TEST Produit – Montre Suunto Spartan Ultra

A la découverte de la Suunto Spartan Ultra, montre multifonction pour les activités outdoor.

Montre Suunto Spartan Ultra

Conditions du test :

 

  • Montre portée au quotidien
  • Utilisation quasi-quotidienne de la montre en mode « exercice » avec le GPS activé
  • Version logicielle 1.9.36.2550
  • Sports pratiqués avec la montre : trail (5-6 fois semaine), vélo route (1 fois semaine), VTT (1 fois semaine), salle de sport (1-2 fois semaine), natation (de façon très occasionnelle)
  • Lieu du test : la Bretagne (chemins côtiers et dans les terres)
  • Durée du test : 2 mois
  • Utilisateur : homme 176cm – 62kg – 25 ans

 

 

 

 

Design et prise en main

Esthétiquement cette Suunto Spartan Ultra (Blanche) est une vraie réussite. Le design est épuré et élégant ce qui permet de la porter au quotidien. Les finitions sont de très bonnes qualités avec un verre saphir, une couronne en acier et un écran tactile.

La montre est imposante, pour les personnes ayant un poignet fin, comme moi, cela peut faire peur au premier abord. Aucune inquiétude à avoir, la montre est très confortable et se fait très vite oublier.

L’utilisation de la montre est instinctive, cela est rendu possible grâce aux 3 boutons « seulement » qui permettent de naviguer dans les différents menus. Facile! 3 boutons contre 5 bien souvent pour la concurrence.

 

Les différents modes de la Suunto Spartan Ultra

  • Une montre classique
  • Le mode exercice bien pensé par Suunto avec un nombre impressionnant de modes sportifs disponibles : cyclisme, VTT, ski alpin, ski de fond, natation… et beaucoup d’autres. Pour chaque discipline vous aurez des champs de données différents affichés à l’écran (ex : inutile de connaître l’altitude en natation par contre en trail cela à son importance). Vous avez juste à choisir la discipline et c’est parti ! En montre intelligente, cette Suunto mémorise vos sports favoris et vous les propose en premier. Inutile donc de descendre toute la liste à chaque fois.
  • Le journal lieu de stockage de toutes vos activités (attention ce journal est effacé à chaque mise à jour. Il faut penser à synchroniser régulièrement votre montre sur Movescount pour ne pas perdre les données)
  • La navigation, vous pouvez enregistrer des POIS via Movescount et vous y rendre, définir des itinéraires, évaluer votre position… Bien pratique pour randonner dans des endroits inconnus.
  • Un chronomètre un peu trop simple à mon goût.
  • Et des widgets (temps de récupération après une séance, nombre de pas, altitude, total des heures d’entraînement).

 

La nécessité de connecter la montre à « Movescount »

3 boutons qui simplifient l’utilisation de la montre mais qui limitent aussi un peu le champ des possibles, de fait il est impératif de connecter sa montre à son smartphone ou son ordi via l’application « Movescount ». Sans ça impossible de tout personnaliser.

Pas de panique pour les moins aguerris à l’informatique. Suunto a conçu un logiciel lui aussi facile à prendre en main.

Depuis Movescount on peut :

  • Avoir un œil sur toutes ses activités (je le répète attention car le journal de la montre est effacé à chaque mise à jour. Il faut penser à synchroniser régulièrement votre montre sur Movescount pour ne pas perdre ses données). On retrouve alors tous les indicateurs de ses sorties.

Tableau de bord

 

  •  Paramétrer les modes sportifs ce qui est indispensable à mon sens. En effet, les modes sportifs de base sont utiles mais selon votre niveau dans une discipline vous souhaiterez davantage de précision et de personnalisation. Cela est mon cas par exemple en trail. Je me fiche de connaître mon rythme cardiaque mais accorde une grande importance à la durée, la vitesse moyenne, la distance, le D+ et D-, l’altitude… Tout cela vous pouvez l’organiser et le paramétrer selon votre choix.
  • Analyser ses entraînements (pas testé)
  • Accéder à la communauté des utilisateurs Suunto
  • Tracer des itinéraires et enregistrer des POIS

carte

 

 

  •  Programmer ses entraînements

 

Modes testés :

