Guide de votre alimentation

Nos conseils pour une bonne hygiène alimentaire

equilibre2-e1301584055843

La « malbouffe » comme l’appellent les altermondialistes s’impose à beaucoup d’entre nous, que ce soit par manque de temps ou par lassitude : nous mangeons trop souvent les mêmes choses et à des moments peu propices. Le résultat est souvent catastrophique : fatigue et prise de poids nous renvoient une bien mauvaise image de nous-même.

Pourtant, pour la nutrition comme pour tout élément important de notre vie, tout est question d’équilibre.

Il suffit de compter…

La perte ou la prise de poids suit (sauf pathologies graves) une logique toute comptable: les entrées (alimentation) doivent correspondre aux sorties (dépenses énergétiques) pour rester stable. Tout le secret d’une balance « équilibrée » réside dans l’adoption de règles vous permettant d’ajuster globalement vos entrées et vos sorties énergétiques.

Bien souvent, notre principale erreur est de ne pas compenser nos écarts alimentaires par une activité physique supplémentaire. Un repas particulièrement riche peut ainsi être « digéré » par 30’ d’activité physique supplémentaires.

De même, une hydratation régulière permet de mieux « nettoyer le corps » en aidant les reins dans leur rôle filtrant. Boire abondamment n’est pas un souci, nous éliminons le surplus et cela fluidifie le sang et aide à la réussite des régimes hypocaloriques. Boire insuffisamment, c’est-à-dire moins d’1,5 litre d’eau par jour pour un sédentaire, constitue un risque car le corps a ainsi des difficultés à éliminer les « toxines » de l’organisme.

Si votre poids est constant, c’est que vous avez atteint cet équilibre. Malheureusement, il existe de nombreuses causes de déséquilibres plus ou moins durables :

- le tabac coupe naturellement la faim. Le sevrage, que l’on compense bien souvent par une augmentation de l’alimentation, provoque finalement une prise de poids anormale,

- ménopause, grossesse, sédentarité passagère, changements de rythme de vie ont aussi un effet néfaste sur le rapport entrées/sorties énergétique de l’organisme. En jouant sur la quantité d’activité physique, vous pourrez rétablir la balance entre les entrées alimentaires et la dépense énergétique.

… sur son métabolisme

Un autre argument pour préférer ajouter du sport dans votre quotidien plutôt qu’un régime hypocalorique : une privation alimentaire prolongée vous fera perdre de la graisse mais aussi du muscle. Cette fonte musculaire réduit alors votre métabolisme de base qui définit ce que consomme votre corps, au minimum. Vous maigrissez mais vous créez en même temps les conditions de votre reprise de poids au moindre petit faux pas alimentaire. Sans compter, l’impact psychologique de repas pauvres en quantités et souvent en goût… Le sport quant à lui vous fera perdre de la graisse et entretiendra votre capital musculaire. Vous préservant ainsi de reprendre du poids après chaque repas copieux.

Ces petits arrangements quotidiens vont vous permettre de contrôler votre métabolisme: vous vous rendrez alors maître de votre poids et donc de votre santé.

Par exemple, on connaît bien les effets du sport sur certains symptômes de la ménopause dont on soupçonne la baisse d’oestrogènes d’être responsable :

- les bouffées de chaleur peuvent être atténuées par une pratique d’une activité physique douce et régulière,

- les risques d’ostéoporose et de maladies cardio-vasculaires augmentent significativement. Il faut donc pallier ces risques accrus par une alimentation plus équilibrée (moins de sel et de matières grasses) et par une activité physique qui aidera entre autres à la recalcification.

« Une vie équilibrée n’est pas une vie d’ascète »

Un équilibre de vie, c’est trouver un rythme qui permet de concilier de façon durable sa vie professionnelle, ses loisirs, sa vie familiale ou sociale, sans que puisse s’installer un état de lassitude ou de fatigue.

Loin de faire de votre vie un parcours contraignant ou privé de tout plaisir, la solution est de faciliter la pratique d’un sport ou d’une activité physique : près de chez vous, aux heures qui vous conviennent et d’une durée appropriée à votre rythme de vie.

Cette façon de vivre vous épargnera en plus les inévitables carences qu’implique la vie d’un sédentaire voulant rester mince: carences en fer et minéraux, baisse de la glycémie… Il s’agit alors d’un véritable déséquilibre dont l’issu est certaine : l’abandon des restrictions alimentaires ou… le retour à une vie plus sportive.

Activité sportive et nutrition : l’importance de la montre

Quant on cherche une stabilité nutritionnelle et sportive, l’ultime étape est l’organisation des repas en fonction de l’activité physique. La fonction digestive nécessite un afflux sanguin au niveau des intestins, l’activité physique provoquera cet afflux vers les muscles concernés. On comprend aisément l’inconfort de la digestion à l’effort physique !

Ainsi, un repas complet se fait au plus tard 3 heures avant l’effort. Cependant, des petites collations peuvent s’effectuer jusqu’à 1 heure avant si elles sont « légères » (yaourts, céréales, barres, ou boissons dans une proportion mesurée).

De même, durant l’activité, on préférera des boissons, sucrées ou non, avant tout digestes pour ne pas fatiguer l’organisme pour l’assimiler. Les composants solides sont exclus sauf pour les activités de plusieurs heures (sorties en montagne, longs matchs de tennis…).

Une fois l’effort terminé, une alimentation solide peut être envisagée. On démarre en général par une boisson sucrée qui permettra de régénérer l’organisme. A ce moment là, pas de risque de prendre du poids, votre corps est en demande de sucres. Profitez-en pour vous faire plaisir !

Notre conseil :

Pour soigner sa ligne, il faut éviter les mariages féculents avec des sucres « rapides » ou des graisses, surtout le soir. Par exemple, pour le dîner, si vous optez pour un repas riche en pâtes, riz ou pommes de terres, pensez à restreindre votre consommation de fromage, fritures, ou pâtisseries. Ce sont les combinaisons alimentaires qui pèsent le plus sur la balance !

POUR ÉTABLIR UN REPAS ÉQUILIBRÉ, IL FAUT ASSOCIER :

  • 1 crudité (légume ou fruit),
  • 1 source de protéines (viande, poisson, voire certains laitages, ou soja),
  • 1 source de glucides « lents » (autrement appelés féculents : pain, pâtes, riz, pommes de terre,…etc.),
  • 1 laitage
  • 1 portion modérée de lipides (Choisissez plutôt dans les catégories ci-dessus un aliment riche en graisses).

Attention ! Certains aliments peuvent être classés dans plusieurs catégories simultanément (les fromages sont des laitages, sources de protéines et en général riches en graisses).
N’en faite pas double usage…

1 réaction à cet article

  1. tout à fait, manger équilibré, avoir une activité physique régulière et savoir reposer
    son corps après l’effort. C’est donc essayer d’avoir une bonne hygiène de vie

    Répondre

Réagissez