiantes et ralentissent la digestion d’un repas. Résultat : on est moins tenté par du grignotage en dehors des repas.

2. La meilleure huile est l’huile d’olive

Un grand principe en diététique est de varier son alimentation. Certaines huiles végétales sont à privilégier car elles sont une source d’acides gras essentiels (voir paragraphe précédent). Gardez votre huile d’olive pour cuisiner mais utilisez l’huile de noix (bon rapport d’oméga-3/oméga-6), de chanvre, de lin ou de colza pour enrichir votre bowl de granola/fruits du matin et assaisonner votre crudité du soir.

3. J’ai banni le pain de mon alimentation, il fait grossir

Si vous cumulez par exemple les féculents au cours d’un même repas – le pain étant aussi un féculent – vous serez en déséquilibre par rapport aux autres aliments composant votre assiette et vous risquez effectivement de grossir.

Sachez apprécier votre pain comme vos lentilles, vos pâtes, votre riz ou quinoa… Alternez, variez d’un repas à l’autre en remplaçant les uns par du pain là index glycémique bas à modéré et mangez selon vos besoins,1 à 3 tranches de vrai pain de boulangerie soit de pain complet (multi-graines), pain muesli ou encore élaboré à la farine intégrale.

4. Je mange des super aliments pour avoir plus de vitamines

Les super aliments ou « super food » au même titre que les super héros n’existent pas. C’est une invention purement marketing que de faire croire au pouvoir de quelques aliments. Ne soyons pas dupes de ce que l’on veut nous faire avaler.

Les tendances culinaires changent chaque année et sont programmées comme les collections printemps-été ou automne-hiver dans le prêt-à-porter (manger). En 2017, par exemple, le chou Kale n’est plus en vogue et l’on nous annonce le retour des fanes (radis, carottes…) et le grand succès de la viande végétale.

Restez le plus souvent locavores : cuisinez local, de saison et frais (c’est moins polluant : empreinte carbone oblige), non industrialisé au maximum et succombez aux curiosités si vous le souhaitez sans en faire forcément un miracle nutritionnel.

5. Je contrôle mon poids en mangeant très peu 

Avoir pour habitude de sauter le petit déjeuner pour grignoter dans la matinée, avaler un repas à la va-vite et dîner trois petits-pois n’est pas le moyen de rester serein dans son comportement alimentaire. En revanche, faire les bons choix alimentaires, les bonnes associations, prendre le temps de manger de vrais repas (protéines animales ou végétales, légumes/féculents/fruits/matières grasses/graines), cuisiner, goûter sa cuisine, faire ses courses, son marché, se régaler d’un bon restaurant ou pâtisser de temps en temps, cela met de bonne humeur !

Pour se sentir en forme avec un poids conforme, sachez relâcher pour lâcher du lest… Autrement dit, ne soyez pas dans l’autocontrôle permanent au risque de freiner votre perte de poids et devenir déprimé. En revanche, que vous prôniez l’équilibre alimentaire oui, sans excès de sucres, de graisses et en y associant l’activité physique (souvent oubliée ou négligée), c’est indispensable pour le maintien de la santé, nous sommes d’accord.

À bientôt pour d’autres éclairages sur les idées reçues…

Corinne Peirano (Expert Lepape-info Diététicienne-nutritionniste, http://corinne-peirano.wix.com/dieteticienne-paris)

Réagissez