Quelle tenue choisir ?

Pour trouver sa tenue sans déconvenue !

Tout doit être pris en compte de la météo à la durée de votre effort

Quelle tenue choisir ?

Lorsqu’on produit un effort, 80 % de l’énergie se libère sous forme de chaleur.

Un coureur à pied de 70 kilos qui parcourt 15 km en une heure avec un rendement moyen d’une calorie dépensée par kilo et par km dépensera : (15 x 70)=1050 Calories dont 800 environ seront dissipées sous forme de chaleur.

S’il n’existait aucun mécanisme de refroidissement, le corps afficherait alors une température de 50 °c. Il suffit en effet de 0,83 Calories pour élever d’un degré la température de notre corps. En clair, on en mourrait !

Heureusement, nous sommes équipés de mécanisme efficace de refroidissement. Le premier s’appelle la conduction. On désigne ainsi l’échange de chaleur qui se produit naturellement entre deux milieux au contact l’un de l’autre. Par exemple le corps humain et l’air environnant. Évidemment, plus la température extérieure est élevée, et moins ce processus est opérationnel. Pour que ce processus de conduction se produise, il faut donc que notre peau soit en contact le plus possible avec l’air.

D’où l’intérêt de quitter son jogging une fois l’échauffement pratiqué et de courir, si possible, jambes nues pour faciliter les phénomènes de conduction.

L’évaporation d’un litre de sueur permet ainsi de dissiper 580 Calories

Lorsque la conduction ne suffit plus, la transpiration prend le relais. L’évaporation d’un litre de sueur permet ainsi de dissiper 580 Calories et de réduire significativement le risque de surchauffe. Il faut donc prévoir des vêtements qui permettent la transpiration et l’évaporation de la sueur au contact de l’air.

Des conditions extrêmes

Une situation pose néanmoins un problème, c’est lorsqu’on produit de gros efforts (beaucoup de calories à évacuer) dans des conditions de très fortes chaleur et d’une humidité relative élevée. La sueur ruissèle alors le long du corps et tombe sur le sol sans produire le moindre réconfort. On perd des quantités d’eau faramineuses tel que le marathonien Alberto SALAZAR qui perdit plus de 5 kilos en 2 heures 15 d’un marathon.

Dans de telles conditions, il faut donc éponger la sueur pour que le phénomène de conduction se reproduise de nouveau et qu’une nouvelle sécrétion sudorale intervienne après une phase d’évaporation.

Sur un tapis de course

L’effort physique peut être intense et il faut donc veiller à placer le tapis de course dans une pièce suffisamment aérée en évitant de se couvrir de façon excessive et surtout en s’épongeant régulièrement.

Le concept des trois couches, Késako ?

Pour le bien-être et le confort du sportif lors d’une sortie running, bien choisir son équipement textile permet un bon déroulement de ses entraînements et de ses courses.

Le concept de la superposition de plusieurs couches (1re, 2e et 3e couche) permet de pratiquer vos différentes activités outdoor dans les meilleures conditions quel que soit le temps en modifiant le type de vêtements à juxtaposé. Ceci permet au coureur de se sentir bien durant l’effort, car la température de son corps est régulé afin d’éviter à la fois la surchauffe lié à l’effort et le refroidissement lié à la transpiration. En bref, une isolation totale pour des performances optimales. Découvrez comment vous vêtir lors d’un entraînement, un 10 km ou  un marathon afin de ne plus être pris au dépourvu.

La 1re couche : la maîtrise de l’évacuation de la transpiration

Tel une seconde peau !
Son but : respirer et garder la peau bien au sec.

La première couche permet d’extraire l’humidité engendrée par la transpiration et sèche ainsi plus rapidement. Grâce à cette première couche vous pouvez dire au revoir à cette horrible sensation de mouillé qui est si désagréable pendant l’effort.

La 2e couche: le contrôle des transferts de chaleur

L’isolation thermique !
Son but : isoler et protéger du froid.

Par ses qualités isolantes, ce vêtement permet de réguler la température corporelle du runner et ainsi ne pas sentir de différence de température durant l’effort et selon les conditions climatiques. cette deuxième couche est l’un des piliers du coureur à pied et même du joggeur occasionnel.

La 3e couche: La protection face aux conditions climatiques :

La protection !
Son but : protéger des conditions climatiques et être à l’abri.

Ces vêtements peuvent être déperlants, imperméables, coupe-vent, et/ou respirant. Grâce à cette troisième couche, les sorties running sous la pluie deviennent un vrai jeu d’enfant si bien sûr, cette troisième couche est associé aux premières et seconde couche, sinon, l’effet en sera limité.

Réagissez