Trail : la montre est parfaitement adaptée pour cette discipline. Je n’ai pas pu relever encore l’autonomie totale mais aurait l’occasion de le faire prochainement au cours d’une sortie longue (sortie la plus longue, 6h avec la montre). L’autonomie annoncée avec le GPS activé est de 18h. L’altimètre et le relevé GPS sont précis. Je recommande de créer son propre mode sportif trail via Movescount. Une limite, impossible de paramétrer directement depuis la montre des séances d’entraînement type 30x30s ou 6x500m…

Vélo route et VTT : là encore la montre est parfaitement adaptée. Pour une pratique optimale il vous faudra l’accessoire permettant d’accrocher votre montre à la potence du vélo.

Salle de sport : l’intérêt de la montre est plus limité. Seul le chronomètre est utile.

Natation : trop mauvais nageur pour évaluer la montre dans cette discipline.

 

Les + de la montre :

  • Design épuré et élégant
  • 3 boutons qui facilitent l’utilisation
  • Logiciel Movescount facile à prendre en main
  • Nombreux modes sportifs préenregistrés
  • Idéale pour les activités outdoor
  • Une version 1.9.36.2550 aboutie 

 

Les – de la montre :

  • Nécessité de passer par Movescount pour personnaliser les modes sportifs
  • L’impossibilité de paramétrer des séances d’entrainement depuis sa montre
  • La perte du journal lors de mises à jour

 

Bilan :

Après 2 mois, j’ai totalement adopté cette Suunto Spartan Ultra. Elle a su devenir un parfait outil pour m’accompagner au quotidien dans ma pratique sportive en compétition (trail) et loisirs (vélo route et VTT). Je pourrai la pousser un peu plus dans ses retranchements très bientôt lors de la traversée du GR 20 en Corse et lors de la Diagonale des Fous en octobre. Ma première expérience avec une montre Suunto est plus que satisfaisante ! Je la recommandes sans hésiter aux trailers quelque soit leur niveau

3 réaction à cet article

  1. le parametrage de séances de fractionné est tout à fait possible directement à partir de la montre contrairement à ce que vous écrivez. Concernant l’autonomie, je pense que l’on atteind largement les 18h (j’ai fait + de 10h avec 50% de batterie). Il aurait fallu aussi tester le mode navigation qui est LE point fort de cette montre. Il m’arrive de partir avec une semaine de traces dans la montre pour les vacances, c’est top. Le fait de programmer les modes sportifs à partir de movecount est pour moi un point fort car très pratique, de plus on peut créer différents modes pour une même activité (j’ai différents modes si je fais une course sur route, un trail en plaine, en montagne …). Quand au journal, vous pouvez le télécharger via votre smartphone sans se connecter à un PC.

    Répondre
  2. Je confirme que le paramétrage du fractionné est possible à partir de la montre mais uniquement sur les modes prédéfinis pour les activités ! Si on crée un mode personnalisé, on perd la possibilité de créer un intervalle … ce qui est dommage.

    Répondre
  3. Voilà je suis passé à l’achat lors du black Friday de la Spartan Ultra avec ceinture cardiaque.
    J’étais plutôt polar depuis quelques années (M400 et M430).
    Ma réflexion a été longue car je n’avais pas envie d’investir de nouveau dans une montre pour en changer dans quelques mois.
    Plutôt marathonien mais adorant le ski et voulant de plus en plus m’aventurer sur le Trail, je cherchais une montre qui pouvait répondre aux quelques attentes suivantes:

    – autonomie conséquente (à minima 12h avec tous les capteurs au maximum de leur capacité)
    – altimètre et baromètre pour le ski, la randonnée en ski et le Trail
    – la possibilité d’utiliser des capteurs d’une autre marque
    – alerte par vibrations
    – jolie si possible
    – un capteur cardiaque de qualité et si possible s’il s’agit d’une ceinture plutôt de bonne qualité (sensible aux irritations). Le capteur de la M430 est vraiment très bon même s’il possède quelques limitations. Cependant il a deux problèmes :
    – on ne peut pas le couper et parfois il fonctionne tout seul sans raison. De même pour la montre, impossible de l’éteindre et pas vraiment de mode veille
    – inutilisable au dessus d’un vêtement .

    Je ne suis pas attiré du tout par le triathlon, le vélo ou la natation.

