[Test Produit] Suunto Spartan Ultra : testé en Natation et à Vélo

Le premier article de la Montre Connectée Suunto Spartan Ultra était consacré au Test Fonctionnel du produit. Nous allons, dans cet article, nous focalisé sur certains points essentiels de la montre : quid des activités telles que la natation ou le vélo, la navigation et la précision du GPS.

Suunto Spartan Ultra

La natation

J’adore nager, mais je déteste compter les longueurs à la piscine. Je n’ai pas pu tester les capacités de natation en eau libre, je suis un peu frileux et en cette saison l’eau est encore froide. Par contre, j’ai repris le chemin des bassins avec conviction et je dois dire que j’ai vraiment apprécié cette aide : je nage et la Suunto compte les longueurs de bassin.

Si vous avez une nage propre et que vous faites des virages “propres”, le décompte est parfait.

Toutefois, si vous êtes moins propres, c’est-à-dire que vous faites quelques mouvements parasites des bras, il se peut que la montre interprète cela comme un changement de direction et une nouvelle longueur. Ce n’est pas une anomalie réservée aux Sunnto, bien au contraire, j’ai le même souci avec ma Garmin Swim.

Utilisant Strava, en plus de Movescount, j’ai constaté que Strava avait presque totalement corrigé les 2, 3 longueurs “erronnées” que j’avais. Je ne doute pas un instant que Suunto en fasse de même.

 

Le vélo

Suunto Spartan Ultra
Photo source : Communauté d’utilisateurs Suunto

Ancien triathlète, ce test m’a fourni une bonne excuse pour remonter en selle. J’ai profité de quelques jours de vacances en Italie, en Campanie, pour beaucoup me déplacer en vélo. La montre fait très bien son office et fournit toutes les indications de base nécessaires. Comme je l’avais déjà remarqué : il est dommage qu’on ne puisse pas personnaliser les écrans, ce qui m’aurait permis d’avoir mes informations, mais ce n’est pas gênant du tout.

Par contre, pour une utilisation confortable, il me semble indispensable d’avoir un support vélo afin d’y disposer sa montre. Conserver sa montre au poignet et la consulter tout en roulant peut se révéler un exercice hautement périlleux, surtout avec les automobilistes italiens, ma compagne italienne en convient aussi.

Avec cet accessoire, on aura presque l’équivalent d’un Garmin dédié au vélo et c’est tout l’intérêt de cette montre multisport de tout fournir en un seul équipement : bravo Suunto.

 

Retrouvez ici la première partie de ce test, montre testée sur plusieurs semaines et à fond 

La navigation

C’est toujours utile de pouvoir se repérer sans les cartes, surtout si ces dernières ne sont pas à jour. Pour ma part, j’utilise la fonctionnalité POI pour repérer notamment les Amorino qui font un délicieux chocolat chaud très oncteux. Je repère donc ceux de Paris et je me rends sur le plus proche grâce à la navigation.

Dès la première utilisation, je me suis retrouvé en enfance quand j’étais scout et qu’on faisait des rallyes à la boussole. C’est quasiment pareil mais en mieux car on peut prédéfinir les POI via Movescount ou les enregistrer au fil des parcours et s’en servir par la suite.

L’usage est vraiment similaire à celle d’une boussole donc pour un non initié, cela peut être déroutant notamment en ville. L’application indique généralement des distances à vol d’oiseau, or même si I believe I can fly ce n’est pas encore le cas. Dont acte !

Au final, j’aime bien :D

 

Suunto Spartan Ultra
Photo source : Communauté d’utilisateurs Suunto

La précision du GPS

J’avais précisé dans mon précédent article (mettre le lien) que l’étalonnage avait changé lors de la mise à jour de début avril. Cela se confirme et j’ai un décalage de 200 à 300 mètres désormais entre Suunto et Garmin : 10,3 km pour la Suunto contre 10 km pour la Garmin. Est-ce dû au parcours ? On note la mise à disposition de GLONASS, qui est l’équivalent russe du GPS. Le temps d’acquisition est allongé. Après activation du GLONASS, il s’avère que la précision est encore meilleure et je n’ai plus ce décalage sur mon parcours de référence :D

 

Conclusion

Autant la Suunto Ambit3 Run ne m’avait pas emballé quand je l’avais testé il y 2 ans, autant je l’ai été par cette Suunto Spartan Ultra. Ayant un poignet fin, je craignais qu’elle ne fasse trop grosse : pas du tout, je n’ai fait que des envieux. Elle a un design top qui allie sobriété et efficacité :D Quand on ajoute son verre saphir, que demander de plus ? Pas grand chose … Si je n’avais pas déjà une montre de ce type, je me laisserais tenter immédiatement. Et vous ?

 

Retrouvez la montre Suunto sur notre site : https://www.lepape.com/montre-cardio-gps-suunto-spartan-ultra-blanc

 

2 réaction à cet article

  1. Salut Richard, je pense que tu n’as pas trouvé la personnalisation de l’écran mais qu’elle y est. En effet, je le fais sur ma suunto ambit2S. Donc je pense qu’un modèle aussi récent le permet.

    Répondre
    • Je confirme qu’elle n’est pas présente sur la Spartan Ultra mais qu’elle l’est sur la Spartan Sport.
      C’est marqué en toutes lettres dans la documentation de la version en cours.
      Il se peut que cela évolue dans de prochaines versions.

      Répondre

Réagissez