« Je ne suis pas végétarien mais je ne mange plus de viande, est-ce que je peux être carencé ? »

Certaines personnes, sans passer le cap de devenir végétariennes, se mettent à manger moins de viande au fil du temps. Quand on leur pose la question du pourquoi ? Elles disent être moins attirées, voire qu'elles voudraient stopper toute consommation. Décryptages.

viande

De moins en moins de viande oui mais…

Les végétariens, ou les vegans, refusent de consommer de la viande ou tout autre produit issu de la filière animale parce qu’elles sont sensibilisées à la souffrance du bétail (conditions d’élevage, d’abattage, polluants induits, gaspillage d’eau…). Cependant, sans pour autant franchir le cap de la cause animale, certaines personnes se mettent à diminuer leur consommation de viande (rouge, blanche peu importe) parce qu’elles ne sont plus attirées par une entrecôte, un steak tartare ou encore une cuisse de poulet. « Je n’ai plus envie » est souvent la réponse obtenue sur le pourquoi d’un tel changement puis vient le « après tout ce qu’on a lu, on sait plus quoi manger ». Ce qui par ailleurs n’est pas sans soulever quelques critiques autour de soi, en particulier dans le cercle des proches (familles, amis). Car le regard des Autres sur l’assiette peut être terrible quand le gigot du dimanche ne fait plus envie, ou que les brochettes d’agneau cuites au barbecue provoquent des hauts-le cœur.

S’expose-t-on à des carences si l’on ne mange pas de viande ?

Nous vivons dans une société ou être carnivore est quasiment accepté (ou imposé) dès la naissance, où manger des produits d’origine animale reste une norme sociale, où le choix de refuser de manger de la viande fait encore croire que l’on s’expose à des carences. C’est oublié que l’homme est omnivore. C’est-à-dire qu’il peut être végétarien ET carnivore. Alors sans devenir veggie ou vegan si vous ne le souhaitez pas, vous pouvez cependant diminuer ou stopper votre consommation de viande en multipliant et en variant les autres sources de protéines animales. Vous pouvez maintenir la consommation de poissons (gras, maigres), de crustacés, d’œufs, de produits laitiers (yaourts, fromages) et opter pour des protéines du milieu végétal parmi : miso, seitan de blé ou de riz ou d’orge, natto, pavé de soja, légumineuses tels que haricots secs, pois chiches, lentilles et céréales comme du riz ou du quinoa… Ces aliments vous apportent outre des protéines, des vitamines du groupe B (dont B6, B12), et des minéraux tels que fer, zinc et sélénium. Ajoutez un jus de citron ou mangez un autre agrume (orange, pamplemousse) au cours du même repas pour augmenter l’absorption du fer végétal qu’ils contiennent.

Mon conseil : prenez garde à ne pas prendre du poids en exagérant votre consommation de légumineuses, de graines et de céréales en remplaçant la viande. N’oubliez pas que le milieu végétal est aussi une source de glucides (sucres) et donc d’énergie. Et n’hésitez pas à consulter un diététicien pour vous aider à équilibrer votre alimentation si vous en éprouvez le besoin.

Corinne Peirano (Expert Lepape-info Diététicienne-nutritionniste, http://corinne-peirano.wix.com/dieteticienne-paris)

Réagissez