    Sur ces bases et sans a priori, j’ai pensé spontanément à Suunto. Image marketing quand tu nous tiens. Mais j’étais resté sur l’ambit 2 qui possédait pas mal de manque à mon époque de coureur sur route et les modèles qui ont suivi étaient hors de ma bourse.

    J’ai rapidement éliminé Garmin pour quelques raisons :
    – leur capteur au poignet n’est pas au niveau de celui de polar
    – leur ceinture m’ont toujours généré des irritations
    – et un je ne sais quoi qui me déplaisait, allez savoir : image trop triathlon, trop vitrine technologique qui me laisse penser que c’est beaucoup trop pour moi. Peut-être à tort, sûrement à tort

    Aimant beaucoup polar, je n’avais que la V800 qui pouvait répondre à mes attentes. En plus, elle était directement compatible avec le capteur OH1 qui est une sacré trouvaille mais qui a finalement un défaut conséquent : une autonomie en berne. Hors comme je gère mes courses et entraînements selon la zone FC, cela pouvait devenir un problème à terme. Autre point la 800 est vraiment un modèle vieillissant même si plus que compétent. Une nouvelle montre devrait arriver l’année prochaine mais beaucoup d’incertitude et je ne me vois pas mettre 500-600€ dans un modèle où il y aura sûrement du plâtre à essuyer.

    Restait Suunto. La peak m’a rapidement attiré mais l’absence de vibration me gênait un peu. J’ai alors jeté mon dévolu sur la Vertical qui semblait remplir toutes les conditions sauf l’autonomie. J’essayais de me convaincre que cela n’était pas un problème mais parfois on peut être buté. Reste que pour son prix, j’étais à deux doigts de la prendre.
    Malgré le modernisme de la Spartan ultra, la Vertical restait un bon cran au-dessus en terme de fonctionnalités et de possibilités.
    Mais depuis fin octobre, cela est moins vrai, bien moins vrai. Et entre le prix cassé (black Friday), l’autonomie supérieure, l’écran de grande qualité et les apports sur la thématique outdoor, il y avait un vrai choix à faire.
    Je sais que je ne peux pas paramétrer des séances d’entraînements complexes mais sur ma dernière prépa marathon je n’en ai compté que 3 ou 4. Pas de quoi en faire un drame.
    Je sais que pour l’instant j n’ai pas encore d’alerte de franchissement de zone FC mais courant depuis 10ans, j’ai appris à écouter mon coeur. Finalement, ces alertes étaient une façon de me rassurer : sur mon dernier Marathon (dimanche), elles ne m’ont servi à rien.
    J’ai donc finalement investi dans une Spartan qui s’avère être non seulement un bel objet mais aussi une montre-gps incroyable.
    La lisibilité de l’écran est bluffante. Son maniement est très facile et intuitif que ce soit avec l’écran tactile ou les boutons. Je garde quand même une nette préférence pour ces derniers. Les infos lisibles sur l’écran pendant que je cours me suffisent amplement et surtout ne me distraient pas. L’écran présentant les tours en trois colonnes est une vraie trouvaille ainsi que la représentation de l’évolution du cardio sous la forme d’une courbe.
    Je me suis habitué très rapidement à Movescount et aux infos qu’il distille. La fiche-résumé des data est très compréhensible et me suffit surtout lors des sorties longues ou non complexes.

    Il y a peut-être l’effet nouveau jouet : tout est bien, tout est joli. Sûrement.
    Mais en tout cas, je m’y suis fait en quelques jours (plutôt bon signe) et je la manipule comme si je l’avais depuis plusieurs mois. La ceinture cardiaque est confortable et le capteur OH1 est reconnu. Ses vibrations sont suffisantes en terme de puissance. La synchronisation est automatique quand vous ouvrez l’appli de votre téléphone (pas le cas avec mes deux précédentes polar). Elle est belle et discrète même si imposante. Les gens qui la voient ne pense pas qu’il s’agit d’une montre de sport.

    Voilà quelques considérations qui vous aideront ou pas.

    C’est vraiment une montre à considérer mais comme tout investissement il faut en connaître les limites et les accepter et ce afin de faire un achat sensé et qui correspond à vos attentes et à vos besoins.

    Répondre

Réagissez