Buvez, buvez….. (suite)

Interview du médecin nutritionniste, le Docteur Pascale Modaï

Répartition votre hydratation entre vos aliments et vos boissons

buvez de l'eau

Les repères d’apport hydrique pour un adulte sont de 2 à 2.5 litre/jour à répartir entre l’eau contenue dans les aliments et les boissons, comment comprendre ce repère ?

Il ne s’agit que d’un repère indicatif, la tendance en matière de recommandations alimentaires est de donner des repères, par exemple manger cinq fruits et légumes par jour. Ce repère doit être adapté en fonction de l’âge du poids, des circonstances… Un individu s’hydratera ainsi en quantités différentes selon la température expérieure, la pratique d’un sport, la qualité de son alimentation plus ou moins liquide, s’il consomme beaucoup de potages ou de produits laitiers liquides par exemple…

En tout état de cause, il faut bien comprendre que l’on parle de boissons et pas seulement d’eau, même si elle reste essentielle. Toutes les boissons consommées dans une journée contribuent à l’hydratation quotidienne.

Si l’on ne s’hydrate pas suffisamment, quelles sont les conséquences physiologiques immédiates ?

Les conséquences varient selon les niveaux de déshydratation. Lorsqu’elle est sévère, on évoque la baisse des performances physiques et cognitives. Chez certains sujets, une telle situation peut entraîner une difficulté à maintenir son attention et une diminution de la capacité de raisonnement. Chez d’autres, des maux de tête peuvent apparaitre. Les sportifs pensent toujours à s’hydrater, mais ce n’est pas forcément le cas de ceux qui travaillent dans des bureaux climatisés. Les bouteilles d’eau mises à disposition dans les salles de réunion servent aussi à maintenir l’efficacité des participants !

Quel comportement adopter pour boire en quantité suffisante ?

Il faut boire avant d’avoir soif et prendre l’habitude de boire régulièrement tout au long de la journée. Le modèle alimentaire français veut que nous prenions trois repas principaux par jour, mais il ne faut pas oublier les collations qui peuvent également rythmer notre jour née : à 10h et au goûter, ce qui peut faire 5 prises alimentaires par jour. Boire à l’occasion de ces pauses peut aider à atteindre les recommandations.

Faut-il privilégier le goût ?

Si l’eau reste la seule boisson indispensable, il faut cependant se donner la possibilité de varier les boissons selon les moments de la journée, si l’on en a envie.

Les boissons sont des aliments liquides, dès lors, comme tout aliment, elles assurent trois fonctions : biologique en hydratant et en apportant éventuellement de l’énergie, hédonique parce qu’elles procurent du plaisir et symbolique car elles participent à la convivialité.

Prendre du plaisir en s’hydratant est légitime et il convient de lever la culpabilité liée à ce sujet. Bien sûr il ne faut pas oublier que certaines boissons (boissons rafraîchissantes, jus de fruits…) apportent de l’énergie et contribuent aux apports caloriques journaliers.

Lire aussi

Buvez, buvez….

L’interview de Richard Dacoury, ancien international de basket et marathonien

2 réaction à cet article

  1. Docteur Modaï,

    J’ai exploré différents types de restauration durant 30 années d’expériences professionnelles en cuisine. J’aimerai à présent parfaire mes connaissances en étudiant tout ce qui a attrait aux vitamines et oligo-éléments ; leurs provenance, métabolisme et comment ils se synthétisent dans notre organisme.
    Je recherche des infos à ce sujet pour pouvoir cibler mon projet professionnel.
    je ne pense pas devenir diététiciens car il me faudrait faire une préparation pour un BTS (1année), puis 2 ans de BTS.
    Existe t il un support qui pourrait être adapté pour un cuisinier.

    La connaissance des vitamines dans les aliments, leurs bienfaits et ce que cela engendre dans le corps humain.

    Un cuisinier qui se respect sait faire a manger équilibré, mais tout ce qui a attrait aux vitamines reste assez flou.
    J’ai contacté l’école Ferrandi, école de Lausanne, laboratoire de viellissement, des chefs étoilés, le domaine me parait cloisonné.

    Je souhaiterais faire un lien entre mon parcours professionnel et la diététique, seulement c’est 2 parcourt différents.
    Mais la santé c’est aussi dans l’assiette d’ou ma demande, cela fait une semaine que je cherche et je voudrais avoir quelques choses à me mettre sous la dent « LOL ».
    Compréhensible pour un cuisinier car je n’ai pas fait médecine, et je crois que cela s’appel la biochimie.

    Merci d’avance si vous avez des informations Docteur.

    Bien cordialement.
    Collin JM

    Répondre
  2. Bonjour,

    Je précise d’entrée ne pas être docteur.
    Toutefois les explications ci-dessous vous renseigneront sur la profession.

    Le BTS diététique est l’un des BTS les plus exigeants. Effectivement, il vous faudrait une mise à niveau avant d’attaquer le cursus de deux ans. 20 semaines de stage figurent au programme, divisées en stages chez les bien-portants et stages thérapeutiques. A l’obtention du diplôme et après enregistrement du numéro ADELI, on devient un professionnel de santé et paramédical. Le diplôme offre un certain nombre de débouchés, entre autres dans l’agro-alimentaire, le milieu hospitalier, le libéral. On peut même devenir Diététicien-cuisinier…

    Notre titre est protégé par la Loi. Je vous invite à consulter le site de l’Association Française des Diététiciens nutritionnistes pour en savoir davantage à ce sujet (1) et puiser de façon plus large, les informations qui vous intéressent.

    Pour vous recommander un ouvrage, en dehors des manuels professionnels fiables qui s’adressent aux étudiants en diététique, je peux difficilement vous en indiquer un tant les conflits d’intérêt sont multiples. En revanche, je vous recommande la revue « Informations diététique » à laquelle vous pouvez vous abonner (2).
    Et je vous invite à vous rendre sur deux sites, le premier est la Haute Autorité de Santé (3). La HAS vous donnera accès aux dernières recommandations officielles en terme de santé publique (exemple : quantification et répartition des graisses dans l’alimentation des français). Le second est l’Inpes (4), l’Institut national de prévention et d’éducation à la Santé où vous trouverez les dernières actualités nutrition santé concernant la population française.

    Je vous félicite pour votre démarche et vos recherches. Elles sont cohérentes car effectivement comme vous l’indiquez, la santé est dans l’assiette.

    Bien cordialement, Corinne Peirano

    Les sites à visiter pour vous renseigner
    1. http://www.afdn.org/code-sante-publique-dieteticien.html
    2. http://www.afdn.org/information-dietetique.html?&L=pmexqguq
    3. http://www.has-sante.fr/portail/jcms/fc_1249588/fr/accueil
    4. http://www.inpes.sante.fr/default.asp

    Répondre

Réagissez