Vélo route, VTC, VTT ou encore VAE : quel vélo choisir ?

Après quelques semaines passées sur un vélib, ou après avoir frissonné de plaisir devant le Tour, votre choix est fait : vous allez acheter un vélo. Un vélo, oui, mais de quel type ? Focus sur les atouts et apports des vélos routes, VTC, VTT ou VAE.

vélo en ville

Avant de savoir quel vélo acheter, vient une première question à se poser : un vélo, pourquoi faire ? De sport ou juste du transport ? Du chemin ou de la grand-route ? En fonction des réponses à ses questions, un néo-pratiquant saura s’il doit privilégier plutôt le confort ou plutôt la performance. L’un n’excluant évidemment pas totalement l’autre.

VELO DE ROUTE : à usage sportif exclusivement.

Le vélo dit « de route » est un produit exclusivement destiné à la pratique sportive sur route. C’est un produit assez léger, de 10 kilos à 4.5 pour les poids plumes. Dès qu’on franchit la barre des 1 à 2 sorties par semaine, le vélo « de route » s’impose. Après en fonction de l’intensité de la pratique et des recherches de performances, on trouvera son choix dans une gamme de prix XXL. S’il est ridicule d’investir 5000 euros dans un premier vélo, effectuer un choix tout « à l’économie » n’est pas forcément judicieux. Même si les grandes marques proposent aujourd’hui en entrée de gammes des machines très confortables en gamme cyclosport. Par contre, au fur et à mesure que la pratique augmente en fréquence et en intensité, il est plutôt productif d’améliorer son outil de travail. Soit en montant de gamme en s’offrant un destrier flambant neuf lors des fêtes par exemple, soit en améliorant sa monture, en changeant au fur et à mesure, roues, pédalier ou cadre.

En tout cas, un impératif s’impose lors de l’achat : être muni de ses mensurations précises. Un vélo dont un seul élément n’est pas réglé à la taille exacte de l’utilisateur est source de problèmes nombreux. Une selle trop haute peut provoquer des douleurs lombaires, des tendinites à répétitions peuvent survenir pour un écart d’un seul centimètre. De manière générale, on ne saurait que conseiller, dès que la pratique devient un peu sportive, de s’offrir une étude posturale, qui permettra de définir tous les paramètres du réglage de votre vélo mais aussi de corriger votre position de pédalage.

VTC : Usage urbain et familial

Le VTC est une alternative pratique pour qui ne souhaite pas opter pour une utilisation sportive. En effet, ce type de vélo ne se prête pas à un entraînement routier. Pour le reste, il demeure parfait pour deux utilisations distinctes. Tout d’abord l’utilisation urbaine : pour effectuer l’aller et retour travail / domicile, le VTC est idéal. Il allie un confort nécessaire à une utilisation en ville (confort de selle et de pneu, pédales non automatiques pour déchausser) et une efficacité (développement plus adapté à la ville que le VTT) parfaite pour les déplacements du quotidien. En famille, il permet également de rouler en mode balade-loisirs

Il existe aussi en version à fourche suspendue, qui le rapproche du VTT. Il permet ainsi d’emprunter des pistes routières et sablonneuses, des allées, et certains chemins de forêt.

VTT : Du loisir nature à la compétition

Avec ses larges pneus à crampons, ses tailles de roue adaptées aux chemins escarpés  et ses développements parfaits pour les montées brusque, le VTT est le vélo nature par expérience. Avec lui on roule moins vite, mais on roule mieux. Il est passe partout et franchit les parcours vallonnés et sinueux bien mieux qu’un VTC. Certes les gammes VTC tendent à s’élargir, mais pour une pratique immergée en nature le VTT est encore largement préférable.

Evidemment il existe plusieurs gammes de VTT, des gammes de prix allant de l’outil pour débutant à celui des coureurs pros, mais également des gammes de spécificités, certaines étant plus dédiées au parcours boueux, d’autres aux chemins de haute montagne.

Le VAE : en fort développement

Le vélo à assistance électrique rend la pratique cycliste plus accessible. Il permet aux personnes moins valides d’utiliser ce moyen de transport. Attention, le VAE n’est pas une mobylette, l’assistance électrique se met en marche en fonction du pédalage. Il conserve donc un aspect sportif, certes réduit, mais qui n’est pas à négliger totalement.

Il est parfait pour une utilisation urbaine, et permet d’arriver chez son employeur sans avoir trempé son costume de sueur.

 

3 réaction à cet article

  1. Ne manque plus qu’à parler du kit électrique, qu’on peut rajouter sur son vélo pour le booster, ce qui évite de racheter un VAE complet.

    Répondre
  2. Désolé, mais le paragraphe concernant les VAE (vélos à assistance électrique) est certainement le plus « disqualifié » qu’il ne m’est était donné de lire. En recherche d’informations pratiques pour un futur achat, je lis tout ce qui passe sur le sujet. Donc, un sacré bonnet d’âne au journaliste en question. Incompétence ou parti-pris ?

    Répondre

Réagissez